Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hands of the stone

Publié le par Emy Lee

Sortie le 16 mai 2016.

Réalisation et scénario par Jonathan Jakubowicz, et musique d'Angello Milli.

Acteurs : Robert de Niro (Ray Arcel), Edgar Ramirez (Roberto Duràn), Ellen Barkin (Stephanie Arcel), John Turturro (Frankie Carbo), Usher (Ray Leonard), Oscar Jaenada (Chaflan), Ana de Armas (Felicidad Iglesias), Drena De Niro (Adele) et Reg E. Cathey (Don King).

Histoire : En 1968, le boxeur panaméen Roberto Duràn, surnomé "mains de pierre", débute sa carrière professionnelle à l'âge de seize ans. Il ne se retira qu'en 2002, alors âgé de cinquante ans. Tout au long de sa vie, Roberto Duràn va se battre pour la reconnaissance de ses pairs et vivre durant la révolution panaméenne.

Mon avis : Très surprise par ce film que j'ai énormément apprécié. Fan de Rocky Balboa, j'ai un peu retrouvé de mon personnage fétiche en Roberto Duràn mais sur un fond de biopic beaucoup plus intéressant. Roberto Duràn est un boxeur imprévisible autant sur le ring que dans sa vie privée, il a une carrure et une prestance qui ne laisse pas indifférent et il en est question. Pour autant, Roberto Duràn est un enfant de la rue, tout ce qu'il a appris c'est à la dure. Il commencera à boxer très jeune pour sortir d'une prison pour mineur. Le film se déroule en pleine révolution panaméenne, une part d'histoire intéressante que je ne connaissait pas du tout. Malgré la personnalité de Roberto Duraàn on s'attache assez vite à lui, et certainement en grande partie grâce au personnage de Ray Arcel, entraîneur mondialement connu, qui nous rappel sans cesse d'où vient Roberto et comment il s'est construit en tant qu'adulte. Le film est fabuleux, ce ne sont pas que des vulgaires combat entre champion on nous rapporte l'histoire et la construction de ce boxeur. Tout à favorisé mon coup de coeur pour ce film : la réalisation, le scénario, les costumes, la bande original... Cela faisait très longtemps que je n'avais pas vu un film de boxe qui m'ait autant captivé !

4,5 étoiles.

Commenter cet article