Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Cendrillon

Publié le par Emy Lee

Cendrillon

Sortie le 25 mars 2015

Titre original : Cinderella.

Réalisé par Kenneth Branagh, scénario de Chris Weitz, et musique de Patrick Doyle.

Acteurs : Lily James (Cendrillon), Cate Blanchett (la Marâtre), Richard Madden (le Prince), Stellan Skarsgard (le Grand Duc), Holliday Grainger (Anastasie), Sophie McShera (Javotte), Derek Jacobi (le Roi), Helena Bonham Carter (la Marraine la Fée), Nonso Anozie (Capitaine), Ben Chaplin (père d'Ella), Hayley Atwell (mère d'Ella), Eloïse Webb (jeune Ella), Leila Wong (Princesse Mei-Mei), Laurie Calvert (Chef de la garde Cassius) et Rob Brydon (le peintre).

Histoire : le père d'Ella, un marchand, s'est remarié après la mort tragique de la mère de la jeune fille. Pour l'amour de son père, elle accueille à bras ouvert sa nouvelle belle-mère et les filles de celle-ci, Anastasie et Javotte. Mais lorsque le père d'Ella décéde à son tour, la jeune fille se retrouve à la merci de sa nouvelle famille, jalouse et cruelle. Les trois méchantes femmes font d'elle leur servante, et la surnomment avec mépris Cendrillon. Un jour Ella rencontre un beau jeune homme dans la forêt, aussi mystérieux qu'elle...

Mon avis : Quand on me parle de Cendrillon, je pense davantage au dessin animé de Disney, qu'au conte de Charles Perrault (pourtant je pense l'avoir lu enfant). J'avoue avoir été tout de suite emballée par cette adaptation, avec une impatience énorme. Puis la bande annonce est sortie et l'envie s'est très très amoindrie. En effet, les costumes ne me faisait pas rêver, on restait dans un registre très enfantin alors que nous sommes dans un film de prise de vue réelle. Et le peu de dialogue ne m'avait pas emballée. J'avais donc enterré mon envie face à ce film. Mais je me suis laissé tentée par un mouvement de groupe avec des amies, une réduction et un paquet de guimauve. S'est sur les aires de la chanson des harpies que nous nous rendons à ma séance. Je passe sur le court-métrage mettant en scène la Reine des Neiges, car il fera l'objet de son propre article. Le film commence, un peu mollement, et déjà les premières répliques niaises apparaissent. En plus de cela, une morale tout aussi horrible "quoi qu'il advienne, reste courageuse et bienveillante"... Alors je veux bien, qu'à l'époque du dessin anime et encore plus du conte, Cendrillon (et les femmes en générale) n'avaient que l'espoir d'un mariage heureux pour s'en sortir, et qu'elle ne pouvait que se taire, subir, mais surtout toujours sourire. Je ne suis pas une féministe mais la j'avoue que cela m'oripile de savoir qu'en 2015, c'est encore la morale que l'on prodigue aux petites filles !! Eh oh ! Réveillez-vous ! Il y avait peut être une morale plus intéressante, qui ne faisait pas passer Cendrillon pour une courge et qui s'adaptait davantage à notre société. La réalisation ne relève pas le scénario du film... Malheureusement rien de bien folichon, est c'est quoi cette idée de laisser les laquets/lézards vert ? Pas de plan plein d'émotion, pas d'effets spéciaux spectaculaires, ni d'explosion (en même temps cela aurait été deplacé, mais cela aurait pu nous réveiller). On passe 20 min sur la transformation d'une citrouille en carrosse... Non mais Allo ! La scène on la connaît, et écraser Cendrillon et sa marraine contre une verrière sa n'a rien d'important, ni de transcendant, ni de drôle ! D'ailleurs, l'humour, grand dieu qui a écrit ses vannes pourris ?! Vous savez que s'il y a des enfants dans la salle, il y a accessoirement des adultes qui les accompagnent. Un minimum aurait été le bienvenue à leur égard, d'ailleurs même les enfants n'ont pas rit à vos blagues pathétiques. La seule scène drôle, sa a été les chevaux avec des oreilles de souris (et le niveau est bas). Les costumes sont inspires directement des robes de mes poupées Barbies des années 90, toute froufroutante, guimauve et bonbon à souhait. D'ailleurs même la Fée est autant maquiller que ses dernières, on dirait une voiture volée. Du point de vu du casting, merci Cate Blanchett d'être là, et de nous offrir une belle prestation, vous étiez une bien bonne marâtre ! Les autres, je suis désolé que vous ayez été si mal dirigé ! Pour certain, on vous a connu bien meilleur et pour d'autre cela ne nous donne pas envie de vous connaître... Heureusement que j'étais avec une bonne bande de copines, on a bien rit, on s'est beaucoup moqué mais sinon nous n'aurions pas tenue ! Si Maléfique m'avait plus ou moins réconcilié avec les films des studios Disney, et que je m'attendais à tellement mieux pour Cendrillon, cette fois je suis revenue à mon point de départ. Hey Disney ! Pas besoin de rendre tout tes films niais pour être accessible aux enfants, tu touches aujourd'hui un public de grands enfants (20 à 30 ans, voir plus) et les enfants d'aujourd'hui ne sont plus ceux d'hier, si tu pouvais donc éviter s'ajoute de la niaiserie à toute tes productions. Selon moi c'est un film à éviter, aucune magie à voir les décors, les costumes (pour un film de princesse cela craint), des scènes et des dialogues peu intéressants, et un casting qui n'est sauvé que par Cate Blanchett (et encore on la connu tellement meilleure). Je ne vous le conseil donc pas.

1 étoiles.

Voir les commentaires

Clochette et la créature légendaire

Publié le par Emy Lee

Clochette et la créature légendaire

Sortie le 8 avril 2015.

Titre original : Legend of the neverbeast.

Réalisé par Steve Loter, scénario de Tom Rogers, Robert Schooley, Mark McCorkle et Kate Kondell, et musique de Joel NcNeely.

Doublage : Anna Ramade (Noa), Alizée (Nyx), Lorie Peter (Clochette), Marieke Bouillette (Ondine), Elizabeth Ventura (Vidia), Edwige Lemoine (Rosélia), Ariane Aggiage (Iridessa) et Marie-Frédérique Habert (Reine Clarion).

Histoire : Peu après le passage d'une étrange comète verte dans le ciel, la tranquillité de la Vallée des fées se voit troublée par un énorme rugissement que même Nyx, la fée éclaireuse en charge de la sécurité des lieux, n'est pas capable d’identifier. En bonne fée des animaux, Noa décide de pousser un peu plus loin l'enquête et découvre que ce cri provient d'une gigantesque créature blessée à la patte et cachée au fond d'une grotte. Malgré son allure effrayante, cet animal qui ne ressemble a aucun autre et qu'elle baptise bientôt "Grognon".

Mon avis : Nouvelle année, nouvelle opus de la fée Clochette. Une nouvelle aventure qui s'annonce. Mais cette fois, ce n'est pas Clochette l'héroïne de cette aventure, je dirais même qu'elle est en retrait. L'accent et davantage mis sur Noa, la fée des animaux et Nix la fée surveillante. Sur le papier, l'histoire est intéressante, elle l'est un peu moins dans le film. Un peu plus mystique que les précédents. J'ai surtout été touchée par la fin, qui m'a émue (on ne se refait pas). Le reste m'a semble moue et plutôt brouillon... On s'y perd un peu. Et après six épisodes, la franchise s'essouffle quelque peu et on a qu'une envie enfin découvrir comment Clochette et Peter Pan se sont rencontrés. Les graphismes n'en reste pas moins beaux, le personnage de Grognon bien travaillé. Et on a tout de même plaisir à retrouver chacun d'entre eux.

3 étoiles.

Voir les commentaires

American Sniper

Publié le par Emy Lee

American Sniper

Sortie le 18 février 2015.

Réalisé par Clint Eastwood, scénario de Jason Dean Hall d'après l’œuvre de Chris Kyle, Scott McEwen et Jim DeFelice.

Acteurs : Bradley Cooper (Chris Kyle), Sienna Miller (Taya Renae Kyle), Luke Grimes (Marc Lee), Jake McDorman (Biggles), Kevin Lacz (Dauber), Cory Hardrict (Dandridge), Navid Negahban (Sheikh Al-Obeidi), Keir O'Donnell (Jeff Kyle), Kyle Gallner (Goat-Winston), Billy Miller (Recruteur), Brian Hallisay (Capitaine Gillespie),Sam Jaeger (Lieutenant Martin) et Eric Ladin (Squirrel).

Histoire : Tireur d'élite des Navy SEAL, Chris Kyle est envoyé en Irak dans un seul but : protéger ses camarades. Sa précision chirurgicale sauve d'innombrables vies humaines sur le champ de bataille et, tandis que les récits de ses exploits se multiplient, il décroche le surnom de "La légende". Cependant, sa réputation se propage au-delà des lignes ennemies, si bien que sa tête est mise à prix et qu'il devient une cible privilégiée des insurgés. Malgré le danger, et l'angoisse dans laquelle vit sa famille, Chris participe à quatre bataille décisives parmi les plus terribles de la guerre en Irak, s'imposant ainsi comme l'incarnation vivante de la devise des SEAL : "Pas de quartier !" Mais en rentrant au pays, Chris prend conscience qu'il ne parvient pas à retrouver une vie normale.

Mon avis : C'est vraiment un très beau film que nous offre ici Clint Eastwood ! J'ai entendu beaucoup de polémique depuis sa sortie et j'avoue que je ne l'ai comprends qu'à moitié. Je ne vois pas en quoi exposé la vie d'un sniper fait briller l'armée américaine et dénonce une nouvelle fois les méchants terroriste. Quand on voit les deux snipers des deux camps, on sait qu'il n'y en restera qu'un. Et ce n'est pas glorifié quand on voit dans quel état il se retrouve après chaque mission, avoir une vie inconnu et se retrouver chasser par les irakiens avec une tête mise à prix. J'en nonce les grandes lignes, mais le scénario me semble assez bien construit pour le comprendre. La réalisation est superbe, on nous offre de belles images, des cadres magnifiques,... Bref du Clint Eastwood. Si j'avais déteste "Une nouvelle Chance", j'avais été réconcilié avec "Jersey Boys" l'année suivante et "American Sniper" prouve une nouvelle fois son talent en tant que réalisateur. Bradley Cooper est méconnaissable, j'avais des doutes sur le fait que c'était bien lui. Sûrement un de ses meilleurs rôles. Le reste du casting est vraiment à la hauteur. Et le générique de fin sans musique nous amène vraiment dans l'analyse et la compréhension de ce que l'on vient de voir pendant deux heures. Si vous ne l'avez pas encore vu je vous le recommande vivement. C'était vraiment un très beau film.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Divergente 2 : L'insurrection

Publié le par Emy Lee

Divergente 2 : L'insurrection

Sortie le 18 mars 2015.

Titre original : Insurgent.

Réalisé par Robert Schwentke, scénario de Brian Duffield, Akiva Goldsman et Mark Bomback d'après l’œuvre de Veronica Roth, et musique de Joseph Trapanese.

Acteurs : Shailene Woodley (Béatrice "Tris" Prior), Theo James (Tobias "Quatre"), Octavia Spencer (Johanna), Jai Courtney (Eric), Ray Stevenson (Marcus Eaton), Zoë Kravitz (Christina), Miles Teller (Peter), Ansel Elgort (Caleb), Maggie Q (Tori Wu), Mekhi Phifer (Max), Daniel Dae Kim (Jack Kang), Naomi Watts (Evelyn), Kate Winslet (Jeanine), Emjay Anthony (Hector), Keiynan Lonsdale (Uriah), Suki Waterhouse (Marlene), Ashley Judd (Nathalie), Jonny Weston (Edgar) et Rosa Salazar (Lynn).

Histoire : Dans un monde post-apocalyptique où la société a été réorganisée autour de cinq factions, Tris a mis au jour un complot mené par la faction dominante, les érudits, dirigés par Jeanine. Abandonnant une ville à feu et à sang, à la recherche d'alliés, Tris et Quatre sont désormais traqués par les autorités. Jeanine décrète la loi martiale pour anéantir les Divergents, tandis que la guerre entre les factions prend de l'ampleur. Pourquoi les Divergents sont-ils une menace pour la société ? La découverte d'un objet mystérieux, hérité du passé, pourrait bien bouleverser l'équilibre des forces...

Mon avis : J'avais beaucoup aimé le premier volet, qui m'avait d'ailleurs amené à lire les romans que j'ai dévoré. En notant que pour ce second opus, le réalisateur n'est autre que celui de "Flight Plan" ou encore "RED", on s'attend à du lourd ! D'autant que la casting qui c'était déjà payé le luxe de Kate Winslet, s'offre aujourd'hui Naomie Watts ! Mais c'est une énorme déception que je vais vivre pendant deux heures, en premier lieu en raison du scénario qui s'éloigne totalement du roman et qui offre une tournure diamétralement différente. Cela m'a fortement dérangé. Le personnage de Tris ne prenait pas cette tournure, on occulte totalement la faction des fraternels dont on ne sais ce qu'elle est devenue. D'ailleurs seul l'histoire du couple compte et sa devient détestable. Le second point, c'est l'abus d'effets spéciaux et d'explosion. Tout cela ne sers pas le film et devient lassant. Et le troisième et dernier point, les acteurs. Je ne comprends toujours pas pourquoi Kate Winslet à accepté, si ce n'est peut être pour un défis personnelle mais vraiment elle est la seule à sortir la tête de l'eau. Shailene Woodley joue affreusement mal ! La scène du sérum de vérité est juste affreuse tellement s'est surjoué et ne ressemble à rien. Pourtant dans "Nos étoiles contraires" elle a su nous prouver mieux. Mais la elle est vraiment en dessous. Théo James est incipide, aucune émotion, alors certes n'est aussi le personnage qui veut cela mais justement le deuxième livre le révélait autrement. Même dans les yeux il n'y a rien... J'ai eu le sentiment de perdre mon temps, avec le temps j'aime l'impression que le sentiment négatif s'emplifie ! Une très mauvaise suite pour moi. Je ne suis pas certaine de voir le troisième.

1,5 étoiles.

Voir les commentaires

Big Eyes

Publié le par Emy Lee

Big Eyes

Sortie le 18 mars 2015.

Réalisé par Tim Burton, scénario de Scott Alexander et Larry Karaszewski, et musique de Danny Elfman.

Acteurs : Amy Adams (Margaret Keane), Christoph Waltz (Walter Keane), Danny Huston (Dick Nolan), Krysten Ritter (DeeAnn), Jason Schqwartzman (Ruben), Terence Stamp (John Canaday), Jon Polito (Enrico Banducci), James Saito (Juge), Delaney Raye (Jane enfant), Guido Furlani (Dino Olivetti), Elisabetta Fantone (Marta), Farryn VanHumbeck (Lily), Madeleine Arthur (Jane Adolescente), Andrew Airlie (Rich Man) et Barclay Hope (Gannett Lawyer).

Histoire : Big Eyes raconte la scandaleuse histoire vraie de l'une des plus grandes impostures de l'histoire de l'art. A la fin des années cinquante et au début des années soixante, le peintre Walter Keane a connu un succès phénoménal et révolutionné le commerce de l'art grâce à ses énigmatiques tableaux représentant des enfants malheureux aux yeux immenses. La surprenante est choquante vérité a cependant fini par éclater : Ces toiles n'avaient pas été peintes par Walter mais par sa femme Margaret, le succès phénoménal de ses tableaux et sa relation tumultueuse avec son mari, qui a connu la gloire en s'attribuant tout le mérite de son travail.

Mon avis : J'avais très envie de découvrir ce film. Davantage pour le casting que pour le réalisateur. L'histoire me plaisait également, j'ai en tête ses tableaux, le succès qu'ils ont pu connaître mais j'étais loin de savoir la polémique qui se cachait derrière. Et pour cela, il est intéressant et drôle, même si parfois on rit un pu jaune tellement les réflexions du mari envers sa femme sont abérantes. On voit d'ailleurs petit à petit le piège se refermer sur elle et on se sent impuissant. Je n'ai pas eu le sentiment de retrouver la trace de Burton dans ce film, en même temps il relate un biopic et il est difficile de prendre des libertés. De plus les tableaux en eux-mêmes peuvent me faire penser à l'esprit Burton, il n'y avait pas besoin d'en rajouter. On peut noter quelques clins d'oeils du réalisateurs à ses précédentes œuvres, notamment Edward aux mains d'argents. Le casting est très bon et cela fait plaisir de ne pas voir Johnny Depp ou encore Helena Bonham Cartner, personnellement je n'en pouvait plus. Christoph Waltz est excellent, il est aroguant, prétentieux, imbue de sa personne, on le déteste mais malgré tout on l'aime pour cela (même si pour moi son personnage emblématique restera le colonel nazi). Amy Adams, que j'ai trouvé excellente et qui a bien mérite son golden globes. J'aimerais la voir plus souvent dans ce genre de film, elle t démontre tout son talent. Un film à découvrir si vous en avez l'occasion, en tout cas j'ai été conquise et je n'ai pas vu le temps passer.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Selma

Publié le par Emy Lee

Selma

Sortie le 11 mars 2015.

Réalisé par Ava DuVernay, scénario de Paul Webb, et musique de Jason Moran.

Acteurs : David Oyelowo (Martin Luther King Jr), Tom Wilkinson (Président Lyndon B. Jonhson), Carmen Ejogo (Coretta Scott King), Giovanni Ribisi (Lee C. White), Lorraine Toussaint (Amelia Boynton), Common (James Bevel), Alessandro Nivola (John Doar), Cuba Gooding Jr. (Fred Gray), Tim Roth (George Wallace), Oprah Winfrey (Annie Lee Cooper), Tessa Thompson (Diane Nash), Andre Holland (Andrew Young), Wendell Pierce (Révérend Hosea Williams), Ruben Santiago-Hudson (Bayard Rustin), Trai Byers (James Forman), Omar J. Dorsey (James Orange), E. Roger Mitchell (Révérend Frederick Reese), Stepjan James (John Lewis), Colman Domingo (Révérend Ralph Abernathy), Nigél Thatch (Malcolm X), Ledisi Young (Mahalia Jackson), Kent Faulcon (Dr Sullivan Jackson), Niecy Nash (Richie Jean Jackson) et Keith Stanfield (Jimmie Lee Jackson).

Histoire : Selma retrace la lutte historique du Dr Marton Luther King pour garantir le droit de vote à tous les citoyens. Une dangereuse et terrifiante campagne qui s'est achevé par une longue marche, depuis la ville de Selma jusqu'à celle de Montgomery, en Alabama, et qui a conduit le président Jonhson à signer la loi sur le droit de vote en 1965.

Mon avis : S'il y a bien un film que je ne voulais surtout pas manqué, c'était bien "Selma". Je suis une grande fan de Martin Luther King Jr, de son combat, de certaines de ses valeurs. Aucun films à ce jour ne lui étant dédié, je me devais de le visionner. Le film retrace un des mouvements clés du combat contre la ségrégation mais par une absence de violence de Martin Luther King. On nous expose ici la marché pacifiste organisée entre Selma et Montgomerry pour l'accès au bureau de vote de la population noir américaine en particulier dans les pays du sud. On nous présente des figures emblématique de cette période, le président Jonhson et Malcolm X entre autre. Le contexte du pays est également bien représenté, premier pas de l'abolition de la ségrégation, guerre du Vietnam, pauvreté de la population... Ce film est pour moi une pépite, tout est magnifiquement pensée, et on n'hésite pas à présenter la violence des mots, des gestes, des actes. L'introduction pose le contexte, puis la première scène de violence survient, avant de reprendre le débat et les actions. Le spectateur est immergé dans la problématique, à tel point que la violence engendré par les forces de l'ordre m'a également fait violence ! J'ai en tête cette malheureuse scène où Jimmie Lee Jackson est tabassée à mort et que les larmes sont montés d'un coup, comme une explosion, à ne plus supporter ce que je visionnais. Ensuite est venu l'indignation, comment en tant qu'être vivant et pensant on peut accepter cela en toute conscience... Le scénario est donc magnifiquement transcrit et on ne peut pas dire cette fois que la musique à pu avoir un quelconque effet sur les émotions. Le casting est super, je les ai, pour la plupart, tous découvert dans ce film. David Oyewolo est excellent, et on sent le travaille qu'il a fournit pour ce rôle et son investissement dans sa quête de devenir Martin Luther King. Et je tiens à remercier Oprah Winfrey de cette battu pour que ce film existe et que Martin Luther King ne soit plus un personnage tabou, tout comme ses actions. Un film à découvrir d'urgence, si ce n'est pas déjà fait, très certainement la meilleure sortie que j'ai pu voir durant ce mois de mars.

5 étoiles.

Voir les commentaires

Les nouveaux héros

Publié le par Emy Lee

Les nouveaux héros

Sortie le 11 février 2015.

Titre original : Big Hero 6.

Réalisé par Don Hall e Chris Williams, scénario de Don Hall et Jordan Roberts d'après l’œuvre de Duncan Rouleau et Steven T. Seagle, et musique d'Henry Jackman.

Doublage : Ryan Potter (Hiro Hamada), Scott Adsit (Baymax), T. J. Miller (Fred / Fredzilla), Damon Wayans Jr (Wasabi), Génesis Rodriguez (Honey Lemon), Maya Rudolph (Cass Hamada), James Cromwell (Professeur Callaghan), Daniel Henrey (Tadashi Hamada), Alan Tudyk (Alistair Krei), Stan Lee (Père de Fred), Katie Lowes (Abigail Callaghan) et Billy Bush (Journaliste).

Histoire : Hiro Hamada est un jeune génie précoce, qui se retrouve aujourd'hui perdu et jette son talent dans des combats de robot. Son frère, Tadashi Hamada décide de lui faire découvrir son université entièrement dédié à la robotique, pour montrer à son frère les génies qui y étudient et leur talent. Pour le convaincre davantage, Tadashi lui présente son projet, Baymax, un robot infirmier. Hiro n'a alors qu'une idée en tête intégrer cette école. Il travail d'arrache pied sur un nouveau projet innovant pour épater le jury. Malheureusement lors de la présentation, alors que tout se passait à merveille, un tragique événement va tout bouleverser contraignant Hiro a laissé son rêve de côté pour défendre un cause qui lui paraît alors la plus juste.... la vengeance.

Mon avis : C'est sans grand intérêt que je me rend au carton de ce début d'année, tout droit sortie des studios Disney "Les nouveaux héros". Le personnage de Baymax ne m'attirait pas du tout et la bande annonce ne m'avait pas donné une bonne impression du film. Mais l'engouement pour ce film et son oscar auront eu raison de mes impressions. J'avoue que le début de l'histoire est plutôt bon, j'ai apprécier Hiro et sa rébellion d'être trop en avance dans sa scolarité pour ne pas réussir à se fixer. Et son frère, dans le rôle du mentor pour le pousser à se construire un avenir dans un domaine qui le passionne. Le personnage de Baymax est très attachant (oui, oui j'ai versé ma larme et alors !), il ne ressemble à rien mais comme décrit dans le film c'est une guimauve affectueuse et on le ressent énormément. Le début et le milieu de l'histoire m'ont beaucoup plut. En revanche ce fut moins le cas pour le dénouement. Assez prévisible. Et j'ai une certaine overdose des super-héros ! Cela dit, les studios Disney ont une nouvelle fois prouvé leur talent après "La Reine des Neiges" et qu'il maîtrise enfin un art qui était le monopole de Pixar jusqu'à présent (même si j'aurais préfère qu'il continue des films comme "la princesse et la grenouille"). Les graphismes sont superbes, malgré l'effet cartoon des personnages ils m'ont semblé réels (assez étrange comme sensation), une luminosité mis en avant et travaille. Et enfin une B.O. Intéressante. Vous n'y avez peu être pas échappé pendant les périodes des vacances pour les retardataires vos enfants vont adorer dans une aire qui prône le numérique et la robotique. Et vous également parce que nous le savons, vous avez tous gardé votre âme d'enfant.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Libre et assoupi

Publié le par Emy Lee

Libre et assoupi

Sortie le 7 mai 2014.

Réalisation et scénario par Benjamin Guedj d'après l’œuvre de Romain Monnery, et musique de Mathieu Lamboley.

Acteurs : Baptiste Lecaplain (Sébastien), Charlotte Le Bon (Anna), Félix Moati (Bruno), Denis Podalydès (Richard), Isabelle Candelier (Mère de Sébastien), Jean-Yves Berteloot (Père de Sébastien), Suliane Brahim (Valentine Caillou), David Baiot (Stéphane), Lou Chauvain (Delphine), Benjamin Lavernhe (Alexandre), Richard Guedj (Patrick), Jean-Michel Lahmi (Directeur Numéripro), Bernard Ménez (M. Lochu) et Elisabeth Vitali (la veuve).

Histoire : Sébastien n'a qu'une ambition dans la vie : ne rien faire. Son horizon, c'est son canapé. Sa vie il ne veut pas la vivre mais la contempler. Mais aujourd'hui, si tu ne fais rien.... Tu n'es rien. Alors poussé par ses deux colocs, qui enchaînent stages et petits boulots, la décidée Anna et le pas tout à fait décidé Bruno, Sébastien va devoir faire... un peu.

Mon avis : Je ne m'attendais tellement pas à ce film ! Une bonne surprise même si en soit il n'a rien d'exceptionnel. Il nous démontre en tout cas une philosophie de vie qui mérite qu'on s'y intéresse, et si nous ne passions pas à côté de notre vie à vouloir à tout prix nous réaliser et acquérir de la valeur et de la reconnaissance professionnelle ?! J'avoue qu'au départ, son monologue sur la masturbation m'a tout bonnement fait peut sur la tournure du film, et finalement on est très éloigné de ce dernier. On nous démontre simplement un philosophie de vie et sa représentation par le monde extérieur. La réalisation est sympathique avec quelques petits effets. Le scenario bien construit même si parfois cela nous semble un peu long. Niveau casting, je m'intéresse de plus en plus à Charlotte Lebon que je trouve de plus en plus intéressant notamment par ce "naturel" qui transpose à l'écran. J'ai découvert les deux acteurs principaux et je les ai trouvé intéressant et plutôt bon. Un film vraiment intéressant que je vous recommande, j'ai vraiment passé un très bon moment.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

Les aristochats

Publié le par Emy Lee

Les aristochats

Sortie en 1971.

Titre original : The Aristocats.

Réalisé par Wolfgang Reitherman, scénario de Larry Clemmons, Ken Anderson, Eric Cleworth, Vance Gerry, Julius Svendsen, Frank Thomas, Ralph Wright, Tom McGowan et Tom Rowe, et musique de Georges Bruns, Robert B. Sherman et Richard M. Sherman.

Doublage : Claude Bertrand (Thomas O'Malley), Michèle André (Duchesse), Anne Germain (Duchesse chant), Roger Carel (Roquefort / Lafayette), Christian Lesser (Berlioz), Vanina Vinitzki (Marie), Vladimir Vinitzki (Toulouse), Denise Grey (Mme Debonnefamille Adélaïde), Jean-Henri Chambois (Edgar), Alfred Pasquali (Georges Hautecour, Notaire), José Germain (Scat Cat), Henri Tallourd (Chat siamois), Steve Gadler (Chat anglais), Albert Augier (Chat italien), Michel Seldow (Chat russe), Jacques Provins (Frou-Frou), Jacques Dynam (Napoléon), Sylviane Mathieu (Amélie), Nicole Riche (Amélia), Jacques Hilling (Oncle Waldo) et Fernard Rauzena (le laitier).

Histoire : Paris, 1910. Madame de Bonnefamille, millionnaire excentrique, vit seule entourée de ses chats : Duchesse et ses trois petits Marie, Toulouse et Berlioz. Un jour, elle convie son notaire pour léguer sa fortune à ses compagnons à quatre pattes. Cependant, une clause du testament stipule qu'à la mort de ses chats, ses biens iront à son maître d'hôtel, Edgar. Ce dernier entendant la nouvelle, décide d'éliminer ces héritiers. Après leur avoir administré une drogue, il les emporte à la campagne avec la ferme intention de les noyer....

Mon avis : Ce dessin animé est tellement beau ! Tout d'abord c'est le premier film Disney qui se déroule en France et à Paris. Ensuite, il traite tout de même d'un sujet particulier pour un long métrage à destination des enfants : la course à l'héritage. Mais j'avoue qu'enfant je n'avais rien compris à cela, pour moi c'était des chats perdus qui chantait un chanson à un rythme fou ! Plusieurs scènes et personnages cultes, la bande des scats bien entendu, les oies Amélie et Amelia tout comme leur oncle Waldo, Roquefort, la rencontre avec O'Malley... Et ses dessins t'es particulier, que l'on avait pas encore l'habitude de voir, qui me donne par moment l'impression de ne pas être fini mais qui pour autant à un certain charme. Un énième classique des studios Disney qu'on ne se lasse pas de regarder.

3 étoiles.

Voir les commentaires

Le livre de la jungle

Publié le par Emy Lee

Le livre de la jungle

Sortie le 18 octobre 1967.

Titre original : The jungle book.

Réalisé par Wolfgang Reitherman, scénario de Larry Clemmons, Ralph Wright, Vance Gerry et Ken Anderson d'après les romans de Rudyard Kipling, et musique de Georges Bruns.

Doublage : Claude Bertrand (Baloo), Jean Stout (Baloo chant), René Arrieu (Baghéera), Jean Cussac (Baghéera chant), Pascal Bressy (Mowgli), José Bartel (Roi Louie), Jean Martinelli (Colonel Hathi / Shere Khan), Pierre Marret (Colonel Hathi chant), Germaine Kerjean (Winifred), Roger Carel (Kaa), Gaston Guez (Junior), Léonce Corne (Buzzie), Maurice Nasil (Flaps / Ziggy), Jacques Hilling (Dizzy), Henry Djanik (Akéla), Jacques Degor (Rama) et Lucie Dolène (Shanti).

Histoire : En Inde, la panthère Baghéera découvre dans la jungle un jeune bébé abandonné. Elle décide de le confier à une famille de loup qui l’élève comme un louveteau. Alors que Mowgli a dix ans, le tigre Shere Kahn approche du territoire des loups. Pour éviter à l'enfant une fin inévitable, les loups l'éloignent et décident de le confier aux hommes d'un village proche. C'est Baghéera qui le conduit. Pendant leur voyage, ils feront de nombreuses rencontres, parfois redoutables.

Mon avis : J'ai mis des années à comprendre que l'on était dans une jungle d'Inde (pour moi une jungle était tout bonnement en Afrique). Bref passé ses révélations au fil des visionnages, "Le livre de la jungle" est avant tout une histoire compliqué, d'un enfant qui ne cesse d'être abandonné au fil des aventures. Il a cependant un sacré caractère qui finalement le conduit bien souvent dans un revers négatif. Mowgli est attachant et on aime voir des animaux sauvages l'élever. Les dessins sont superbes et on a tous une ou plusieurs chansons cultes, j'avoue qu'en dehors d' "il en faut peu pour être heureux" je les aimes toutes. On a le sentiment de vivre des aventures extraordinaires en s'identifiant à Mowgli. Un chouette dessin animé que j'ai également souvent plaisir à voir.

3 étoiles.

Voir les commentaires

1 2 > >>