Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Snoopy et les Peanuts

Publié le par Emy Lee

Snoopy et les Peanuts

Sortie le 23 décembre 2015.

Titre original : The Peanuts Movie.

Réalisé par Steve Martino, scénario de Craig Schulz, Bryan Schulz et Conrelius Uliano d'après l'œuvre de Charles M. Schulz, et musique de Christohe Beck.

Doublage :

Histoire : Charlie Brown est un jeune garçon d'une banlieue américaine dont le principale ami est son chien prénommé Snoopy. Charlie Brown est un garçon maladroit qui ne peut accomplir une bonne action sans que celle-ci finisse mal. Ses camarades de classes se moquent de lui, mais il peut toutefois compter sur l'amitié de Linus. Mais les choses basculent le jour où une nouvelle voisine emménage dans le quartier. Notre ami Charlie est sous le charme de cette petite rousse et veut tout faire pour qu'elle le connaisse sous un nouveau jour. Il va donc se surpasser pour attirer les yeux de sa belle... Dans le même temps, Snoopy, dans ses aventures trépidantes affrontera une nouvelle fois l'infâme Baron Rouge.

Mon avis : Étrangement, c'était une de mes attentes pour cette année. J'ai rapidement été envoûtée par les graphismes et cette tendance s'est très vite confirmée. Charlie Brown et Snoopy sont des personnages emblématique dont on a tous entendu parler à une moment ou un autre dans notre enfance ne serait-se que par des produits dérivés. C'est donc avec grand plaisir que je découvre ce premier long métrage. Les graphismes sont superbes, les personnages nous paressent plus réelle que lors des précédentes adaptations. On les retrouve comme on les a quitté. Beaucoup de rire, de sourire, et avec les commentaires de ma jeune voisine. Une belle surprise, un petit retour en enfance qui ne fait pas de mal. Et les petits mais aussi les grands enfants ressortent ravie de cette séance.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Escapade à New York

Publié le par Emy Lee

Escapade à New York

Sortie le 15 septembre 1999.

Réalisé par Sam Weisman, scénario de Marc Lawrence et musique de Marc Shaiman.

Acteurs : Steve Martin (Henry Clark), John Cleese (M. Mersault), Goldie Hawn (Nancy Clark), Mark McKinney (Greg), Oliver Hudson (Alan Clark), Valerie Perri (Hôtesse), Mo Gaffney (Femme paranoïaque), Josh Mostel (Dr Faber), Cynthia Nixon (Sheena) et Joseph Maher (M. Wellstone).

Histoire : Leurs enfants enfin casés, Henry et Nancy Clark s'inquiètent pour la première fois de leur avenir. Où en est leur couple au bout de vingt-quatre ans de mariage, et que reste-t-il de leurs amours ? Si Henry se trouve à l'aise dans une vie routinière, Nancy n'a rien prerdu de son romantisme juvénile et décide de redonner du peps à leur couple. C'es ainsi qu'elle décide d'accompagner Henry dans un voyage d'affaires à New York. Ils vont vivez lers vingt-quatre heures les plus mouvementées de leur vie.

Mon avis : Sur le papier sa me paraissait pas mal, un couple qui apprend à nouveau à vivre seul, et décide de repartir de zéro à New York. Le casting également me faisait doucement saliver avec la présence de Steve Martin et de Goldie Hawn. Finalement les péripéties sont toutes plus extravagantes que les autres, c'est une surenchère de la précédente. On fini par se lasser assez vite, sa ne fini jamais, et par moment j'ai vraiment trouvé Nancy très cruche. C'est donc naturellement que j'ai fini par décrocher. Peut être n'étais-je pas non plus dans de bonnes dispositions pour le visionner. En tout cas j'ai été déçue moi qui avait hâte de le découvrir.

2 étoiles.

Voir les commentaires

Fantômes en fête

Publié le par Emy Lee

Fantômes en fête

Sortie en 1988.

Titre original : Scrooged.

Réalisé par Richard Donner, scénario de Mitch Glazer et Michael O'Donoghue d'après l'œuvre de Charles Dickens, et musique de Danny Elfman.

Acteurs : Bill Murray (Frank Cross), Carol Kane (Fantôme des Noëls présents), Karen Allen (Claire Phillips), Robert Mitchum (Preston Rinelander), John Forsythe (Lew Hayward), Bobcat Goldthwait (Eliot Loudermilk), John Glover (Bryce Cummings), Lee Majors (Lui-même), Michael J. Pollard (Herman), Alfre Woodard (Grace Cooley), Jamie Farr (Jacob Marleey), Robert Goulet (Lui-même), Buddy Hackett (Scrooge), John Houseman (Lui-même), Brian Doyle-Murray (Earl Cross) et Kathy Kinney (IBC Nurse).

Histoire : Le jeune directeur d'une chaîne de télévision, Frank Cross, carriériste effréné, est au sommet de sa gloire. Nul ne résiste à ses dictats et il terrorise tous ses collaborateurs. Quelques jours avant Noël, il décide d'adapter de façon provocante le fameux "chant de Noël" de Dickens. C'est ce moment que choisit son ancien patron, Lew Hayward, mort depuis sept ans, pour le hanter. Le spectre le somme de s'amender sous peine de finir en enfer. Pour cela Frank recevra la visite de trois esprits de Noël qui l'aideront à faire son choix.

Mon avis : Je suis fan du roman de Charles Dickense et j'ai déjà du voir de nombreuses adaptations. La première est celle qui me la fait découvrir était celle des Muppets. Et depuis c'est histoire est un classique. Ici c'est donc Bill Murray qui officie en oncle Scrooge, et il n'est pas dans la finance mais dans la télévision. On comprends assez vite son esprit dès les premières minutes. L'originalité c'est que la chaîne T.V. Offre en direct une comédie musicale sur le conte de Dickense. C'est plutôt bon, la trame principale n'est pas originale bien sur mais les sous parties sont intéressantes. On a cependant parfois du mal à comprendre Franck tellement son avis est changeant d'une minute à l'autre. La réalisation à un poil vieillie, notamment sur les esprits mais ce n'est pas aussi dérangent que je l'aurais pensé. Le casting est très sympathique, on a plaisir à retrouver Bill Murray et sa coupe spéciale année 80. Ce n'est pas la meilleure adaptation que j'ai visionnée mais elle est toutefois agréable et j'ai passé un bon moment. À découvrir pour le plaisir.

3 étoiles.

Voir les commentaires

Le grand partage

Publié le par Emy Lee

Le grand partage

Sortie le 23 décembre 2015.

Réalisation et scénario par Alexandra Leclère et musique de Philippe Rombi.

Acteurs : Karin Viard (Christine Dubreuil), Didier Bourdon (Pierre Dubreuil), Valérie Bonneton (Béatrice Bretzel), Michel Vuillermoz (Grégory Bretzel), Josiane Balasko (Gardienne), Patrick Chesnais (Voisin), Sandra Zidani (Madeleine), Michèle Moretti (Françoise Dubreuil), Pauline Vaubaillon (Audrey Dubreuil), Firmine Richard (Philomène), Anémone (Mme Abramovitch), Jackie Berroyer (M. Abramovitch), Priscilla Adade (Aïssa) et Marie-Philomène Nga (Nassifa).

Histoire : Un hiver pire que jamais. le gouvernement publie un décret obligeant les citoyens français les mieux logés à accueillir chez eux pendant la vague de froid leurs concitoyens en situation précaire. A l'heure du Grand Partage, un vent de panique s'installe à tous les étages dans un immeuble très chic de la capitale.

Mon avis : A force de voir la bande annonce sur les écrans, je mettais une idée bien précise du film, rassurée de voir que dans une période de haine gratuite via les réseaux sociaux ont puisse librement l'exposé sur le grand écran. Malheureusement j'avais certainement trop d'attente et une idée bien trop précise de ce que j'allais voir. J'ai donc, comme beaucoup été déçue. Cela dit, le film n'est pas mauvais non plus, mais aurait certainement mérité un peu plus d'analyse. L'idée du film est très bonne et nous renvoi à notre propre réalité que l'on soit issu de la classe haute ou moyenne, que l'on soit de droite ou de gauche, ou encore que l'on est des valeurs sociales ou non. Lorsqu'on a notre petit confort, on préfère le garder pour soit ou des connaissances dans le besoin, qu'ouvrir la porte au plus démunis que l'on ne connaît pas. Puis au fil des jours, des liens se crées chacun raconte son parcours, son expérience,... et au final c'est la communion des classes et des nationalités. C'est vrai, si cela devait arriver sa serait de la même façon, très certainement. Le casting est bon, on a plaisir à voir les acteurs et leur duos. Dans l'ensemble c'est plutôt positif. Là où je suis déçue, c'est que je ne le trouve pas assez représentatif de la société actuelle, de la montée du racisme, de l'indifférence face à la misère. J'aurais souhaité une belle caricature des "racistes" d'aujourd'hui, libre de toute parole grâce à "l'anonymat" des réseaux sociaux. J'aurais aimé qu'ils soient dans ce film, confronté à leur propre réalité. J'avais un espoir avec le personnage de Josiane Balasko. C'est donc un bon film, à voir malheureusement j'y avais trop d'attente.

3 étoiles.

Voir les commentaires

Bob l'éponge - le film

Publié le par Emy Lee

Bob l'éponge - le film

Sortie le 9 février 2005.

Titre original : The spongebob squarepants movie.

Réalisé par Stephen Hillenburg, scénario Derek Drymon, Kent Osborne, Aaron Springer, Paul Tibbitt, Tim Hill et Stephen Hillenburg, et musique Gregor Narholz.

Acteurs : David Hasseloff (lui-même), Kristopher Logan (Squinty), D. P. Fitzgerald (Bonesy), Cole S. McKay (Scruffy), Dylan Haggerty (Stitches), Bart McCarthy (Captain Bart), Henry Kingi (Inky), Paul Zies (Upper Deck), Gerard Griesbaum (Fingers), Aaron Hendry (Tangles /Cyclope), Maxie J. Stantillan Jr (Gummy) et David Stifel (Cookie).

Doublage : Sébastien Desjours (Bob l'éponge), Erik Colin (Patrick étoile de mer), Emmanuel Jacomy (Roi Neptune), Emma Daumas (Princesse Mindy), Nikos Aliagas (Dennis), Michel Bedetti (Plankton et M. Krabs), Henri Courseaux (Carlo) et Hélène Chanson (Sandy, Mme Puff et Karen).

Histoire : A Bikini Bottom, quelqu'un a volé la couronne du roi Neptune, et le patron de Bob l'éponge, M. Krabs, figure en tête des suspects. Convaincus de son innocence, Bob et Patrick partent pour Shell City avec l'intention de le disculper et de restituer sa couronne à Neptune.

Mon avis : On connaît tous le personnage de Bob l'Eponge et de ses frasques enfantines. Que sa soit par la série animée des studios nickelodeon ou par le biais des nombreux produits dérivés qui inonde nt encore le marché. Avec le succès de la série, il n'a pas fallu attendre bien longtemps pour que le film sorte. Trente minutes de Bob l'éponge sa passe, mais une heure trente... Sa risque d'être bien long.... Finalement non, le pari est réussi, certe Bob et Patrick sont plus infantilisés que jamais mais ils ne sont pas en mal de sensibilité. L'histoire est intéressante et captivante, on suit volontiers nos aventuriers du dimanche dans leur périple au fond de l'océan. On notera également l'idée brillante des scénaristes de placer une chanson, qui ne sort de la tête qu'après une bonne nuit de sommeil "Les gloutons barjos". Les graphismes et le doublage sont ceux que l'on connaît avec la série. Personnellement je passe toujours un bon moment, après toutes ses années je m'étais attachée à la jeune éponge et le pari du long métrage est réussi. À découvrir si ce n'est pas encore fait.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

Baby sittor

Publié le par Emy Lee

Baby sittor

Sortie le 8 juin 2005.

Titre original : The pacifier.

Réalisé par Adam Shankman, scénario de Thomas Lennon, Ben Garent et Robert Ben Garant, et musique de John Debney.

Acteurs : Vin Diesel (Shane Wolfe), Brittany Snow (Zoe Plummer), Brad Garrett (Directeur adjoint / entraîneur), Lauren Graham (Principal), Faith Ford (Julie), Morgan York (Lulu Plummer), Max Thieriot (Seth Plummer), Jordan Allison (Kurt), Cade Courtley (Wyatt), Anne Fletcher (Liesel), Catherine Burdon (Enseignante), Adam Shankman (Moniteur Auto-école), Mung-Ling Tsui (Mme Chun), Akiyama Denis (M. Chun), Carol Kane (Helga), Chris Potter (capitaine Bill Fawcett) et Tate Donovan (Howard Plummer).

Histoire : Shane Wolfe, un soldat d'élite, se voit confier la protection des enfants d'un scientifique assassiné lors de l'une de ses missions. Coincé entre les plus redoutables des tueurs et une ado rebelle, un jeune qui déprime, un fan de kung-fu de huit ans, son petit frère de trois ans et un bébé, Shane va devoir se battre d'une main et faire chauffer le biberon de l'autre !

Mon avis : Voir Vin Diesel dans un film où il n'y a pas une explosion toute les trente secondes c'est assez plaisant. Le voir en tant que garde d'enfant, c'est plutôt drôle. Le film est produit par les studios Disney, il y a donc une réalisation à la Disney. Sa n'empêche pas le film d'être drôle, sympathique et plaisant à voir. Le reste ne casse pas trois pattes à un canard et le film n'est pas celui de l'année. Mais de temps à autre et pour un moment en famille c'est sympas.

2,5 étoiles.

Voir les commentaires

Mia Madre

Publié le par Emy Lee

Mia Madre

Sortie le 2 décembre 2015.

Réalisé par Nanni Moretti, scénario de Francesco Piccolo, Valia Santella et Nanni Moretti.

Acteurs : Margherita Buy (Margherita), John Turturo (Barry Huggins), Giulia Lazzarini (Ada), Nanni Moretti (Giovanni), Beatrice Mancini (Livia), Stefano Abbati (Federico), Enrico Laniello (Vittorio), Anna Bellato (Atrice), Tony Laudadio (Produttore), Lorenzo Gioielli (Interprète), Pietro Ragusa (Assistant réalisateur), Tatiana Lepore (Scripte), Monica Samassa (Médecin), Vanessa Scalera (Infirmière) et Renato Scarpa (Luciano).

Histoire : Margherita est une réalisatrice en plein tournage d'un film dont le rôle principal est tenu par un célèbre acteur américain. A ses questionnements d'artiste engagée, se mêlent des angoisses d'ordre privé : sa mère est à l'hôpital, sa fille en pleine crise d'adolescence. Et son frère, quant à lui, se montre toujours irréprochable... Margherita parviendra-t-elle à se sentir à la hauteur, dans son travail comme dans sa famille ?

Mon avis : J'avoue être allée voir ce film, sans savoir ce que j'allais voir. Pour autant, j'avais beaucoup de motivation à le découvrir. Récompensé au dernier festival de Cannes, Mia Madre traite de la question de la maladie et du deuil sous toutes ses formes. J'ai eu beaucoup de mal à savoir quel sujet voulait vraiment traiter le réalisateur, plusieurs sujets ce mêle, celui du film de Margherita qui explique le chômage et les tensions en Italie au travers d'une usine racheté par un entrepreneur étranger. Et l'accompagnement d'une mère dans les derniers instants de sa vie, et ce que cet événement peut renvoyer. Malgré ce flou, on peut noter la belle réalisation de Nanni Moretti, l'intérêt du scénario de placer la construction d'un film dans un autre film (même si ce n'est pas la première fois) mais le reste est beaucoup sur la réserve. Je pense que le soucis de ce visionnage, c'est que des films traitant du deuil et de l'accompagnement de la maladie j'en ai visionné pas mal ses derniers temps, et ce film n'ajoute rien de nouveau sur la question. Je trouve qu'il ne creuse pas assez dans ses personnages (ou je n'ai pas compris les signes) et que les choses ont l'air de se passer simplement. Pour autant, ce n'est pas un mauvais film, on passe un bon moment et le casting est très plaisant.

3 étoiles.

Voir les commentaires

Star Wars VII : Le réveil de la force

Publié le par Emy Lee

Star Wars VII : Le réveil de la force

Sortie le 16 décembre 2015.

Titre original : Star wars episode VII - The force awakens.

Réalisé par J. J. Abrams, scénario de Lawrence Kasdan, Michael Arndt et J. J. Abrams, et musique de John Williams.

Acteurs : Daisy Ridley (Rey), John Boyega (Finn), Adam Driver (Kylo Ren), Harrison Ford (Han Solo), Oscar Isaac (Poe Dameron), Carrie Fisher (Princesse Leia), Mark Hamil (Luke Skywalker), Lupita Nyong'o (Maz Kanata), Andy Serkis (Suprême leader Snoke), Peter Mayhew (Chewbacca), Gwendoline Christie (Capitaine Phasma), Domhnall Gleeson (Général Hux), Anthony Daniels (C-3PO), Kenny Baker (R2-D2), Max Von Sydow (Lor San Tekka), Maisie Richardson-Sellers (Korr Sella), Greg Grunberg (Snap Wexley), Crystal Clarke (Ensign Goode), Morgan Dameron (Commodore Meta), Pip Andersen (Chef Stormtrooper), Ken Leung (Amiral Statura), Miltos Yerolemou (Patron du bar), Warwick Davis (Wollivan), Kiran Shah (Teedo), Jessica Henwick (Jessika Pava), Mark Stanley (Chevalier de Ren), Simon Pegg (Unkar Plutt), Mike Quinn (Nien Nunb), D. C. Barns (Patron de bar), Dixie Arnold (Soldat de la résistance) et Billie Lourd (Lieutenant Connix).

Histoire : Il était une fois, dans une galaxie très, très lointaine... Trente ans après la défaite subie par l'Empire dans "Le Retour du Jedi", la lutte continue. Les jeunes rebelles Rey et Finn affrontent le maléfique Kylo Ren.

Mon avis : Si j'ai toujours été fan de la saga Star Wars. Lors de l'annonce de son rachat par le studio aux grandes oreilles, j'étais déjà beaucoup moins confiante. La promotion du film a été travaillée, dès l'annonce de la volonté de faire un nouvel épisode. A coup de publicité avec le retour des acteurs d'origines, du réalisateur et elle a continuer à l'approche de sa sortie avec les produits dérivés. Je pense que je suis allée le voir à force de rabattage et les premiers retours que j'avais pu avoir était plutôt positif. Après visionnage du film, je ne comprends absolument pas l'engouement pour ce dernier. Dans cet épisode, il n'y a aucune originalité ! Les épisodes IV, V et VI avaient été très novateur à l'époque, créant un univers riche et réfléchi. Les épisodes I, II et III avaient rencontrés moins de succès face à la concurrence mais la saga restait forte et son univers toujours intéressant. Malheureusement ce VII ème épisode est clairement une pâle copie des épisodes des années 70. Disney ne s'en cache même pas, allant jusqu'à reprendre des répliques mots pour mots. Pour moi, ils ont tout bonnement prouvé comment détruire une saga intemporelle en un seul épisode (comme ils ont pu déjà le faire avec les Marvels). Je m'explique. L'introduction ne change pas, on commence avec le thème de John Williams et le résumé défilant pour ensuite nous retrouver dans l'espace entouré par des vaisseaux. Jusqu'ici on est dans le schéma classique de chaque épisodes et sa marque de fabrique. Mais les choses commencent déjà à être incohérente et parfois irréaliste dès la première scène. Le Grand méchant Kylo Ren est tout bonnement ridicule, aucun charisme, aucune prestance. Lorsqu'il enlève son masque, un faible hommage à Dark Vador qu'il idolâtre, c'est encore pire. Un jeune premier, incapable de faire vivre la peur ni dans son regard, ni dans son jeu (alors qu'Hayden Christensen à l'époque, nous montrait clairement au fil des épisodes sa chute du côté obscure). Il en est de même pour Rey et Finn, on a du mal à croire en leur histoire et leur jeu. D'autant que leur deux personnages sont bourrés d'incohérence (pour maîtriser la force, ne fallait-il pas un entraînement de fou ? Même lorsque l'on est fortement prédisposé à la pratique Jedi ?). Et Disney, à même réussi à nous glisser un personnage de son cru, le Droïde ballon de foot, mignon, attachant, drôle, un Olaf en plein Star Wars c'est à ni plus rien comprendre. Cependant, les nostalgiques (comme moi) seront toutefois heureux de retrouver C3PO, R2D2, Chewi, Han Solo, Leïa et Luke... Mais c'est bien le seul intérêt du film. Et heureusement qu'on est entouré par le duo Chewi et Han, sinon sa nous paraîtrait bien long. Du reste, l'ensemble est prévisible à cent lieux, c'est pitoyable. Le schéma est vraiment trop ressemblant aux trois derniers épisodes de la saga, même trame, même scène, même décors et comme je le disais tout à l'heure même les répliques sont identiques. Mais le plus triste, ce sont certainement les batailles ! Je n'ai jamais vu un combat au sabre laser aussi triste ! Aucune originalité, du déjà vu, j'avais presque envie de pleurer pour eux d'être tomber si bas. Pour résumer, mieux vaut revoir les épisodes IV, V et VI que de dépenser 11€ pour revoir la même chose mais en plus mauvais. Le seul intérêt c'est la nostalgie de la saga et de ses personnages emblématiques. Mais pour moi c'est un échec, juste un coup marketing labellisé Disney du début à la fin qui a rendu cette glorieuse saga en quelques choses d'insipide. Sa donne pas du tout envie de voir les suites, d'ailleurs que vont-ils bien pouvoir raconter sauf ce que l'on a déjà vu. Je vous laisse cependant vous faire votre propre avis, mais je ne vous recommande pas du tout ce film, de bien meilleur sont sortie le même jour et qui vaudront davantage le coup.

1 étoiles.

Voir les commentaires

Au coeur de l'Océan

Publié le par Emy Lee

Au coeur de l'Océan

Sortie le 9 décembre 2015.

Titre original : In the heart of the sea.

Réalisé par Ron Howard, scénario de Charles Leavitt d'après l'œuvre de Nathaniel Philbrick, et musique de Roque Banos.

Acteurs : Chris Hemsworth (Owen Chase), Benjamin Walker (George Pollard), Cillian Murphy (Matthew Joy), Ben Whishaw (Herman Melville), Tom Holland (Thomas Nickerson enfant), Brendan Gleeson (Thomas Nickerson âgé), Charlotte Riley (Peggy), Frank Dillane (Owen Coffin), Michelle Fairley (Mme Nickerson), Donald Sumpter (Paul Macy), Paul Anderson (Thomas Chappel), Joseph Mawle (Benjamin Lawrence), Jamie Sives (Isaac Cole), Jordi Mollà (Spanish Captain), Sam Keeley (Ramsdell), Gary Beadle (William Bond), Edward Ashley (Barzallai Ray), Matthew John Morley (Chandler), Andy Wareham (John Sanborn), Osy Ikhile (Richard Peterson) et Frans Huber (Joseph Nye).

Histoire : Hiver 1820. Le baleinier, Essex quitte la Nouvelle-Angleterre et met le cap sur le Pacifique. Il est alors attaqué par une baleine gigantesque qui provoque le naufrage de l'embarcation. A bord, le capitaine George Pollard, inexpérimenté, et son second plus aguerri, Owen Chase, tentent de maîtriser la situation. Mais face aux éléments déchaînés et à la faim, les hommes se laissent gagner par la panique et le désespoir...

Mon avis : Grandiose ! Est le mot qui résume parfaitement le film. Plongé dans les années 1800, on conte à la fois comment l'idée de Moby Dick est née, mais également l'histoire vraie qui a inspiré le roman. On peut aisément dire que Ron Howard a réussi son pari. On passe donc des courses de F1 à la chasse à la baleine. La réalisation est magnifique, on est bien loin de l'un de ses premiers films se déroulant sous l'eau "Splash" (du moins en partie sous l'eau). Les scènes de chassent, les scènes de poursuites des baleiniers par le cachalot, toutes sont fantastiques est calculées au millimètre près. Le scénario ne laisse pas une minute de répit, on ne s'ennuie pas une minute. Tantôt on a de l'empathie pour les baleines et cachalots harponnées sans honte et en grand nombre. Puis pour les baleiniers et leur "odyssée", en espérant qu'ils trouveront enfin la terre ferme. Et enfin pour le conteur, qui a traversé ses épreuves à peine sortie de l'enfance, et qui doit aujourd'hui revivre tout cela. La bande originale et également magnifique, j'ai adoré le thème finale. Bon je ne suis pas passionnée par les baleiniers mais plutôt pour les cétacés qu'ils chassent. Les êtres marins sont d'ailleurs très bien réussi, avec une aisance de mouvement assez impressionnante et correspondant assez aux baleines et cachalots réels. Réussite en tout point, pour un film qui je l'espère ne passera pas inaperçus. À voir absolument et pas seulement parce que Chris Hemsworth est au casting.

4,5 étoiles.

Voir les commentaires

Un + Une

Publié le par Emy Lee

Un + Une

Sortie le 9 décembre 2015.

Réalisé par Claude Lelouch, scénario de Valérie Perrin et Claude Lelouch, et musique de Francis Lai.

Acteurs : Jean Dujardin (Antoine Abeilard), Elsa Zylberstein (Anna Hamon), Christophe Lambert (Samuel Hamon), Alice Pol (Alice Hanel), Rahul Vohra (Rahul Abhi), Shriya Pilgaonkar (Ayanna), Abhishek Krishnan (Sanjay), Venantino Venantini (Henri), Hélène Medigue (Amie d'Anna), Olias Lelouch (petit Antoine), Philippe Azoulay (Reporter à la Mela), Laurent Couson (Assistant d'Antoine), Ramneeka Lobo (Médecin indien), Mona Irani (Contrôleuse Mumbai), Kalki Koechlin (Kalki) et Priyanshu Chatterjee (Priyanshu).

Histoire : Antoine ressemble aux des films dont il compose la musique. Il a du charme, du succès, et traverse la vie avec autant d'humour que de légèreté. Lorsqu'il part en Inde travailler sur une version très original de Juliette et Roméo, il rencontre Anna, une femme qui ne lui ressemble en rien, mais qui l'attire plus que tout. Ensemble, ils vont vivre une incroyable aventure...

Mon avis : Encore emportée par mon visionnage de "Mobïus" où j'avais trouvé Jean Dujardin excellent et qu'il cassait enfin cette image dans laquelle on l'avait enfermé, dans mon élan et après avoir vu la bande annonce j'était très emballée par le film. L'introduction est vraiment intéressante, on suit Rahul Abhi, réalisateur indien, qui parcours les rues à la recherche d'image et de son prochain film. Les plans qu'il réalise sont magnifiques, de très beaux portraits sont ainsi présentés. Il décide alors de raconter l'histoire réelle de deux indiens, qui sont tombés amoureux suite à un accident. Cette partie est vraiment sympathique, d'autant qu'on y cherche une source cachée. Finalement il n'en ait rien, elle sert à introduire le personnage d'Antoine, compositeur de musique de film, qui se rend en Inde pour aider son ami Rahul Abhi. La seconde partie, évoque essentiellement la personnalité des personnages, un peu de leur histoire et de cette rencontre dont on commence à avoir du mal à dissocier le vrai du faux après une feinte de Claude Lelouch. Et enfin la troisième partie qui cette fois nous raconte la quête des deux personnages principales sur la route de la spiritualité. Au final, j'ai eu beaucoup de mal à croire en cette histoire d'amour, dans la mesure où ils sont vraiment très différents, et surtout qu'il n'arrête pas de jouer au chat et à la souris. On fini par se lasser, et trouver cette histoire inintéressante, du moins sa a été mon cas. Et j'avais vraiment hâte qu'elle se termine. Un sentiment parfois d'une histoire d'amour ridicule, un peu trop tiré par les cheveux. Peut être parce que la façon dont elle se passe est trop réaliste. Je n'ai donc pas accrochée et je suis sortie un poil déçue. Cependant le casting est bon, c'était appréciable de revoir Christophe Lambert j'avais l'impression de ne pas l'avoir revu depuis longtemps, même si son personnage me semblait peu cohérent. En soit, le duo formé entre Jean Dujardin et Elsa Zylberstein fonctionne, je pense que c'est vraiment l'histoire qui ne marche pas. Je vous laisse juge de ce film, pour ma part j'ai été un poil déçue, malgré des scènes assez forte, lors du pèlerinage.

2,5 étoiles

Voir les commentaires

1 2 > >>