Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gremlins

Publié le par Emy Lee

Sortie le 5 décembre 1984.

Réalisé par Joe Dante, scénario de Chris Columbus, et musique de Jerry Goldsmith.

Acteurs : Zach Calligan (Billy Peltzer), Phoebe Cates (Kate), Hoyt Axton (Randall Peltzer), Frances Lee McCain (Lynn Peltzer), Dick Miller (Murray Futterman), Polly Holliday (Ruby Deagle), Kenneth Tobe (Employé de la station service), Glynn Turman (Roy Hanson), Corey Feldman (Pete F.), Keye Luke (M. Wing), Jackie Joseph (June Futterman), Chuck Jones (M. Jones), William Schallert (Père Bartlett) et Steven Spielberg (Homme dans la chaise électrique).

Histoire : Alors qu'il est en voyage d'affaire en Chine, Randall Peltzer recherche un cadeau de noël pour son fils Billy. C'est alors que dans une petite boutique d'antiquité, Randall tombe nez à nez avec un Mogwai, une petite créature ressemblant à une peluche. Malgré le refus du vendeur, son petit-fils vend le Mogwai à Randall mais il le met en garde, il y a beaucoup de responsabilité pour veiller sur un Mogwai et trois règles essentielles à respecter : 1/ Il ne faut jamais l'exposer à la lumière du jour, ça le tuerait. 2/ Éviter tout contact avec l'eau. Et la plus essentielle, 3/ Ne jamais le nourrir après minuit. Billy est-il en mesure de veiller sur le Mogwai et de respecter ses trois règles....

Mon avis : Dans ce film, tout est convenu. Dès les premières minutes on sait très bien qu'à partir du moment où le Mogwai sera entre les mains de Billy, toutes les règles vont être enfreintes une à une. En revanche, je n'ai pas pu m'empêcher de trouver les personnages naïfs, autant par leurs émotions que par leurs dialogues. Ça saute aux yeux, et c'est assez déroutant de voir que tout est prévu et convenu. Cela m'a un peu gâcher mon film. Oui parce que j'ai une affection particulière pour le film, qui m'a flanqué les pétoches plus jeune et dont je me fais un devoir de revoir chaque Halloween. Même si il y a déjà eu quelques loupés. J'ai une affection particulière pour les Mogwais, de vraies petites peluches que j'ai rêvé d'avoir enfant. Ormis les faits et scènes convenues, le film est bourré de référence à d'autres films notamment "La machine à explorer le temps" qui a même le culot de partir voyager en plein film ou encore les nombreuses références aux films de Steven Spielberg ("Indiana Jones" ou encore "E.T.") qui s'offre même le privilège d'un caméo. Bien sûr, le film a un scénario plutôt enfantin, même si les scènes dans la cuisine sont toujours aussi dégoûtante. Je suis toujours aussi fan de la séquence du bar ou encore de celle du cinéma. Le film est vraiment drôle, j'avoue que le vieillissement des marionnettes et des effets spéciaux jouent beaucoup mais n'enlève pas du tout le charme de nos petits bêtes et l'effet du film. La B.O. est tout aussi sympas, notamment les quelques notes composant la chanson de Guizmo qui restent assez vite ancrées dans notre cerveau tellement elles sont utilisées. Le film est une réelle pépite, avec les années il me fait davantage rire qu'angoisser. Les répliques sont devenues tellement cultes, tout comme ses personnages. J'ai énormément d'appréhension quand au remake prévu pour 2019... La beauté de l'animation des marionnettes et donc leur existence réelles sera bêtement remplacé par des créatures numérisées qui supprimeront toute la beauté du film. Malgré les années, la version original reste réaliste et affreusement efficace ! A voir et à revoir !

5 étoiles.

Commenter cet article

David J. Collins 30/06/2016 15:23

Dans les 50/60, il n'y avait tous ces effets spéciaux alors ils étaient obligé de soigner le scénario. En plus de ça, ils avaient plus de temps pour écrire un film. Aujourd'hui, il faut que le film fasse des entrées avant même qu'il ne soit écrit et en plus de ça ils sont 25 sur le scénar.
Pour ma part, bockbuster ou pas, il faut que le film me dépayse mais il ne faut pas non plus faire n'importe quoi. Tu vois, je gobe MI facilement et je vomis devant "Independance Day" :D
Je suis plus indulgent vis à vis du cinéma des années 80 parce qu'il ne se prenait pas la tête ; décomplexé, il ne se prenait pas au sérieux. Aujourd'hui, on noie tout dans les effets scpéciaux et on oublie tout le reste : le plaisir du spectateur étant le premier truc qui passe à la trappe !

David J. Collins 28/06/2016 19:48

Si ce n'est pas indiscret, tu as quel âge? Tu me sembles assez jeune donc tu découvres une époque qui est en décalage avec ta génération. C'est normal que tu fasses le parallèle systématiquement parce que tu as vu la différence de narration entre un film des années 80 où on se foutait pas mal des incohérences du moment qu'on faisait un bon film (et le public n'était pas aussi exigeant). Aujourd'hui, avec internet, n'importe qui peut aller vérifier un fait relaté dans un film et s'apercevoir que dans ledit film on a raconté n'importe quoi. Du coup, les scénaristes sont obligés d'être le plus pointilleux possible et de fouiller encore plus leurs personnages. Tout ceci pour répondre aussi à l'exigence du public.
Là encore, c'est "Matrix" qui a révolutionné le genre en faisant croire aux gens ce qu'ils ne voulaient pas gober dans un James Bond. Du coup, tu peux avoir du grand n'importe quoi dans un film mais en fonction de comment tu le fais, tu vas mettre le public dans ta poche ou alors le perdre à jamais.
En tout cas, j'admire ta détermination à vouloir regarder ces vieux films qui sont à l'origine de la plupart des films d'aujourd'hui. Je me souviens encore des quelques critiques de jeunes à propos de "Total Recall, Mémoire programmée" et qui ignoraient l'existence du premier "Total Recall" avec Schwarzennegger, qui est tout de même d'une autre facture !

Emy Lee 30/06/2016 10:06

J'ai 28 ans, donc les films des années 80 et 90 ont bercé mon enfance. Seulement tu ne regardes pas un film avec le même regard à dix ans et à vingt ans.
Ados j'étais accro au blockbuster américain, aujourd'hui il faut me forcer à y aller. Je préfère justement les anciens films car le but n'était pas forcément de répondre aux critères du public. Comme tu le dis les anciennes versions sont souvent bien meilleures aux nouvelles. J'adore la période des années 50/60, il y a une certaine beauté dans la réalisation et le scénario qu'on ne retrouve pas aujourd'hui.

David J. Collins 27/06/2016 18:20

C'est le cinéma des années 80. Moins complexe (mis à part peut-être quelques exemples comme "Retour vers le Futur") et moins complexé, des personnages moins fouillés et donc plus naïfs... il fallait éviter de se prendre la tête car avant "Matrix", on n'imaginait pas le public s'enfermer dans une salle de cinéma pour réfléchir un tant soit peu. Et comme le public va voir ce qu'on lui propose, il n'a son mot à dire qu'une fois que la machine à avaler son fric et c'est bien souvent un peu tard.
Aujourd'hui la tendance s'inverse : les personnages doivent être fouillés, avoir des failles et doivent ressembler à des anti-héros et non plus à des héros tout court. Tout doit être complexe et avoir une raison d'être. Dans un film, un imbécile qui a sa place sera toujours plus accepté que l'imbécile volant au secours des failles scénaristiques. ;)
J'arrive aujourd'hui à faire fis de ces petites failles dans les films qui ont bercé mon enfance. Ils me permettent de reposer le cerveau, d'apprendre à être moins exigeant, même si je le reste quand même avec le cinéma contemporain. :D

Emy Lee 28/06/2016 09:21

Merci pour ton analyse très intéressante.
J'avoue ne pas encore réussir à comprendre tous les codes scénaristiques et les changements opérés actuellement.
Mais il est toujours difficile de revoir un film que l'on a idéalisé toute notre enfance... J'ai eu quelques surprises et pas toujours de manière positive.