Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #biopic tag

Lion

Publié le par Emy Lee

Sortie le 22 février 2017.

Réalisé par Garth Davis, scénario de Luke Davies d'après l'oeuvre de Saroo Bierley, et musique d'Hauscka et Dustin O'Halloran.

Acteurs : Dev Patel (Saroo adulte), Sunny Pawar (Saroo jeune), Ronney Mara (Lucy), Nicole Kidman (Sue), David Wenham (John), Abhishek Bharate (Guddu), Priyanka Bose (Kamla), Tannishtha Chatterjee (Noor), Nawazuddin Siddiqui (Rawa), Deepti Naval (Mme Sood), Divian Ladwa (Mantosh), Sachin Joab (Bharat), Pallavi Sharda (Prama), Akra Das (Sami), Aditya Roy Kapoor (Vijay Vora), Eamon Farren (Luke) et Menik Gooneratne (Swarmina).

Histoire : Saroo est un jeune garçon de la banlieue indienne. Il accompagne son frère, Guddu, dans des tâches pour subvenir aux besoins de sa famille. Sa mère travaille dans une carrière. Un soir, son frère décide de faire un larcin de nuit. Saroo l'accompagne. C'est la dernière fois que Saroo verra son frère, sa famille et son village. Le jeune garçon de cinq ans va alors voyagé entre Calcutta et l'Australie, faire des rencontres aussi différentes les unes que les autres. Et espère pouvoir un jour rentrer chez lui !

Mon avis : Un film magnifique ! Autant par sa réalisation que par son scénario ! C'est une très belle histoire qui nous est conté par Garth Davis, et qui est parfaitement conduit par Sunny Pawar, qui porte à lui seul cette histoire. On a également beaucoup de plaisir à retrouver Dev Patel, que je n'avais personnellement pas revu depuis "Slumdog Millionnaire". Les mots me manquent pour exprimer ce que j'ai ressenti durant plusieurs minutes. J'ai été très touchée par cette histoire et par le jeu du jeune Sunny Pawar. Bien sûr, beaucoup diront que le film a été tourné pour remplir les cases attendues par les Oscars. Moi j'ai vu un film retraçant le parcours d'un jeune garçon de cinq ans, qui doit se construire avec l'idée qu'il ne retrouvera jamais sa famille.La réalisation est superbe, la bande originale magnifique. Je suis passée par un grand nombre d'émotions, mais d'une certaine façon ce film fait un bien fou ! 

4,5 étoiles.

Voir les commentaires

The birth of the nation

Publié le par Emy Lee

Sortie le 11 janvier 2017.

Réalisation et scénario par Nate Parker, et musique d'Henry Jackman.

Acteurs : Nate Parker (Nat), Armie Hammer (Samuel Turner), Mark Boone (Révérend Walthall), Colman Domingo (Hark), Aunjanue Ellis (Nancy), Dwight Henry (Isaac), Penelope Ann Miller (Elizabeth Tunrer), Aja Naomi King (Cherry), Ester Scott (Bridget), Jackie Earle Haley (Raymond Cobb), Roger Guenveur Smith (Isaiah), Gabrielle Union (Ester), Tony Espinosa (Nat enfant), Jayson Warner Smith (Earl Fowler), Jason Stuart (Joseph Randall), Chiké Okonkwo (Will), Katie Garfield (Catherine Turner), Kai Norris (Jasper), Steve Coulter (Général Childs), Griffin Freeman (Samuel enfant), Jeryl Prescott (Janice), Justin Randell Brooke (Guiles Reese), Aiden Flowers (John Clarke enfant),  et Tom Proctor (E. T. Brantley).

Histoire : Trente ans avant la guerre de Sécession, Nat Turner est un esclave cultivé et un prédicateur très écouté. Son propriétaire, Samuel Turner, qui connaît des difficultés financières, accepte une offre visant à utiliser les talents de prêcheur de Nat pour assujettir des esclaves indisciplinés. Après avoir été témoin des
atrocités commises à l’encontre de ses camarades opprimés, et en avoir lui-même souffert avec son épouse, Nat conçoit un plan qui peut conduire son peuple vers la liberté…

Mon avis : Des films sur l'esclavage et sur la traite des nègres, il y en a eu des tas. Pour autant, je suis toujours horrifiée de constater toutes les méthodes de maltraitance et de torture usées par les blancs envers leurs biens. Ce qu'on apprécie dans ce film, c'est que la ferme des Turner semble plus humaine que celle exposée dans d'autres films. Malgré l'esclavage, il règne une certaine harmonie et la sécurité des esclaves. L'idée d'user d'un esclave pour prêcher la bonne parole à ses semblables ne m'avait pas grandement convaincue, mais c'est finalement cette ouverture sur l'extérieur qui permet à Nat de se rendre compte de l'ampleur de l'esclavage. Les réflexions, les gestes, les discours m'ont fortement dérangé, peut-être plus que la maltraitance et les tortures. Le film est très intéressant et j'ai eu le sentiment de découvrir une nouvelle part de l'histoire. La réalisation de Nate Parker est superbe, on a des plans et des séquences magnifiques qui touchent forcément le spectateur. Le casting est impressionnant, j'ai beaucoup aimé Nate Parker que je découvrais dans ce film comme la plupart des acteurs et actrices présents dans ce film. Ce film a été une très belle découverte, et jusqu'au bout j'y ai cru à cette liberté même si je connaissais les faits historiques.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Hands of the stone

Publié le par Emy Lee

Sortie le 16 mai 2016.

Réalisation et scénario par Jonathan Jakubowicz, et musique d'Angello Milli.

Acteurs : Robert de Niro (Ray Arcel), Edgar Ramirez (Roberto Duràn), Ellen Barkin (Stephanie Arcel), John Turturro (Frankie Carbo), Usher (Ray Leonard), Oscar Jaenada (Chaflan), Ana de Armas (Felicidad Iglesias), Drena De Niro (Adele) et Reg E. Cathey (Don King).

Histoire : En 1968, le boxeur panaméen Roberto Duràn, surnomé "mains de pierre", débute sa carrière professionnelle à l'âge de seize ans. Il ne se retira qu'en 2002, alors âgé de cinquante ans. Tout au long de sa vie, Roberto Duràn va se battre pour la reconnaissance de ses pairs et vivre durant la révolution panaméenne.

Mon avis : Très surprise par ce film que j'ai énormément apprécié. Fan de Rocky Balboa, j'ai un peu retrouvé de mon personnage fétiche en Roberto Duràn mais sur un fond de biopic beaucoup plus intéressant. Roberto Duràn est un boxeur imprévisible autant sur le ring que dans sa vie privée, il a une carrure et une prestance qui ne laisse pas indifférent et il en est question. Pour autant, Roberto Duràn est un enfant de la rue, tout ce qu'il a appris c'est à la dure. Il commencera à boxer très jeune pour sortir d'une prison pour mineur. Le film se déroule en pleine révolution panaméenne, une part d'histoire intéressante que je ne connaissait pas du tout. Malgré la personnalité de Roberto Duraàn on s'attache assez vite à lui, et certainement en grande partie grâce au personnage de Ray Arcel, entraîneur mondialement connu, qui nous rappel sans cesse d'où vient Roberto et comment il s'est construit en tant qu'adulte. Le film est fabuleux, ce ne sont pas que des vulgaires combat entre champion on nous rapporte l'histoire et la construction de ce boxeur. Tout à favorisé mon coup de coeur pour ce film : la réalisation, le scénario, les costumes, la bande original... Cela faisait très longtemps que je n'avais pas vu un film de boxe qui m'ait autant captivé !

4,5 étoiles.

Voir les commentaires

Sully

Publié le par Emy Lee

Sortie le 30 novembre 2016.

Réalisé par Clint Eastwood, scénario de Todd Komarnicki d'après l'oeuvre de Chesley Sullenberger et Jeffrey Zaslow, et musique de Christian Jacob.

Acteurs : Tom Hanks (Chesley "Sully" Sullenberger), Aaron Eckhart (Jeff Skiles), Laura Linney (Lorrie Sullenberger), Anna Gunn (Dr Emizabeth Davis), Autumn Reeser (Tess Soza), Jerry Ferrara (Micheal Delaney), Sam Huntington (Jeff Kolodjay), Holt MacCallany (Mike Cleary), Wayne Bastrup (Brian Kelly), Chris Bauer (Larry Rooney), Leslie Castay (Pauline Sullenberger), Jeff Kober (L. T. Cook), Max Adler (Jimmy Stefanik) et Valerie Mahaffey (Diane Higgins).

Histoire : Le 15 janvier 2009, le monde a assisté au "miracle sur l'Hudson" accompli par le commandant "Sully" Sullenberger : en effet, celui-ci a réussi à poser son appareil sur les eaux glacées du fleuve Hudson, sauvant ainsi la vie des 155 passagers à bord. Cependant, alors que Sully était salué par l'opinion publique et les médias pour son exploit inédit dans l'histoire de l'aviation, une enquête a été ouverte, menaçant de détruire sa réputation et sa carrière.

Mon avis : Vous me connaissez, je suis une fan inconditionnelle de Tom Hanks je me devais donc de visionner ce film. D’autant plus que je l’attends depuis la diffusion de la bande annonce. Pour autant, j’avais quelques réticences concernant le sujet et la manière dont il allait être mis en scène. Je n’arrivais par ailleurs pas à comprendre comment il était possible de réaliser un long métrage sur ce sujet. C’est dans cet état d’esprit que je suis partie à la découverte de ce film. Je ne m’attendais pas à ce cheminement, pour moi nous allions dans un premier temps assister au crash de l’avion, puis dans un second temps être témoin de l’enquête qui allait être réalisé auprès des protagonistes et ainsi en connaître le dénouement. J’ai été surprise de constater l’inverse, Clint Eastwood décide de fusionner les deux, en ne révélant finalement qu’avec l’écoute des boîtes noires le réel état d’esprit des pilotes durant leur manœuvre. Cette façon de procéder démontre bien la réflexion humaine de pilotes, cette décision prise dans l’urgence et cette évaluation rapide devant définir les conditions d’atterrissages. Ce cheminement était plutôt intelligent de sa part, il permet de placer le spectateur dans une réflexion et une analyse de la situation qui n’aurait pas été la même s’il avait suivi une trame logique. La réalisation est de qualité, les images sont saisissantes, et l’ambiance assez bien représentée. Les acteurs sont convaincants et nous offre une belle prestation. La bande originale est magnifique, cette dernière a raisonnée dans mes oreilles durant un long moment. J’ai beaucoup apprécié durant le générique de fin d’entrevoir l’équipage et les passagers du vol au complet (ou presque). C’est un bel hommage qui leur est rendu. Personnellement je n’ai pas compris l’acharnement de cette enquête, comme il est répété à mainte reprise dans le film il n’est pas nécessaire de chercher la petite bête dans une situation où le crash n’a pas eu lieu et que toutes les personnes présentes ont survécu. On sent un acharnement dans la procédure, alors certes dans un but semble-t-il financier mais n’est-il pas nécessaire d’insister sur l’aspect positif de cette situation ?  En tous les cas, Sully est un bon film, qui relate l’héroïsme d’un équipage mais aussi l’aspect humain des professionnels et ce peu importe leur profession.

4 étoiles.

Voir les commentaires

L'odyssée

Publié le par Emy Lee

Sortie le 12 octobre 2016.

Réalisé par Jérôme Salle, scénario de Laurent Turner et Jérôme Salle d'après l'oeuvre d'Albert Falco, et musique d'Alexandre Desplat.

Acteurs : Lambert Wilson (Jacques-Yves Cousteau), Pierre Niney (Philippe Cousteau), Audrey Tautou (Simone Melchior Cousteau), Laurent Lucas (Philippe Tailliez), Benjamin Lavernhe (Jean-Michel Cousteau), Vincent Heneine (Albert Falco), Thibault de Montalembert (Etienne Deshaies), ROger Van Hool (Daddy), Chloé Hirschman (Jan), Adam Neill (David Wolper), Olivier Galfione (Frédéric Dumas), Martin Loizillon (Henri Plé), Ulysse Stein (Philippe Cousteau enfant), Rafaël De Ferran (Jean-Michel Cousteau enfant) et Chloé Williams (Eugénie Clark).

Histoire : 1948. Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier.

Mon avis : Jacques-Yves Cousteau est la personne qui a bercé mon enfance et mes rêves, scotché devant les documentaires, hypnotisé par les fonds marins. Pendant des années, j'ai souhaité devenir océanographe quand d'autres rêvait d'être professeur, pompier ou gendarme., j'ai cependant été très vite rattrapé par mes lacunes en maths et en chimie. Pour autant, il est resté longtemps un modèle et il me paraissait donc tout à fait logique de découvrir ce film. Pendant un moment, j'ai cru que mon mythe allait s'effondrer. Lui que je prenais pour un défenseur des mer, l'ami des mammifères, je n'ai pas apprécier de le découvrir avide de pouvoir et d'argent, de reconnaissance et de célébrité au détriment de la nature. Malgré la désillusion, il faut avouer que la réalisation et la photographie est magnifique ! Un bonheur sur grand écran. Ces images nous font presque oublier les projets de M. Cousteau. On a presque l'impression de virer au documentaire, pour autant certaines scènes sont superbes comme l'arrivée des requins ou encore la nage de la baleine. Même si me film à un peu fissuré mon modèle j'ai réussi à me resaisir avec la fin et le revirement de situation (merci Philippe). J'ai vraiment passé un bon moment, le casting était tout à fait à propos, Lambert Wilson est très convaincant peut être en raison de ce nez. Pierre Niney confirme qu'il est un bon acteur même devant d'autres grand noms. Et je pense que ce film devrait être apprécié sur grand écran. Foncez le voir si ce n'est pas déjà fait et d'autant plus si vous y trouvez un quelconque intérêt.

5 étoiles.

Voir les commentaires

Chocolat

Publié le par Emy Lee

Chocolat

Sortie le 3 février 2016.

Réalisé par Roschdy Zem, scénario de Cyril Gely, et musique de Gabriel Yared.

Acteurs : Omar Sy (Chocolat), James Thiérrée (Footit), Thibault de Montalembert (Jules Moy), Clotilde Hesme (Marie), Olivier Gourmet (Oller), Frédéric Pierrot (M. Delvaux), Noémie Lvovsky (Mme Delvaux), Alice de Lencquesaing (Camille), Olivier Rabourdin (M.Gemier), Héléna Soubeyrand (Régina Badet), Linett Hernandez Valdez (mère de Chocolat), Timothé Vom Dorp (Eugène), Phénix Brossard (Eugène jeune adulte), Antonin Maurel (Ortis), Christophe Fluder (Marval), Xavier Beauvois (Félix Pottin), Denis Podalydès (Auguste Lumière), Bruno Podalydès (Louis Lumière), Alex Descas (Victor) et Dan Herzberg (Fergus).

Histoire : Du cirque au théâtre, de l'anonymat à la gloire, l'incroyable destin du clown Chocolat, premier artiste noir de la scène française. Le duo inédit qu'il forme avec Footit, va rencontrer un immense succès populaire dans le Paris de la Belle époque avant que la célébrité, l'argent facile, le jeu et les discriminations n'usent leur amitié et la carrière de Chocolat. Le film retrace l'histoire de cet artiste hors du commun.

Mon avis : J'ai eu beaucoup de mal à me décider à le voir, m'attendant à une comédie dont Omar Sy est habitué, j'aurais dû davantage me fier au réalisateur Roschdy Zem qui m'avait déjà fortement conquise avec "Omar m'a tuer". Le coup dur de ce film, c'est de se rendre contre qu'entre le début du vingtième siècle à aujourd'hui les représentations ont très peu changé. Même si heureusement beaucoup de choses ont déjà évolué. Cependant à l'époque, c'était encore les colonies et l'emprise de la race blanche.Le pauvre Chocolat en fait malheureuse les frais, à ses dépend au début et vers la fin en raison de son ambition bien trop importante pour l'époque. En effet, le clown Chocolat malgré son succès de l'époque et tombé totalement dans l'oublie au fil des années (voir même des mois). Pourtant il a tenté à plusieurs reprises de révolutionner les mentalités. Sa fin est plutôt triste, il m'a fait beaucoup de peine. Le film est très prenant et je pense que la réalisation et les décors y sont pour beaucoup. Être plongée dans cet époque à été un régal, malgré la dimension raciale, les décors et les costumes magnifiques. Une très belle surprise que ce film, je ne m'attendais pas à voir Omar Sy dans un tel film et il m'a bluffé, son interprétation réussi. Chocolat en Othello j'y croyais dur comme fer !

4 étoiles.

Voir les commentaires

Raisons d'état

Publié le par Emy Lee

Raisons d'état

Sortie le 4 juillet 2007.

Titre original : The good sheperd.

Réalisé par Robert De Niro, scénario d'Eric Roth, et musique de Bruce Fowler Jr et Marcelo Zarvos.

Acteurs : Matt Damon (Edward Wilson), Angelina Jolie (Clover / Margaret Ann Russell), Robert De Niro (Général Bill Sullivan), John Turturro (Ray Brocco), William Hurt (Philip Allen), Billy Crudup (Arch Cummings), Eddie Redmayne (Edward Bell Wilson Jr), Keir Dullea (Sénateur John Russel Sr), Alec Baldwin (Sam Murach), Oleg Stefan (Ulysse / Stas Siyanko), Martina Gedeck (Hanna Schiller), Joe Pesci (Joseph Palmi), Timothy Hutton (Thomas Wilson), Michael Gambon (Dr Fredericks), Tammy Blanchard (Laura), Carl Burrows (Professeur), Lee Pace (Richard Hayes), Gabriel Macht (John Russel Jr), Todd Detwiler (Agent de la CIA), Ryan Gayda (Anthony De Santine) et Lars Gerhard (M. Haupt).

Histoire : Pour Edward Wilson, seul témoin du suicide de son père et membre de la Skull and Bones Society à l'Université de Yale, l'honneur et la discrétion sont des valeurs primordiales. Ce sont ces qualités qui poussent la CIA, l'agence gouvernementale qui vient d'être créée, à le recruter.Influencé par l'ambiance paranoïaque que provoque la Guerre Froide dans toute l'agence, Wilson se montre de plus en plus suspicieux. Son pouvoir grandit, mais il a de moins en moins confiance en ceux qui l'entourent... Son obsession du travail va lui coûter cher, l'isolant chaque jour un peu plus de ses proches et de celui qu'il était...

Mon avis : Si vous chercher un petit film pour passer le temps et vous divertir, ce n'est clairement pas celui-là... Le film dure plus de deux heures et trente minutes et moi je me suis fait avoir. Mais ce point ne doit pas vous rebuter, le film est très intéressant et prenant. On découvre comment est née la CIA, pourquoi, par qui et avec qui. Le film est principalement porté par Matt Damon, dont j'ai vraiment découvert le talent dans ce film. On y croise pas mal de beau monde dans le casting, même si certains ne sont pas énormément présent. Je ne vais pas le cacher, bien que le film est intéressant, il reste relativement long et parfois plat. Mais j'ai été très surprise de découvrir que le film est une réalisation de Robert De Niro. Certains plans sont d'ailleurs intéressant et nous plonge concrètement dans l'histoire. Le scénario est intéressant et bien construit. Il démontre bien les différentes étapes par lesquels Edward Wilson va passer en lien avec son travail, sa vie privé et l'histoire. Le film est très riche, et je pense que c'est justement cette richesse qui fait qu'on s'y perd un peu. En tout cas, si vous n'avez jamais vu ce film, je vous invite à le découvrir. Ne serait-se que pour voir la création de la CIA et les enjeux qui se jouent à travers ce genre d'organisations.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

Steve Jobs

Publié le par Emy Lee

Steve Jobs

Sortie le 3 février 2016.

Réalisé par Danny Boyle, scénario d'Aaron Sorkin d'après l’œuvre de Walter Isaacson, et musique de Daniel Pemberton.

Acteurs : Michael Fassbender (Steve Jobs), Kate Winslet (Joanna Hoffman), Seth Rogen (Steve Wozniak), Jeff Daniels (John Sculley), Michael Stuhlbarg (Andy Hertzfeld), Katherine Waterson (Chrisann Brennan), Makenzie Moss (Lisa Brennan à cinq ans), Ripley Sobo (Lisa Brennan à neuf ans), Perla Haney-Jardine (Lisa Brennan à dix-neuf ans), Sarah Snook (Andrea Cunningham), John Ortiz (Joel Pforzheimer), Adam Shapiro (Avie Tevanian), John Steen (Mike Markkula), Stan Roth (Georges Coates) et Mihran Shlougian (Jandali).

Histoire : Dans les coulisses, quelques instants avant le lancement de trois produits emblématiques ayant ponctué la carrière de Steve Jobs, Du Macintosh en 1984 à l'Imac en 1998, le film nous entraîne dans les rouages de la révolution numérique pour dresser le protrait intime de l'homme de génie qui y a tenu une place centrale.

Mon avis : Je préfère être claire tout de suite, je ne connais absolument pas la vie de Steve Jobs. D'ailleurs j'ai dû le connaître peu de temps avant sa mort.Vous allez me dire, pourquoi ce film ? Tout d'abord parce que Danny Boyle. Et puis parce que connaître l'envers du décors d'un des personnages les plus emblématique de la révolution technologique. Dans ce film, on y découvre donc Michael Fassbender dans la peau d'un Steve Jobs détestable, méprisant et j'en passe qui va jusqu'à renier sa paternité envers "sa" fille Lisa. Au début, je l'ai clairement détesté ! Mais cette personnalité démontre bien l'état d'esprit dans lequel il faut être. Marcher sur les autres pour ne pas se faire marcher dessus. Si vous cherchiez à voir un biopic sur l’œuvre de Steve Jobs, ce n'est clairement pas le film à voir. Ici, on traite essentiellement de sa vie privé, de sa personnalité mais surtout de sa relation avec Lisa et de la place qu'elle a dans sa vie. Sur tous les acteurs étant passé dans la peau de Steve Jobs, j'avoue que Michael Fassbender est celui qui m'a le plus convaincu, d'où peut être également mon engouement pour le film. J'ai été surprise d'y découvrir Kate Winslet, j'ai adoré son rôle, dans l'ombre mais puissante toutefois. L'histoire est prenante, j'ai eu toutefois un petit moment de flottement où je me questionnais notamment sur le temps qu'il restait à regarder le film. Un poil de frustration, puisque l'on participe au lancement des produits emblématiques de la marque sous Steve Jobs mais on nous coupe souvent l'herbe sous le pied puisque le film n'est pas la pour faire l'éloge de la carrière de Steve Jobs mais bien les méandres de sa vie privée. Et on a parfois l'impression qu'il va au clash pour ensuite apaiser tout le monde avec l'aide d'un chèque. J'ai bien aimé, j'ai passé un bon moment et le casting est vraiment intéressant. Maintenant j'ai envie d'en savoir plus sur la carrière de l'homme. Je ne vais donc pas tarder à m'intéresser aux précédents biopics, afin de savoir si c'était un gros connard manipulateur où juste un homme intelligent, analyste et puissant.

3 étoiles.

Voir les commentaires

The danish girl

Publié le par Emy Lee

The danish girl

Sortie le 20 janvier 2016.

Réalisé par Tom Hooper, scénario de Lucinda Coxon d'après l'œuvre de David Ershoff, et musique d'Alexandre Desplat.

Acteurs : Eddie Redmayne (Einar Wegener /Lili Elbe), Alicia Vikander (Gerda Wegener), Ben Whishaw (Henrik), Amber Heard (Oola Paulson), Sébastian Koch (Warnekros), Matthias Schoenaerts (Hans Axgill), Tuss Sillberg (femme âgée), Adrian Schiller (Rasmussen), Emerald Fennell (Elsa), Henry Pettigrew (Niels), Claus Bue (Homme à la fenêtre), Peter Krag (Portier), Angela Curran (Habilleuse), Pixie (Hvappe), Richard Dixon (Fonnesbech) et Pip Torrens (Dc Hexler).

Histoire : Le film retrace l'histoire d'amour entre Gerda Wegener et Lili Elbe, née Einar Wegener, l'artiste danoise connue comme la première personne à avoir subi une chirurgie de ré-attribution sexuelle en 1930. Le mariage et le travail de Lili et Gerda évoluent alors qu'ils s'embarquent sur les territoires encore inconnus du transgenre.

Mon avis : Encore aujourd'hui, le sujet abordé dans ce film est incompris et tabou. J'avoue moi même avoir dans certaines situations des difficultés à le comprendre. Au départ du film, on rencontre un couple tout ce qu'il y a de plus heureux et épanouie, l'homme à un côté masculin qui ressort mais sans non plus que cela soit "alarmiste". Puis après un jeu avec sa femme, après avoir pris possession d'un corps qui lui convient, son attitude change. Nous même, en tant que spectateurs, on se demande s'il ne sombre pas dans la folie, plus qu'un problème identitaire. Il va alors, tenter l'impossible. Tout d'abord, obtenir le soutien de sa femme, qui a cependant de grosse difficulté à oublier l'homme qu'elle a aimé pour apprécier Lili. Je me suis donc beaucoup identifier à Gerda car je pense que j'aurais été du même positionnement. Voir sa force à l'écran est impressionnant. Je trouve que le film retrace parfaitement les conditions autant pour la personne concernée que par son entourage (même si on est pas totalement dans la réalité et que l'acceptation de Lili se fait plutôt naturellement). La réalisation et la photographie sont magnifiques, le scénario bien construit n’omettant aucune étape et remettant parfaitement dans le contexte de l'époque. Le casting est très bon, la prestation d'Eddie Redwayne est très agréable mais ne serait rien sans l'aide d'Alicia Vikander. Je ne sais malheureusement pas quoi ajouter, ce film m'a troublé et laissé sans voix. Un beau moment de cinéma pour moi.

5 étoiles.

Voir les commentaires

The big short : le casse du siècle

Publié le par Emy Lee

The big short : le casse du siècle

Sortie le 23 décembre 2015.

Titre original : The big short.

Réalisé par Adam McKay, scénario de Charles Randolph et Adam McKay d'après l'œuvre de Michael Lewis, et musique de Nicholas Britell.

Acteurs : Christian Bale (Michael Burry), Steve Carell (Mark Baum), Ryan Gosling (Jared Vennett), Brad Pitt (Ben Rickert), John Magaro (Charlie Geller), Karen Gillan (Evie), Melissa Leo (Georgia Hale), Marisa Tomei (Cynthia Baum), Finn Wittrock (Jamie Shipley), Tracy Letts (Lawrence Fields), Rafe Spall (Danny Moses), Hamish Linklater (Porter Collins), Brandon Stacy (Père de Burry), Jeremy Strong (Vinny Daniel), Byron Mann (M. Chau) et Al Sapienza (Dan Detone).

Histoire : Wall Street. 2005. Profitant de l'aveuglement généralisé des grosses banques, des médias et du gouvernement, quatre outsiders anticipent l'explosion de la bulle financière et mettent au point.... le casse du siècle ! Michael Burry, Mark Baum, Jared Vennett et Ben Rickert : des personnages visionnaires et hors du commun qui vont parier contre les banques... et tenter de rafler la mise !

Mon avis : J'avoue, j'avoue en entendant parler du film je n'ai pas pu m'empêcher de penser à un genre d'Ocean Eleven. Pourtant j'ai vu la bande annonce... Mais mon cerveau oublié vite.... Trop vite. C'est donc en m'attendant au "casse du siècle" que je me rends à cette séance. En premier lieu, je suis étonnée par ce monologue de Ryan Gosling illustré par des images sorties d'outre tombe. En faite, le finalement le film ne raconte pas un casse comme le titre français le laisse présager, mais il revient sur ce crash boursier qui a eu lieu en 2007 aux États-unis et comment il a très vite envahit les autres pays mondiaux. Je tiens dans un premier temps à remercier Adam McKay, grâce à lui, et presque dix ans après j'ai enfin compris le début des la "crise" financière. Ce n'est pas toujours chose aisé on se heurt à un vocabulaire complexe dont certain sont définit par des petites séquences plutôt drôle mais elles ont mérite de nous aider à comprendre et surtout elle reste en mémoire. J'applaudis également la réalisation de McKay, des plans et des séquences intéressantes, entre coupées d'images d'archives. Au bout d'un moment j'avoue qu'on a un peu le tournis. Le scénario et plutôt bien construit, cependant on s'y perd un peu, soit par les termes soit par des petits moments d'ennui (j'ai regardé quelque fois ma montre). Du côté du casting, il y a du beau monde Christian Bale, Ryan Gosling, Steve Carell ou encore Brad Pitt. On et également frappé par la dure réalité, la finance et un monde d'homme. Pas de femme au casting, sauf pour jouer les compagnes. Si votre seul intérêt est pour Brad Pitt car vous ne loupé aucun de ses films, oublié il doit apparaître 30 min à tout casser et vous risquez d'être déçus. Ce film n'est pas un divertissement mais plus en lien avec un documentaire qui nous plonge au pays des prêts immobiliers et des subprrimes. Le film et vraiment très intéressant et à une manière bien particulière d'aborder les choses. Malgré quelques longueurs on et captivé par ce que l'on voit et comme je l'ai dit plus haut, on comprend enfin d'où tout est parti !

4 étoiles.

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>