Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Deux hommes en ville

Publié le par Emy Lee

Deux hommes en ville

Sortie le 25 octobre 1973.

Réalisation et scénario par José Giovanni et musique de Philippe Sarde.

Acteurs : Jean Gabin (Germain Cazeneuve), Alain Delon (Gino Strabliggi), Mimsy Farmer (Lucie), Lichel Bouquet (Commissaire Goitreau), Ilaria Occhini (Sophie), Victor Lanoux (Marcel), Gérard Depardieu (Jeune truand), Bernard Giraudeau (Frédéric Cazeneuve), Maurice Barrier (Juge d'instruction), Robert Castel (Voisin), Cécile Vassort (Evelyne Cazeneuve) et Christine Fabrega (Geneviève Cazeneuve).

Histoire : A sa libération, Gino Strabliggi, un ancien truand, est accompagné par un éducateur prénommé Cazeneuve, inspecteur à la retraite, qui l'aide à se réinsérer...

Mon avis : Un très beau film, qui a le malheur d'être toujours actuel quarante ans plus tard. Peu de fausse note, la place de l'éducateur est très bien représenté d'autant plus à l'époque où la profession se construisait encore. Il est vrai que le point central du film est très court comparé au prélude sur l'histoire de Gino et de sa relation avec Cazeneuve. Mais il est lourd de sens, dénonçant l'injustice mais également la peine de mort encore active. D'ailleurs le long monologue de l'avocat sur la question m'a semblé un peu déplacé au vu du contexte mais pourquoi pas. Le casting est super, un duo Gabin / Delon qui fonctionne à merveille. Et si vous ne l'avez jamais vu, je vous le recommande fortement, j'ai passé un excellent moment, même si j'ai pris ma place d'éducateur dans les dernières scènes à vouloir casser la Tv.

5 étoiles.

Voir les commentaires

Another Year

Publié le par Emy Lee

Another Year

Sortie le 22 décembre 2010.

Réalisation et scénario par Mike Leigh et musique de Gary Yershon.

Acteurs : Jim Broadbent (Tom), Lesley Manville (Mary), Ruth Sheen (Gerri), Oliver Maltman (Joe), David Bradley (Ronnie), Peter Wight (Ken), Martin Savage (Carl), Karina Fernandez (Katie), Michele Austin (Tanya), Phil Davis (Jack), Imelda Staunton (Janet), Stuart McQuarrie (Collègue de Tom) et David Hobbs (Pasteur).

Histoire : Printemprs, été, automne, hiver. La famille et l'amitié. Amour et réconfort. Joie et peine. Espoir et découragement. La fraternité. La solitude. Une naissance. Une mort. Le temps passe...

Mon avis : Ce qui est intéressant avec ce film, c'est que l'on cherche. Oui, on cherche à savoir vers quoi le réalisateur veut en venir. Que veut-il nous démontrer ou nous montrer? On part sur des fausses pistes, on imagine le pire comme le meilleur, on pense que finalement il veut nous tromper en faisant des personnages secondaires, les personnages centraux du film de par leur problématique.... C'est ainsi tout le film et finalement la seule chose qu'il souhaitait nous montrer, c'était la vie ! A être habitué à chercher des raison à tout, on en oublie les films les plus simples qui ont autant de chose à nous montrer. Parfois il peut paraître en ennuyeux, avec pas mal de longueur. Mais ce qui m'a intéressée moi, ce n'est pas forcément ce qui vous intéressera vous. En effet, chacun choisi finalement le personnage qu'il a envie de suivre et ce concentre sur lui. Et ce que j'ai tiré comme leçon, morale ou image du film ne sera certainement pas la même non plus. Le casting représente très bien le cinéma britannique dès les premières images on devine aisément l'origine du film. Je n'ose en dire plus, si ce n'est qu'il était intéressant, plaisant et divertissant, pour que vous puissiez profiter pleinement de sa magie et vous laissez libre de vous faire votre opinion. En tout cas, moi j'ai passé un bon moment et je le recommande, à voir au moins une fois, même s'il faut s'accrocher en raison des longueurs.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

Alerte !

Publié le par Emy Lee

Alerte !

Sortie le 12 avril 1995.

Titre original : Outbreak.

Réalisé par Wolfgang Petersen, scénario de Robert Roy Pool et de Laurence Dworet et musique de James Newton Howard.

Acteurs : Dustin Hoffman (Colonel Sam Daniels), Cuba Gooding Jr (Major Salt), Morgan Freeman (Général Billy Ford), Rene Russo (Robby Keough), Donald Sutherland (Général Donal McClintock), Kevin Spacey (Casey Schuler), Patrick Dempsey (Jimbo Scott), Zakes Mokae (Dr Benjamon Iwabi), Malick Bowens (Dr Raswani), Susan Lee Hoffman (Dr Lisa Aronson), Benito Martinez (Dr Julio Ruiz), Bruce Jarchow (Dr Mascelli), Leland Hayward (Henry Seward), Daniel Chodos (Rudy Alvarez), Dale Dye (Lieutenant colonel Briggs), Cara Keough (Kate Jeffriers), Gina Menza (Mme Jeffries) et Per Didrik Fasmer (M. Jeffries).

Histoire : A la suite de plusieurs négligences et de mauvaises volonté, les habitants d'une petite ville américaine sont victimes d'un virus, venu d'Afrique, particulièrement dévastateur. Pour enrayer l'épidémie, un général sans scrupule décide, avec l'accord du président, de rayer de la carte la bourgade en larguant une bombe incendiaire.

Mon avis : A premier vu, on se dit quel beau casting en plus datant des années 90, on peut éviter la bouse à l'américaine..... Et bien non louper ! Le mot "bouse" est certes exagéré, on en est tout de même pas à ce niveau mais tout de même pas très loin. En effet, ce film est bourré d'incohérence qui démontre l'impossibilité de chacun des faits au fur et à mesure qu'ils sont évoqués. On ne me fera pas croire, qu'avec toutes les réglementations de vol, l'étude scrupuleuse du carnet de santé ou la consultation d'un véto n'aurait pu empêcher ce beau petit singe d'entrée sur le sol américain ? Bon admettons, mais vous ne me ferez pas croire que Jimbo Scott (aussi beau soit Dc M'amour) est pu voler un animal sans que personne ne s'en rende compte ? Bon allons admettons, il y a toujours des failles administratives et organisationnelles. Mais vous ne me ferez jamais croire qu'un président valide le fait de tuer un village entier même si ce dernier est atteint d'une épidémie non maitrisable ! Si oui, alors je prends tout de suite un ticket pour la lune parce que c'est du grand n'importe quoi ! Bon toute ses incohérences construise peu à peu le film et ses répliques. La réalisation est moyenne mais tout à fait typique de ce genre de film. Et moi qui pensait que Dustin Hoffman au casting était une valeur sûr.... Finalement je ne vais plus me fier à mon jugement. On devine aisément la fin bien entendu, aucune surprise même dans les incohérences, on s'y habitue même presque. Les acteurs sont bien en dessous de ce qu'ils ont pu nous offrir avant. Mais pour autant... et bien sa se laisse regarder (peut être que mon rhume a aidé), on passe un moment et on se dit qu'on ne le regardera plus.

2 étoiles.

Voir les commentaires

Les voies du destin

Publié le par Emy Lee

Les voies du destin

Sortie le 11 juin 2014.

Titre original : The railway man.

Réalisé par Jonathan Teplitzky, scénario de Frank Cottrell Boyce et Andy Paterson d'après l'oeuvre d'Eric Lomax et musique de David Hirschfelder.

Acteurs : Colin Firth (Eric Lomax), Nicole Kidman (Patricia Lomax), Jeremy Irvine (Eric Lomax Jeune), Stellan Skardgard (Finlay), Hiroyuki Sanada (Nagase), Sam Reid (Finlay Jeune), Tanroh Ishida (Nagase Jeune), Tom Stokes (Winthins), Tom Hobbs (Thorlby), Akos Armont (Jackson), Bryan Probets (Major York), Masa Yamaguchi (Officier Kempei), Ewen Leslie (Capitaine Thompson), Yutaka Izumihara (NCO), Michael Mackenzie (Sutton), Jeffrey Daunton (Burton) et Keiichi Enomoto (Sakamoto).

Histoire : Le lieutenant écossais Eric Lomax, a été fait prisonnier par les japonnais à Singapour durant la seconde guerre mondiale et envoyé dans un camp en Thaïlande. Là-bas, il a été forcé de contribuer à la construction du fameux pont sur la rivière Kwaï. Des années plus tard, il souffre toujours d'un stress post-traumatique. Sa deuxième femme, Patricia Wallace, décidée à l'aider à surmonter ses démons, découvre que le jeune officier japonnais qui hante sa mémoire est toujours vivant. Doit-elle donner à Eric une chance de se confronter à celui qui l'a torturé ?

Mon avis : Un très beau film ! Je dirais même magnifique, qui explique non seulement la guerre, ses prisonniers et ses dérives mais également l'après guerre et comment chaque membre de l'armée envoyé au front vit au quotidien après de tels événements. D'ailleurs on nous démontre plusieurs étapes, on a l'impression de découvrir, comme Patricia, et de se prendre une claque lorsque Lomax commence à partir en vrille et à se replier sur lui même. Parce que s'il y a une chose que l'on sait, c'est que les soldats n'exprime jamais leur expérience mais surtout leur vie au sein d'une guerre. Des images qu'ils aimeraient effacés à jamais mais dont ils sont incapables.Et ce film représente tout cet aspect à merveille. Colin Firth et Nicole Kidman forment un très beau duo autant par leur image que par leur prestation.Et les "retrouvailles" entre Lomax et Nagase sont poignantes, lourde de sens et de regards. Cela ne dure que très peu, comparé au film mais c'est un des moments où il faut être le plus attentif possible ! C'est là que tout se joue et que l'on comprend aussi bien le passé que le présent. D'ailleurs les flashbacks, sans être les mieux introduits, sont intéressants et utile à l'histoire. On ne sait jamais trop quand ils vont apparaître, ni quand ils vont s'arrêter. La réalisation est superbe, nous offrant de belles séquences et quelques plans plus parlant que n'importe quel dialogue. L'histoire est captivante, il me semble pourtant avoir sentie une petite longueur mais qui comme vous le constatez ne marque pas les esprits. Un très beau film que je vous recommande (et vous savez que je suis fan des biopics et de cette période de l'histoire).

4 étoiles.

Voir les commentaires

Nos étoiles contraires

Publié le par Emy Lee

Nos étoiles contraires

Sortie le 20 août 2014.

Titre original : The fault in our stars.

Réalisé par Josh Boone, scénario de Scott Neustadter et Michael H. Weber d'après l'oeuvre de John Green et musique de Mike Mogis et Nate Walcott.

Acteurs : Shailene Woodley (Hazel Grace Lancaster), Ansel Elgort (Augustus Waters), Nat Wolff (Isaac), Willem Dafoe (Peter Van Houten), Laura Dern (Mme Lancaster), Sam Trammell (M. Lancaster), Milica Govich (Mme Waters), David Whalen (M. Waters), Lotte Verbeek (Lidewij Vliegenthart), Mike Birbiglia (Patrick), Emily Peachey (Monica), Randy Kovitz (Dr. Simmons), Emily Bach (Mère de Monica) et Ana Dela Cruz (Dr. Maria).

Histoire : Hazel Grace et Gus sont deux adolescents hors-normes, partageant un humour ravageur et le mépris des conventions. Leur relation est elle-même inhabituelle, étant donné qu'ils se sont rencontrés et sont tombés amoureux lors d'un groupe de soutien pour les malades du cancer.

Mon avis : Par où commencer... Convaincue sans trop l'être, je me rends tout de même à la séance de ce film sachant qu'il sera moins bon que ceux déjà visionné sur le sujet ("Ma vie pour la tienne" ou encore "Alabama Monroe") surtout avec le point romance qui m'insupporte déjà. J'en sors moyenne convaincue, mais je pense que pour les ados le message passera et je comprends alors son succès auprès d'eux et des jeunes adultes. Bien sûr j'y ai décelé de nombreux point négatif mais j'y reviendrai plus tard. Hazel est donc une jeune fille atteinte depuis ses huit ans d'un cancer auquel on ajoute aujourd'hui de lourd problème respiratoire. Entrant dans une phase d'acceptation de la mort et du deuil de la vie qu'elle n'aura peut être jamais, elle sombre peu à peu dans un renfermement de soi. Elle sera alors forcée de se rendre à des réunions pour échanger sur son quotidien et tout autre pensée possible. Elle va alors rencontrer Augustus, jeune homme atteint d'un cancer et qui a dû se faire amputer d'une jambe mais qui cependant reste positif et à l'écoute. Une grande amitié va naître entre eux et la romance va commencer. On espère tout le long du film que les américains ne vont pas nous inventer un happy-end dont ils ont le secret, il n'en est rien mais le film est tout de même très édulcoré et loin de la réalité. J'ai trouvé que pour des personnes malades, atteintes de maladie virale et dont on ne peut que soulager la souffrance, ils ont l'air d'aller plutôt bien. Le teint frais en toute circonstance, un air reposé, aucun signe de souffrance. Je dirais même qu'heureusement Hazel promène une bonbonne d'oxygène sinon on l'oublierait presque. Les médecins sont également très conciliant, la famille éloigné des réalités et il faut attendre une scène de quelques minutes pour entrevoir enfin la peur de chacun des membres. Pour le casting j'espère que Shailene Woodley serait meilleur dans son jeu que pour "Divergent", alors il y a un léger mieux c'est vrai, je le reconnais bien mais ce n'est toutefois pas encore cela, surtout quand on traite ce sujet. Alors surement que comme c'est un film destiné aux ados, il faut montrer cela avec légèreté et beauté et que son jeu est en lien avec cette commande. Je lui laisse donc encore le bénéfice du doute mais j'espère voir un jour ses qualités. J'ai bloqué un moment sur Laura Dern, en me disant qu'elle ressemblait beaucoup à Mme Dinosaure dans Jurassic Park, en me disant qu'elle avait tout de même dû vieillir depuis les années 90.... finalement elle vieillit relativement bien ! Mais je l'ai connu dans de meilleur rôle que celui-ci. Étonnée de voir William Dafoe, mais je trouve que c'est celui qui s'en sort le mieux, son personnage était intéressant et bouleversant mais pas assez exploité ou au contraire trop proche de la réalité dont on essaye de nous éloigner tout au long de ce film. Aujourd'hui je comprends donc mieux sont succès, même si moi je trouve que sur le sujet on a fait de nombreux film largement mieux exploité. Mais il s'adresse très bien au public dont il est destiné et il est toujours nécessaire de poindre une romance à laquelle ils sont plus réceptif.

3 étoiles.

Voir les commentaires

Matrix

Publié le par Emy Lee

Matrix

Sortie le 23 juin 1999.

Titre original : The matrix.

Réalisation et scénario par Lana et Andy Wachowski et musique de Don Davis.

Acteurs : Keanu Reeves (M. Thomas Anderson / Néo), Laurence Fishburne (Morpheus), Carrie-Anne Moss (Trinity), Hugo Weaving (Agent Smith), Joe Pantoliano (Cypher), Gloria Foster (Oracle), Marcus Chong (Tank), Julian Arahanga (Apoc), Matt Doran (Mouse), Belinda McClory (Switch), Anthony Rav Parker (Dozer), Paul Goddard (Agent Brown), Robert Taylor (Agent Jones), David Aston (Rhineheart), Marc Gray (Choi), Ada Nicodemou (Dujour) et Fiona Johnson (Femme en rouge).

Histoire : Programmeur anonyme dans un service administratif le jour, Thomas Anderson devient Neo la nuit venue. Sous ce pseudonyme, il est l'un des pirates les plus recherchés du cyber-espace. A cheval entre deux mondes, Neo est assailli par d'étranges songes et des messages cryptés d'un certain Morpheus. Celui-ci exhorte à aller au-delà des apparences et à trouver la réponse à la question qui hante constamment ses pensées : qu'est-ce que la matrice? Nul ne le sait, et aucun homme n'est encore parvenu à en percer les défenses. Mais Morpheus est persuadé que Neo est l'Elu, le libérateur mythique de l'humanité annoncé selon la prophétie. Ensemble, ils se lancent dans un lutte sans retour contre la matrice et ses terribles agents...

Mon avis : Ce film a commencé par être une de mes plus grandes frustrations... Attirée par l'affiche puis l'histoire la petite fille de onze ans en moi, rêvait de voir ce film. Sauf que je n'ai pas eu l'autorisation parentale et que j'ai du patienter jusqu'à mes quatorze ou quinze, la cassette vidéo m'attendant au chaud et bien caché. Il a tout bonnement été le premier qui m'ai autant retourné le cerveau ! Chaque visionnage m'apporte une nouvelle théorie, une nouvelle appréhension du film et un nouveau regard. C'est certainement celui qui a contribué à me donner goût au cinéma. La matrice est un monde complexe, et dont l'histoire n'est raconter que brièvement par Morpheus ou par de petites séquences à décrypter (j'ai donc été heureuse de découvrir "Animatrix" le film d'animation qui m'a expliqué à merveille toutes les zones d'ombres que je n'avais pas encore décelées, bon d'accord j'ai un peu triché). Les personnages sont tout aussi énigmatiques que l'histoire, en dehors de Néo (et encore) nous en apprenons très peu sur ses derniers, juste le nécessaire pour servir au film et au bon déroulement de l'histoire. La réalisation et le scénario des frères Wachowski est superbe. Ce film est d'une cohérence incroyable alors qu'on pourrait facilement s'y perdre. Ils font également un magnifique parallèle avec notre société, et alors qu'on approche des vingt ans du film, il est toujours aussi actuelle sur la question. La place des machines et des technologies qui nous déconnectent de toute réalité, la manière dont elle nous consume petit à petit et la réduction de la condition humaine. Sur la trilogie, c'est certainement le film qui fait le plus de lien avec la réalité et sur lequel on pourrait très certainement débattre des heures. Je suis d'ailleurs persuadée encore aujourd'hui et après de nombreux visionnages de passer encore à côté de quelques choses. Et c'est là toute la beauté du film pour moi, c'est que malgré tout on en apprend toujours. Un petit mot sur cette bataille et course poursuite finale qui est juste magnifique ! Cette caméra qui nous pose en spectateur tout en semblant être acteur de nos mouvements.Qui nous pousse presque à courir avec Neo pour échapper à l’affreux agent Smith.Cette révolution du stop-motion, largement exploité pour un rendu intéressant et dont le film reste une référence pour cette pratique (même s'il a été beaucoup tourné en dérision). Je trouve que le film ne prend pas une ride, il vieillit plutôt bien et reste actuel entre son image et son scénario. Côté casting, aujourd'hui cela me semble impressionnant alors qu'on connaissait très peu certain à l'époque. Keanu Reeves, dont le charisme énigmatique s'adapte parfaitement à son personnage, un élu peu sur de lui, qui ne semble pas convaincue par sa vie puis l'histoire qu'on lui présente. Laurence Fishburne en impose, sans vraiment usée de la peur. Carrie-Anne Moss dont je trouve le personnage plus intéressant dans ce film que dans les suites, en impose également face à ses clans d''hommes et démontre qu'elle a une place bien défini. Et enfin Hugo Weaving, l'incontournable agent Smith, qui est très certainement l'acteur qui a un des meilleurs jeu (à confirmer) mais que l'on va adoré détester dès son apparition. Si le film reste difficile à suivre et requiert plusieurs visionnages, il n'en reste pas moins intéressant pour les techniques utilisés par les réalisateurs, par son scénario innovant et par son casting à la hauteur du film. Il est inconcevable que vous ne l'ayez pas encore regarder et il faut rattraper cela. Car que l'on aime le genre ou non, on en tire toutefois une analyse concrète d'un potentiel avenir de notre société. Ou du moins on peu largement débattre si ce dernier ne vous a pas convaincue.

5 étoiles.

Voir les commentaires

Le Chat Potté

Publié le par Emy Lee

Le Chat Potté

Sortie le 30 novembre 2011.

Titre original : Puss in boots.

Réalisé par Chris Miller, scénario de Tom Wheeler d'après l’œuvre de Charles Perrault et musique d'Henry Jackman et Rodrigo Y Gabriela.

Doublage : Boris Rehlinger (Chat Potté), Virginie Efira (Kitty pattes de velours), Vincent Ropion (Humpty Dumpty), Annabelle Roux (Jill), Raphaël Cohen (Jack), Léonor Galindo (Imelda) et Thierry Hancisse (El Comandante).

Histoire : C'était bien avant que notre mythique Chat Potté ne croise la route de Shrek... Le légendaire félin, et non moins redoutable amant, s'était alors embarqué dans un périple riche en rebondissements, avec la ravissante et rusée Kitty pattes de velours et Humpty Alexandre Dumpty, véritable "cerveau" de l'opération. Leur objectif : s'emparer de la fameuse Oie aux œufs d'or !

Mon avis : Un spin-off sur le Chat Potté, bien entendu je fonce au cinéma pour voir cela. A l'époque c'est même une de mes grosses attentes de l'année. Si les derniers volets de la franchise de "Shrek" m'avait déçue, ce film m'a beaucoup plus malgré les incohérences d'après les faits exposés dans les précédents films où ce dernier apparaît. Le principe est le même, on reprend des personnages de conte qui ont bercé notre enfance pour les porter à l'écran et les mettre aux goûts du jour. L'histoire en elle même est intéressante, le scénario est assez bien construit pour nous tenir en haleine même si je trouve que la fin est bâclée pour éviter que la durée n'excède la capacité d'attention des enfants. On plonge donc dans l'enfance du Chat Potté, censé nous expliqué comment il a pu arriver à devenir un Hors-la-loi... C'est assez touchant, une référence peu caché à Zorro dans le fait d'être poursuivit par les autorités mais reconnu comme un "sauveur" par ses semblables. Et je dirais que rien que pour voir le Chat Potté bébé, puis enfant trop mignon, on doit s'intéresser à ce film parce qu'il est trop choupi. Bref je m'égare. D'un point graphisme et animation c'est très beau, quand il bouge on voit tous ses poils bouger un à un, les couleurs, la luminosité un porte un plus au réalisme et au côté récit. Ce qui peut poser question, c'est que si on a une réelle attache pour le personnage principale, sa ne sera pas vraiment le cas pour les nouveaux. Ses derniers garderont leur place de personnage secondaire tout au long du film, on les apprécie (ou non) mais sa en reste là et ne laisse pas vraiment de trace. Ou le personnage du Chat Potté prend trop de place (en même temps c'est son film). Une petite mention pour le chat qui fait "Wooouuuuuhhh!" dont je suis particulièrement fan et qui me fait beaucoup rire. Ce film se laisse regarder, on est content des informations que l'on peut glaner aux passages sur l'histoire du chat, mais on oublie assez vite tout le reste. C'est intéressant mais le scénario peine et les dernières minutes sont justes trop brodées pour la rapidité. Attendons de voir la suite en 2018, mais ce premier volet m'a tout de même conquise.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

Shrek II

Publié le par Emy Lee

Shrek II

Sortie le 23 juin 2004.

Réalisé par Andrew Adamson, Kelly Asbury et Conrad Vernon, scénario de J. David Stem, Joe Stillman, David N. Weiss, Andrew Adamson et Chris Miller d'après l’œuvre de William Steig et musique d'Harry Gregson-Williams.

Doublage : Alain Chabat (Shrek), Barbara Tissier (Fiona), Med Hondo (l'Ane), Boris Rehlinger (Chat Potté), Emmanuel Garijo (Ti Biscuit), Michel Prud'homme (Roi Harold), Tania Torrens (Reine Liliane), Lionel Tua (Prince charmant), Claire Guyot (Marraine la fée), Philippe Gratoire (Grand méchant loup), Edgar Givry (Miroir magique), Alexandre Gillet (Pinocchio), Eric Métayer (Souris aveugles), Danièle Douet (Jill), Jean Barney (Lh'orrible demi-soeur) et Jean-Loup Horwitz (Trois petits cochons).

Histoire : Devenus de jeunes mariés, Shrek et Fiona rentrent de leur heureuse lune de miel. Ils sont invités par les parents de Fiona à venir dans leur royaume à Fort Fort Lointain. Mais ils ne se doutent pas que leur fille est devenue une ravissante ogresse...

Mon avis : Je suis vraiment fan du premier volet de la saga et j'aime aussi cette suite... Malheureusement moins, je m'explique. Dans ce deuxième film nous retrouvons donc tout nos personnages de contes préférés dans de nouvelles aventures parfois un poil poussé par les cheveux, mais après tout nous sommes dans le monde d' "Il était une fois...". Ce que je trouve pesant dans ce film c'est toutes ses références à des films, publicités, événements datant de 2004 et qui aujourd'hui (pour certaines) sont parfois oubliés. On a bien sûr plaisir de retrouver notre trio, d'en découvrir de nouveaux et surtout l'arrivé du Chat Potté (qui reste mon préféré). Côté réalisation, l'animation est en net progrès depuis le premier, les regards des personnages sont moins figés, ils se déplacent moins comme des robots et la luminosité est plus présente. Les graphismes sont inchangés, il n'y avait aucune raison du contraire. Côté scénario, c'est sympas, cette suite était incontournable puisque Fiona a une famille, on se laisse assez rapidement prendre au jeu pour le plus grand plaisir des spectateurs (autant les enfants que les adultes). S'il n'y avait pas toutes ses références qui cassent le rythme du film et deviennent grotesque à la longue, le film aurait été une suite réussi.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Mauvais sang

Publié le par Emy Lee

Mauvais sang

Sortie le 26 novembre 1986.

Réalisation et scénario par Leos Carax.

Acteurs : Denis Lavant (Alex), Juliette Binoche (Anna), Michel Piccoli (Marc), Julie Delpy (Lise), Leos Carax (Voyeur du quartier), Hans Meyer (Hans), Mireille Perrier (Jeune mère), Carroll Brooks (l'américaine), Hugo Pratt (Boris), Serge Reggiani (Charlie), Jérôme Zucca (Thomas) et Charles Schmitt (le commissaire).

Histoire : Sous l'accablante chaleur dégagée par la comète de Halley, la population parisienne est frappée par un virus tuant ceux qui font l'amour sans aimer. Dès lors, deux bandes rivales vont se disputer le germe de ce virus qui devrait permettre de créer un vaccin et sauver la population.

Mon avis : Je découvre vraiment Leos Carax et pour l'instant j'apprécie beaucoup ce qu'il réalise. J'avoue avoir préféré ce dernier à "Holly Motors" mais seulement parce que j'ai mieux compris "Mauvais sang" et avec plus de facilité. Leos Carax est toujours énigmatique avec ses personnages mais on en apprend sur eux au fur et à mesure que l'histoire se déroule devant nos yeux. Avec un jeu, une mise en scène et une réalisation des plus imprévisible et un tantinet cachotière.On est donc plongé dans l'histoire d'Alex qui rejoue malgré lui et son refus l'histoire de son père. Pensant s'intégrer pour se donner les moyens de se sortir de son passé. Il est cependant toujours rattrapé par ce dernier. Amoureux éperdu de Lise, il va pourtant la quitté pour son rêve de vie meilleure. Il rencontre alors Anna, pour qui son amour se révèlera sans réciprocité... Les décors du film sont tout aussi particulier que l'univers pour lequel ils ont été construit. Denis Lavant est très convaincant et son jeu m'a vraiment conquise. Juliette Binoche est magnifique, une vraie poupée de cire, démontrant une sensibilité sans pareille et qui pourtant faire preuve d'une force insoupçonnée. Vraiment un très beau film que je vous recommande, en revanche suivez bien sinon vous risquez de décrocher assez vite. Pour ma part je vais continuer à m'intéresser à la filmographie de Leos Carax.

5 étoiles.

Voir les commentaires

Les gardiens de la galaxie

Publié le par Emy Lee

Les gardiens de la galaxie

Sortie le 13 août 2014.

Titre original : Gardians of the galaxy.

Réalisé par James Gunn, scénario de Nicole Perlman et James Gunn d'après l’œuvre de Dan Abnett et Andy Lanning, et musique de Tyler Bates.

Acteurs : Chris Pratt (Peter Quill / Star Lord), Zoe Saldana (Gamora), Dave Bautista (Drax le destructeur), Vin Diesel (Groot), Bradley Cooper (Rocket), Josh Brolin (Thanos), Lee Pace (Ronan l'accusateur), Benicio Del Toro (le collectionneur), Karen Gillan (Nebula), Glenn Close (Nova Prime), John C. Reilly (Rhomann Dey), Michael Rooker (Yondu Udonta), Djimon Hounsou (Korath), Ophelia Lovibond (Carina), Peter Serafinowicz 'Denarian Saal), Laura Haddock (Meredith Quill), Melia Kreiling (Bereet) et Tom Proctor (Horuz).

Histoire : Peter Quill est un aventurier traqué par tous les chasseurs de primes pour avoir volé un mystérieux globe convoité par le puissant Ronan, dont les agissements menacent l'univers tout entier. Lorsqu'il découvre le véritable pouvoir de ce globe et la menace qui pèse sur la galaxie, il conclut une alliance fragile avec quatre aliens disparates : Rocket, un raton laveur fin tireur, Groot, un humanoïde semblable à un arbre, l'énigmatique et mortelle Gamora, et Drax le destructeur, qui ne rêve que de vengeance. En les ralliant à sa cause, il les convainc de livrer un ultime combat aussi désespéré soit-il pour sauver ce qui peut encore l'être...

Mon avis : On va commencer par LE point positif, je ne me suis pas endormie ! Contrainte et forcée par les concessions avec cher et tendre, je suis forcée d'aller voir le Marvel de l'année, que dis-je le film de l'année (oui sa fait peur). Si les personnages de Rocket et de Groot sont attachant, d'autant plus que Groot est le seul personnage à penser à d'autre que lui même. Le reste est un ramassis d'incohérence du début à la fin et de situation totalement impossible voir tiré par les cheveux. Chris Pratt est un acteur plat, aucune émotion ni dans son jeu, ni dans le regard. J'ai connu Zoe Saldana bien meilleure. J'étais frustrée par l'abus d'effets spéciaux et de maquillage qui ne permettais pas de reconnaitre les acteurs. Et le thème est comme toujours vu et revu. L'autre point positif c'est qu'avec cher et tendre on est tombé d'accord sur la futilité de ce film, lui pourtant fan de l'univers Marvel et aura eu le mérite de nous conduire à un débat des plus long. Je l'ai pourtant visionné en V.O. mais sa n'a pas aidé à me le faire apprécier davantage, je suis totalement hermétique à cet univers et d'autant plus depuis qu'il a été racheté par la souris aux grandes oreilles. Passez votre chemin, il y a des films bien meilleurs qui ne demande qu'à être découvert.

1 étoile.

Voir les commentaires

1 2 > >>