Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Taram et le chaudron magique

Publié le par Emy Lee

Sortie le 27 novembre 1987.

Titre original : The blach cauldron.

Réalisé par Ted Berman et Richard Rich, scénario de Peter Young, Art Stevens, Rosemary Anne Sisson, Rich Hale, Roy Edward Disney, Al Wilson, John Musker, Richard Rich, Ted Berman, Ron Clements, Vance Gerry, David Jonas et Roy Morita, et musique d'Elmer Bernstein.

Doublage : Thierry Bourdon (Taram), Barbara Tissier (Eloïse), Jacques Deschamps (Dalben), Serge Lhorca (Ritournel), Philippe Dumat (Roi Bedaine), Roger Carel (Gurki), Guy Pierrault (Grièche), Jane Val (Goulue), Béatrice Delfe (Griotte) et Jean Violette (Seigneur des ténèbres).

Histoire : Taram est un jeune valet lassé de sa condition de vie, il aspire à devenir chevalier. Cependant, résigné, il continue de prendre soin de Tirelire une cochonne décrite comme différente et indispensable par son maître magicien. Taram va alors découvrir le secret de Tirelire et comprendre le pouvoir qu'elle renferme. En parallèle le seigneur des ténèbres sévi dans le pays, afin d'accroître ses pouvoirs il souhaite mettre la main sur le chaudron magique qui lui permettra de lever une puissante armée de mort-vivant. Seule Tirelier peut lui révéler l'endroit où il est enfermé. Taram part alors à l'aventure pour protéger Tirelier et la mettre à l'abri...

Mon avis : J'ai découvert ce film très tard, et on peut dire que j'ai été pour le moins surprise. Si déjà "Rox et Rouky" semblait plus sombre que les précédents longs métrage Disney, on change ici totalement de registre. Le film nous plonge dans un univers fantastique, à l'image du "Seigneur des Anneaux" (je n'ai pas pu m'empêcher de faire le rapprochement tout le long du film). Cependant un l'instar des précédents, les dessins sont plus sombres, l'environnement plus mature et l'animation particulière. Adieu gentil, elf, fée ou encore farfadet, ici on plonge dans les ténèbres. Lors de mon premier visionnage j'ai été pour le moins choquée, et je n'ai pas du tout adhéré ni à l'univers, ni au film. Je le revisionne aujourd'hui en connaissance de cause, et je n'ai pas autant détesté que la première fois. Qu'est-ce qui a marché cette fois ? J'ai totalement occulté le côté Disney, d'ailleurs c'est un des rares longs métrages (si ce n'est le seul) qui ne comporte aucune chanson. L'univers est plus travaillé, plus poussé et semble plus mature que les autres longs métrage ce qui peut rebuter. N'oublions pas que derrière ce film ce cache un certain Don Bluth et un certain Tim Burton... d'un coup l'univers du film nous semble plus cohérent avec ses deux personnalités. Je ne pense pas que je me serais intéressée à ce film étant enfant, pour moi Disney c'était princesse, animaux parlant et chanson... même si certain points sont réunis ici (on a bien une princesse et Gurki), on ne sent pas la fibre correspondant au code du studio. Et c'est certainement ce qui a choqué à l'époque et qui lui a valu le titre de film maudit. Peu d'entrée, peu d'intérêt du public, et de fait peu de rediffusion à l'instar de ses pairs. Personnellement j'ai passé un bon moment, je ne suis pas une fan de l'univers, mais le film à davantage parlé à l'adulte que je suis, et m'a rappelé fortement les animations de Don Bluth, sombre, mature, mais avec une chouette morale à la fin et des personnages qui frôle la mort... Ce n'est pas le premier film qui me viendrait si on me demandait un Disney, mais il est intéressant à découvrir d'autant plus si vous êtes fan du genre.

3,5 étoiles.

Commenter cet article