Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

La couleur pourpre

Publié le par Emy Lee

La couleur pourpre

Sortie le 10 septembre 1986.

Titre original : The color purple.

Réalisé par Steven Spielberg, scénario de Menno Meyjes d'après l’œuvre d'Alice Walker et musique de Chris Boardman, Jorge Calandrelli, Andraé Crouch, Jack Hayes, Jerry Hey Randy Kerber, Jeremy Lubbock, Joel Rosenbaum, Caiphus Semenya, Fred Steiner, Quincy Jones et Rod Temperton.

Acteurs : Danny Glover (Monsieur Albert), Whoopi Goldberg (Celie), Rae Dawn Chong (Squeack), Margaret Avery (Shug Avery), Adolph Caesar (Vieux Monsieur), Oprah Winfrey (Sofia), Akosua Busia (Nettie), Willard E. Pugh (Harpo), Desreta Jackson (Celie Jeune), Dana Ivey (Miss Millie), Susan Beaubian (Corinne) et Margaret Freeman (Odessa).

Histoire : L'histoire de deux soeurs, Celie et Nettie, et de leur famille qui a la particularité d'être de couleur noire au cours de la première moitié du vingtième siècle dans le sud des États-Unis.

Mon avis : Film intéressant, d'autant plus lorsque l'on sait que le réalisateur est Steven Spielberg, le maître des effets spéciaux se lance dans un nouveau type dont on ne lui connaissait pas encore. La réalisation est bonne, de nombreux plans intéressant, un jeu des acteurs proche de la réalité et des décors superbe qui représente bien l'époque. Le synopsis n'est pas à l'image du film, il n'est pas du tout question de la considération du peuple noir et de l'esclavage qui en découle. On suit ici l'histoire de deux sœurs et plus particulièrement le destin tragique de Celie. Cette dernière a été l'amante de son père pendant plusieurs années, ce dernier lui a fait deux enfants qu'il lui a arraché à la naissance. Celie les croit morts. Elle est ensuite marié de force à Monsieur Albert, qui cherche une femme pour s'occuper de sa maison et de ses enfants. Maltraitée autant physiquement que moralement, elle évolue dans une vie où le bonheur, la reconnaissance et l'amour n'existent pas. Monsieur Albert a interdit à sa sœur de garder tout lien avec Celie. Les deux sœurs ont toujours été très proche et ce sont soutenues dans les moments difficiles. Nettie promet de lui écrire et Celie attend ses lettres qui n'arrivent jamais.... Mais son amitié avec Shug Avery va l'aider à surmonter son quotidien. Une très belle histoire, émouvante et prenante. Cela dit ma représentation à la lecture du synopsis me promettait un film comme "Precious" mais à une époque passé, présentant d'autres difficultés. Or c'est très romancé, les scènes de violences sont subjectives, rarement présentes et n'ont pas un impact fort. On a bien entendu beaucoup d'empathie pour la jeune Celie qui n'a hélas rien demandé. Le casting est très impressionnant, il m'a fallu du temps pour remettre Danny Glover que je ne connaissais que pour l'arme fatale et je le découvre donc dans un rôle que je ne lui connaissais pas et pour lequel je l'ai trouvé convainquant. Whoopy Goldberg est éblouissante dans le rôle de Celie tout comme la jeune Desreta Jackson qui savent apporté cette sensibilité, ce mal être, cette naïveté du personnage de Celie. Whoopy a un jeu des plus convaincants et ne prouve déjà qu'elle est une grande. Oprah Winfrey s'empare merveilleusement du second rôle, ce qui n'est pourtant pas le cas dans le descriptif mais elle est très présente à l'écran, son histoire est également prenante et intéressante. Et comme toujours elle joue très bien, même si ces rôles se ressemble. Ce que je déplore c'est la tournure simpliste que prend l'histoire et très romancé mais également quelques longueurs qui cassent le rythme du film et qui selon moi n'apporte rien. Un film à voir cependant et pour ma part je vais tenter de trouver le roman.

3,5 étoiles

Voir les commentaires

Le magasin des suicides

Publié le par Emy Lee

Le magasin des suicides

Sortie le 26 septembre 2012.

Réalisation et scénario par Patrice Leconte d'après l’œuvre de Jean Teulé et musique d'Etienne Perruchon et Patrice Leconte.

Doublage : Bernard Alane (Mishima Tuvache), Isabelle Spade (Lucrèce Tuvache), Kacey Mottet Klein (Alan Tuvache), Isabelle Giami (Marylin Tuvache), Laurent Gendron (Vincent Tuvache et Pierre-François-Martin Laval (Joli garçon).

Histoire : Imaginez une ville où les gens n'ont plus goût à rien, au point que la boutique la plus florissante est celle où on vend poisons et cordes pour se pendre. Mais la patronne vient d'accoucher d'un enfant qui est la joie de vivre incarnée.

Mon avis : Un film d'animation intéressant de part ses dessins très particuliers et part son histoire. Depuis plusieurs générations la famille Tuvache tient le magasin des suicides, proposant diverses services aux publics pour se donner la mort. Leur slogan : Vous avez rater votre vie, réussissez votre mort. Mais l'arrivée du jeune Alan va bouleverser la famille, ses valeurs et ses habitudes de vie. On se doute qu'un tel magasin ne pourrait exister de manière légale, avec un local et une devanture et c'est assez intéressant de voir un monde ou se donner la mort est légal, les dérives, les approches, les valeurs, les contextes,... et ce que sa crée chez les commerçants. L'animation est vraiment belles, les dessins et les couleurs collants parfaitement au contexte. J'ai vraiment adoré ce retour à la 2D, les gestes des personnages, c'est très intéressant à voir. Pour moi en revanche, la musique est bien trop présente mais aussi parce que je ne suis vraiment pas une fan de comédie musicale et je ne les ai pas trouvé très importantes en dehors de la première sur le magasin. Le sujet est en revanche très actuelle et la morale importante au vu du contexte de notre société, une satyre pas si anodine et pas si éloignée de la réalité. En revanche, même s'il s'est un film d'animation je ne le recommande pas pour des enfants. Lorsque je l'ai vu au cinéma, ces derniers ne comprenait pas ce qu'ils voyaient, les mots n'était pas adaptés et des images même si elles sont en animations peuvent choquer.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

Her

Publié le par Emy Lee

Her

Sortie le 19 mars 2014.

Réalisation et scénario par Spike Jonze et musique d'Owen Pallett et Arcade Fire.

Acteurs : Joaquin Phoenix (Theodore Twombly), Amy Adams (Amy), Rooney Mara (Catherine), Olivia Wilde (Fille du rendez-vous amoureux), Chris Pratt (Paul), Matt Letscher (Charles), Portia Doubleday (Isabella), Sam Jager (Dr. Johnson), Laura Meadows (Fille du rêve), Luka Jones (Mark Lewman) et Laura Kai Chen (Tatiana).

Doublage : Scarlett Johansson (Samantha), Brian Cox (Alan Watts) et Stéphanie Sokolinski (Isabella).

Histoire : Los Angeles, dans un futur proche. Theodor Twombly, un homme sensible au caractère complexe, est inconsolable suite à une rupture difficile. Il fait alors l'acquisition d'un programme informatique ultramoderne, capable de s'adapter à la personnalité de chaque utilisateur. En lançant le système, il fait la connaissance de "Samantha", une voix féminine intelligente, intuitive et étonnamment drôle. Les besoins et les désirs de Samantha grandissent et évoluent, tout comme ceux de Theodore, et peu à peu, ils tombent amoureux....

Mon avis :Film assez curieux, qui nous plonge dans une société futuriste avec de nouveaux didactes. Theodor Twombly est séparé de sa femme depuis un an, après que chacun et évolué sans se retrouver. Alors qu'il est relancer pour signer les papiers de son divorce il installe un nouveau système d'exploitation capable d'interagir et de sentiment. Enchaînant les échecs amoureux, il se rapproche peu à peu de cette "personne" artificielle jusqu'à en tomber amoureux... La réalisation du film est vraiment parfaite, on devient spectateur de ce que l'on observe, des plans sympathiques, de bons rendus des situations et une luminosité présente qui change le regard sur le film. L'histoire est intéressante quoiqu'un peu longue sur la fin mais aussi parce qu'on ne comprend pas comment on peut tomber amoureux d'un système d'exploitation mais surtout de voir tout son entourage l'accepter et le cautionner. Même si on a du mal à le comprendre, on est toutefois fasciné par ce monde futuriste. Le métier de Theodore en dit long sur les représentations et les liens sociaux de ce nouveau monde, tout comme son interaction nocturne avec une fille sur un tchat. Joaquin Phoenix est super dans ce rôle, apportant une sensibilité palpable, une certaine lassitude et un regard qui en dit long, une grande présence à l'écran. Malgré la longueur sur la fin, je recommande le film qui est vraiment prenant, magnifiquement réalisé et brillamment interprété. Des décors qui nous entraînent davantage dans cet univers, une luminosité qui change tout. Un très beau drame.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Monuments Men

Publié le par Emy Lee

Monuments Men

Sortie le 12 mars 2014.

Titre original : The Monuments Men.

Réalisé par George Clooney, scénario de Grant Heslov et George Clooney d'après l’œuvre de Robert M. Edsel et Bret Witter et musique d'Alexandre Desplat.

Acteurs : George Clooney (Frank Stokes), Matt Damon (James Granger), Bill Murray (Richard Campbell), Cate Blanchett (Claire Simone), John Goodman (Walter Garfield), Jean Dujardin (Jean-Claude Clermont), Hugh Bonneville (Donald Jeffries), Bob Balaban (Preston Savitz), Dimitri Leonidas (Sam Epstein), Justus Von Dohnanyi (Viktor Stahl), Holger Handtke (Colonl Wegner), Michael Hofland (Claude, prêtre), Zahary Baharov (Commandant Elya), Michael Brandner (Dentiste), Sam Hazeldine (Colonel Langton), Miles Jupp (Major Feilding), Alexandre Desplat (Emile) et Diarmaid Murtagh (Capitaine Harpen).

Histoire : La plus grande chasse au trésor du XXe siècle est une histoire vraie. Monuments Men est inspiré de ce qui s'est réellement passé. En pleine Seconde Guerre mondiale, sept hommes qui sont tout sauf des soldats, se jettent au cœur du conflit pour aller sauver des œuvres d'art volées par les nazis et les restituer à leurs propriétaires légitimes. Mais ces trésors sont cachés en plein territoire ennemi, et leurs chances de réussir sont infimes. Pour tenter d'empêcher la destruction de mille ans d'art et de culture, ces Monuments Men vont se lancer dans une incroyable course contre la montre, en risquant leur vie pour protéger et défendre les plus précieux trésors artistiques de l'humanité...

Mon avis : Je ne peux cacher ma déception même si de prime abord je n'attendais absolument rien de ce film mis à part en apprendre davantage sur la deuxième guerre mondiale. Or dès les premières minutes j'ai sentie l'ennuie me gagner. Même si le film ne se présente pas vraiment comme un bloc-buster, il en a tous les caractéristiques. Un casting prestigieux, des scènes impressionnantes, les bons américains qui sauvent la planète face aux méchants russes et une absence de scénario concret. J'ai beaucoup de mal à définir ce qui m'a poussée à trouvé le film mauvais : est-ce le jeu des acteurs qui donnent le minimum syndical ? Est-ce le scénario qui est mal construit ? La réalisation qui ne reflète pas les deux premiers aspects ? En tout cas le rendu m'a donné le sentiment d'un manque de recherche, qu'il y avait de nombreuses erreurs quand aux faits réels et donc qu'on me mentait. J'avais également l'impression que les actions tombaient comme un cheveu sur la soupe, sans fil conducteur, sans lancement de la dite action. Dommage l'histoire de base aurait pu donner un très bon film, le casting promettait un jeu quasi parfait, cela viendrait-il donc de la réalisation de Clooney ? Dans tous les cas, j'ai trouvé le film très long, les dernières minutes m'ont fait souffrance et j'étais heureuse de sortir enfin de la salle. Chacun doit se faire son propre avis, mais je ne conseil pas ce film aux connaisseurs et passionnés de la seconde guerre, vous risquez d'être fortement déçus.

1,5 étoiles.

Voir les commentaires

The Grand Budapest Hotel

Publié le par Emy Lee

The Grand Budapest Hotel

Sortie le 26 février 2014.

Réalisé par Wes Anderson, scénario d'Hugo Guinness et Wes Anderson et musique d'Alexandre Desplat.

Acteurs : Ralph Fiennes (M. Gustave), Tony Revolori (Zero), F. Murray Abraham (M. Moustafa), Mathieu Amalric (Serge X), Adrien Brody (Dmitri), Willem Dafoe (Jopling), Jeff Goldblum (Kovacs), Harvey Keitel (Ludwig), Jude Law (Ecrivain jeune), Bill Murray ( M. Ivan), Edward Norton (Henckels), Saoirse Ronan (Agatha), Jason Schwartzman (M. Jean Jason), Léa Seydoux (Clotilde) Tilda Swinton (Mme D.), Tom Wilkinson (Auteur) et Owen Wilson (M. Chuck).

Histoire : Le film retrace les aventures de Gustave H., l'homme aux clés d'or, un célèbre hôtel européen de l'entre-deux-guerres et du garçon d'étage Zéro Moustafa, son allié le plus fidèle. La recherche d'un tableau volé, œuvre inestimable datant de la Renaissance et un conflit autour d'un important héritage familial forment la trame de cette histoire au cœur de la vieille Europe en pleine mutation.

Mon avis : J'avais déjà totalement adhérer à son dernier film "Moonrise Kingdom" dans lequel j'ai découvert son univers farfelu et totalement burlesque. Wes Anderson ne déroge pas à la règle avec son Budapest Hotel qui nous emmène loin, très loin dans des situations rocambolesque et totalement désinvolte. On pourrait craindre le prestigieux casting, car une fois de plus il y a du beau monde mais pour autant même si le budget et foncièrement conséquent sa n'en fait pas un mauvais. Au contraire, mes premiers mots à la sortie ont été "C'était génial". Des décors magnifiques, parfois grotesques, mais tout en couleur pastel ou flashy des années 80. Les costumes sont également intéressants et on s'habitue vite à ses couleurs qu'on ne porterait jamais. On s'habitue très vite aux têtes connus qui défilent et on rit de les voir apparaître avec une telle moustache. L'histoire en elle même n'est pas des plus captivantes, mais l'univers d'Anderson y fait clairement son effet rendant chaque scène drôle et semblent-ils impossible. Pour ma part je ne me suis pas ennuyée une minute, captivée par les décors, les costumes, la musique, le casting et les situations et répliques. Pour moi, on est pas loin du chef d’œuvre et j'ai été ravie de pouvoir découvrir tout ceci sur grand écran en version original sa aurait été encore meilleur. Je conseil fortement évidemment, mais il faut toutefois adhérer aux confrontations des genres et des idées, ici rien est normale ou acquis, on casse les codes cinématographiques de bases tantôt lent, tantôt accéléré, on y mêle de l'animation pour rendre le récit du narrateur en l'illustrant comme dans l'imagination d'un enfant avec un soupçon de réflexion des plus adultes. Il faut donc aimé voir ses représentations et ses acquis se fendre pour un seul et même film.

4,5 étoiles.

Voir les commentaires

Ida

Publié le par Emy Lee

Ida

Sortie le 12 février 2014.

Réalisé par Pawel Pawlikowski, Scénario de Rebecca Lenkiewicz et Pawel Pawlikowski et musique de Kristian Selin Eidnes Andersen.

Acteurs : Agata Trzebuchowska (Anna/Ida), Agata Kulesza (Wanda), Dawid Ogrodnik (Lis), Jerzy Trela (Szymon), Adam Szyzskowski (Feliks) et Halina Skoczynska (Mère supérieure).

Histoire : Dans la Pologne des années 60, avant de prononcer ses vœux, Anna, jeune orpheline élevée au couvent, part à la rencontre de sa tante, seul membre de sa famille encore en vie. Elle découvre alors un sombre secret de famille datant de l'occupation nazie.

Mon avis : Ida est un très beau film, assez subtil, tout en noir et blanc et avec des cadres dont l'acteur n'est pas toujours centré sur l'acteur en lui même mais principalement sur son environnement durant l'action. Nous suivons donc à travers cette histoire le destin d'Anna, jeune orpheline, recueillie dans un couvent et qui va prochainement prononcer ses vœux afin d'entrée définitivement dans les ordres. Cependant la Mère supérieure retrouve sa tante et lui conseil de la rencontrer avant de prononcer ses paroles irréversibles. Toutes deux vont alors apprendre à ce connaître malgré de grande différence et se réunir autour d'une quête pour la vérité concernant les parents d'Ida. Pawel Pawlikowski nous entraîne dans une histoire dépourvue d'émotions, de sentiments et dans un contexte plutôt sombre et froid. Cependant on se plaît à suivre le destin de cette jeune fille, d'attendre qu'elle décision elle va prendre, espérer celle qui correspond à nos valeurs, nos sentiments... Or Anna/Ida est dépourvu de toute émotions, interdiction de les laisser transparaître ou de succomber. Et finalement quand elles arrivent c'est incompréhension et elle est incapable de les gérer. On suit cette histoire avec plaisir, les deux actrices sont très convaincantes dans leur rôles apportant chacune à leur manière une certaine délicatesse et une poésie dans leur jeu. Et ce retour au noir et blanc m'a tout bonnement enchanté. Je recommande pour ceux qui ne l'aurait pas vu et dont le sujet les passionnes.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

Mary et Max

Publié le par Emy Lee

Mary et Max

Sortie le 30 septembre 2009.

Titre original : Mary and Max.

Réalisation et scénario par Adam Elliot et musique de Dale Cornelius.

Doublage : Toni Collette (Mary Daisy Dinkle), Philip Seymour Hoffman (Max Jerry Horowitz), Eric Bana (Damian Popodopolous), Barry Humphries (Narrateur), Bethany Whitmore (Mary Daisy Dinkle enfant), Renée Geyer (Vera Lorraine Dinkle) et John Flaus (Ken / Len Hislop).

Histoire : Sur plus de vingt ans et d'un continent à l'autre, Mary et Max raconte l'histoire d'une relation épistolaire entre deux personnes très différentes : Mary Dinkle, une fillette de huit ans joufflue et solitaire, vivant dans la banlieue de Melbourne, en Australie et Max Horowitz, un juif obèse de quarante-quatre ans, atteint du syndrome d'Asperger et habitant dans la jungle urbaine de New York.

Mon avis : Surement mon film d'animation préféré dans ma vie d'adulte. Mary et Max est une histoire touchante, émouvante et drôle. Cette relation entre une enfant complexée dans une famille compliqué qui arrive finalement à se construire et à grandir de façon positive grâce à sa correspondance avec Max, un quarantenaire bourré d'angoisse, souffrant du syndrome d'Asperger qui tente de survivre dans un monde qu'il ne comprend pas. Leur point commun : le chocolat ! En plus d'une différence de culture, on y observe des différences éducatives mais aussi de générations, une part d'histoire. Dans un premier temps, ce film m'a déjà aidée à comprendre la maladie d'asperger, sa complexité, ses manifestations. La réalisation est superbe, je suis extrêmement fan de l'animation image par image. Les personnages et les décors ne manquent pas de réalismes et de profondeurs, l'animation est parfaite, les jeux de lumières servent autant à l'ambiance qu'au scénario. Ce dernier est très bien écrit, retranscrit et interprété. L'histoire est prenante, intéressante et drôle. La musique est sublime, on en retient la mélodie aisément et sans dégoût. Pour moi ce film atteint la perfection, me fait passer par de nombreuses émotions, m'aide à comprendre certaine chose et me bluff pour de nombreux éléments que j'ai évoqué plus haut. Je l'ai découvert un peu par hasard, parce que l'affiche me tentait, n'ayant pu le voir au cinéma j'ai acheté le DVD et je ne regrette absolument pas. Ce film mérite ses prix et c'est bien dommage qu'il ne soit pas plus connu par chez nous. En revanche même si c'est un film d'animation, je ne le recommande pas pour des enfants en bas âge, les sujets traités sont durs, parfois violents et les dialogues pas toujours adaptés à un jeune public. Si vous ne l'avez pas encore vu, courez vite !! Pour ma part je vais me pencher sur la filmographie du réalisateur.

5 étoiles.

Voir les commentaires

Diplomatie

Publié le par Emy Lee

Diplomatie

Sortie le 5 mars 2014.

Réalisé par Volker Schlöndorff, scénario de Cyril Gely et Volker Schlöndorff d'après l’œuvre de Cyril Gely.

Acteurs : André Dussollier (Raoul Nordling), Niels Arestrup (Général Dietrich Von Choltitz), Burghart Klaubner (Capitaine Werner Eber), Robert Stadlober (Lieutenant Bressensdorf), Charlie Nelson (Concierge), Jean-Marc Roulot (Jacques Lanvin), Stefan Wilkening (Caporal Mayer) et Thomas Arnold (Lieutenant Hegger).

Histoire: La nuit du 24 au 25 août 1944, le sort de Paris est entre les mains du Général Von Choltitz, gouverneur du grand Paris, qui se prépare, sur ordre d'Hitler, à faire sauter la capitale. Issu d'une longue lignée de militaires prussiens, le général n'a jamais eu d'hésitation quand il fallait obéir aux ordres. C'est tout cela qui préoccupe le consul suédois Nordling lorsqu'il gravit l'escalier secret qui le conduit à la suite du général à l'hôtel Meurice. Les ponts sur la Seine et les principaux monuments de Paris sont minés et prêts à exploser. Utilisant toutes les armes de la diplomatie, le consul va essayer de convaincre le général de ne pas exécuter l'ordre de destruction.

Mon avis : Vraiment un très beau film qui est surtout fort de son duo d'acteurs. En lisant le résumé, je m'attendais à un pâle copie de "Paris brûle-t-il ?", j'ai été agréablement surprise. Les décors, la photographie et la luminosité sont superbes ! Donne beaucoup de profondeur et de réalisme au film et mettant en valeur dans une seule pièce le charme, la beauté, le prestige de l'architecture et de l'histoire de Paris et donc de la France. Une ville comme on l'a jamais vu, en pleine nuit puis dans l'aurore du matin avec un panorama sur les principaux sites de la ville. André Dussolier et Niels Arestrup sont brillants, ils nous offrent un duo intéressant, grands, plausible et des dialogues riches en informations. J'ai principalement été bluffée par André Dussolier que j'ai vraiment découvert dans ce rôle d'une manière différente, habitué à le voir dans des comédies j'ai découvert une autre facette de lui que j'ai beaucoup aimé. En revanche, le sujet est assez lourd, beaucoup de stratégie, de politique et donc du vocabulaire en fonction que j'avoue ne pas toujours maitrisé et que j'ai trouvé parfois lourd accentué par le huit clos dans la suite Meurice. Je suis d’ors et déjà pressée de revoir le film car je pense ne pas avoir tout saisie. Mais j'ai encore appris pas mal de choses sur la libération et l'occupation. Je vous le recommande fortement.

4,5 étoiles.

Voir les commentaires

Space Jam

Publié le par Emy Lee

Space Jam

Sortie le 5 février 1997.

Réalisé par Joe Pykta, scénario de Leonardo Benvenuti, Steve Rudnick, Timothy Harris et Herschel Weingrod et musique de James Newton Howard.

Acteurs : Michael Jordan, Bill Murray, Danny Ainge, Charles Barkley, Larry Bird, Tyrone Bogues, Shawn Bradley, Cedric Ceballos, Vlade Divac, Patrick Ewing, A.C. Green, Derek Harper, Del Harris, Larry Johnson, Jeff Malone, Anthony Miller, Alonso Mourning, Charles Oakley, Ahmad Rashad, Paul Westphal, Patricia Heaton (une fan), Albert Hague (Psychiatre), Wayne Knight (Stan Podolak), Theresa Randle (Juanita Jordan), Manner Washington (Jeffrey Jordan), Eric Gordon (Marcus Jordan), Penny Bae Bridges (Jasmine Jordan) et Brandon Hammond (Michael Jordan enfant).

Doublage : Gérard Surugue (Bugs Bunny), Patrick Guillemin (Daffy Duck), Michel Mella (Porky Pig), Albert Augier (Elmer Fudd), Patrick Préjean (Sam le Pirate et Sylvestre), Patricia Legrand (Titi), Benoît Allemane (Charlie le Coq), Jean-Loup Horwitz (Marvin le martien), Odile Schmitt (Lola Bunny), Daniel Beretta (M. Swackhammer), Barbara Tissier (Mémé) et Joëlle Guigui (Extraterrestre petit).

Histoire : Défiés au basket-ball par de redoutables extraterrestres, Bugs Bunny et les toons font appel à Michael Jordan pour les sortir de ce mauvais pas...

Mon avis : Grande fan de Basket-ball, de la NBA et des Chicago Bulls, il mettait, à l'époque, impossible de ne pas voir ce film. Déjà en ce temps là j'étais fasciné par le mélange de l'animation et des prises de vue réelles. L'univers des toons est également passionnant et était alors très présent sur nos écrans. L'histoire reprend le contexte où Michael Jordan avait mis un terme à sa carrière de basketteur pour devenir Baseballeur pour finalement revenir à sa profession d'origine pour encore quelques années. Petite j'adorais ce film, que je louais très souvent au vidéoclub (oui sa paraît très lointain ce temps-là). Avec du recul et quelques années de plus, même si je l'aime toujours pour les mêmes raisons, je le trouve un peu brouillon beaucoup d'informations et d'événement en peu de temps et pas toujours très bien construit. Finalement il faut surement le voir avec un regard d'enfant car j'ai eu beaucoup de mal à comprendre la présence de Bill Murray, en revanche j'ai compris les références à Pulp Fiction et SOS Fantômes. C'est toutefois toujours agréable à regarder, je n'ai pas été choquée par mon visionnage des années plus tard. La morale est toujours bien présente, les toons toujours aussi déjantés. Il n'est en revanche peut être plus très actuel pour les nouvelles générations qui ne connaissent ni les joueurs, ni les acteurs... A revoir avec plaisir et à découvrir.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

Dans l'ombre de Mary - La promesse de Walt Disney

Publié le par Emy Lee

Dans l'ombre de Mary - La promesse de Walt Disney

Sortie le 5 mars 2014.

Titre original : Saving Mr. Banks.

Réalisé par John Lee Hancock, scénario de Kelly Marcel et Sue Smith et musique de Thomas Newman.

Acteurs : Tom Hanks (Walt Disney), Emma Thompson (P.L. Travers), Paul Giamatti (Ralph), Jason Schwartzman (Richard Morton Sherman), Bradley Whitford (Don DaGradi), Ruth Wilson (Margaret), B.J. Novak (Robert Sherman), Colin Farrell (Travers Robert), Rachel Griffiths (Aunt Ellie), Annie Buckley (Ginty), Kathy Baker (Tommie), Melanie Deanne Moore (Dolly), Jerry Hauck (Premier Emcee), Dendrie Taylor (Lillian Disney), Victoria Summer (Julie Andrews), Ronan Vibert (Diarmuid Russell), Andy McPhee (Randolph), Michelle Arthur (Polly) et Seth Di Marco (Chauffeur).

Histoire : Lorsque les filles de Walt Disney le supplient d'adapter au cinéma leur livre préféré "Mary Poppins", celui-ci leur fait une promesse... qu'il mettra vingt ans à tenir ! Dans sa quête pour obtenir les droits d'adaptation du roman, Walt Disney va se heurter à l'auteure, Pamela Lyndon Travers, femme têtue et inflexible qui n'a aucunement l'intention de laisser son héroïne bien aimée se faire malmener par la machine hollywoodienne. Mais quand les ventes du livres commencent à se raréfier et que l'argent vient à manquer, elle accepte à contrecœur de se rendre à Los Angeles pour entendre ce que Disney a imaginé...

Mon avis : Ce film était surement ma plus grosse attente de l'année 2014. Fan de Walt Disney et de sa philosophie, connaissant sa longue attente pour la production et la réalisation de "Mary Poppins", un de ses plus grands chefs d’œuvre qui a bercé mon enfance. Nous arrivons donc 20 ans après que Walt est fait sa demande auprès de la romancière et de nombreux rappel avant que cette dernière n'accepte de se rendre dans les studios pour prendre compte du rendu de son récit par les fantasques scénaristes et musiciens des studios. C'est une histoire vraiment touchante, la réalisation rend compte également du passé de l'écrivaine et de la façon dont est née "Mary Poppins", du lien particulier qu'elle entretien avec son personnage. La réalisation est vraiment belle, offrant quelques plans sympathique comme lorsqu'ils sont réalisés au travers du rétroviseur intérieur. Les personnages sont touchants et attachants et je suppose qu'on y attache plus d'importance parce qu'on les sait réels. Emma Thompson est merveilleuse, elle nous prouve une nouvelle fois son talent et qu'elle fait partie des grandes actrices (de plus c'est un rôle qu'elle connait bien pour avoir interprété Nanny McPhee une autre nounou très connue), son personnage est très sarcastique et a beaucoup d'émotion qu'elle refoule pour de nombreuses raisons, finalement on l'a prend d'affection d'autant plus quand on avance dans son passé (mon seul regret et peut être qu'il n'est pas assez clair pour garder un film tout public). Tom Hanks est toujours grandiose et à ma grande surprise convaincant (même si je ne lui trouve toujours pas de ressemblance) mon seul regret est de ne pas le voir plus à l'écran. Le reste du casting est tout aussi convaincant et intéressant. Ils servent d'ailleurs tout autant les films que les grands noms. Les décors sont superbes, typiques des années, j'ai adoré la limousine. On entre dans les studios, c'est aussi très plaisant, surtout que c'est un de mes rêves de découvrir les studios Disney et la réalisation d'un film. D'autant plus avec le grand Walt. Ce film était vraiment très émouvant, j'ai eu une larme à l’œil régulièrement, c'est beau, c'est bien joué, l'histoire est belle et prenante. Je le recommande fortement car il plaira autant aux petits qu'aux grands enfants, la musique est très belle et redécouvre par bride "Mary Poppins". Je ne sais que dire de plus pour vous incitez à voir ce film. Pour moi, il était proche de la perfection et de la réel histoire.

5 étoiles.

Voir les commentaires

1 2 > >>