Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #historique tag

The birth of the nation

Publié le par Emy Lee

Sortie le 11 janvier 2017.

Réalisation et scénario par Nate Parker, et musique d'Henry Jackman.

Acteurs : Nate Parker (Nat), Armie Hammer (Samuel Turner), Mark Boone (Révérend Walthall), Colman Domingo (Hark), Aunjanue Ellis (Nancy), Dwight Henry (Isaac), Penelope Ann Miller (Elizabeth Tunrer), Aja Naomi King (Cherry), Ester Scott (Bridget), Jackie Earle Haley (Raymond Cobb), Roger Guenveur Smith (Isaiah), Gabrielle Union (Ester), Tony Espinosa (Nat enfant), Jayson Warner Smith (Earl Fowler), Jason Stuart (Joseph Randall), Chiké Okonkwo (Will), Katie Garfield (Catherine Turner), Kai Norris (Jasper), Steve Coulter (Général Childs), Griffin Freeman (Samuel enfant), Jeryl Prescott (Janice), Justin Randell Brooke (Guiles Reese), Aiden Flowers (John Clarke enfant),  et Tom Proctor (E. T. Brantley).

Histoire : Trente ans avant la guerre de Sécession, Nat Turner est un esclave cultivé et un prédicateur très écouté. Son propriétaire, Samuel Turner, qui connaît des difficultés financières, accepte une offre visant à utiliser les talents de prêcheur de Nat pour assujettir des esclaves indisciplinés. Après avoir été témoin des
atrocités commises à l’encontre de ses camarades opprimés, et en avoir lui-même souffert avec son épouse, Nat conçoit un plan qui peut conduire son peuple vers la liberté…

Mon avis : Des films sur l'esclavage et sur la traite des nègres, il y en a eu des tas. Pour autant, je suis toujours horrifiée de constater toutes les méthodes de maltraitance et de torture usées par les blancs envers leurs biens. Ce qu'on apprécie dans ce film, c'est que la ferme des Turner semble plus humaine que celle exposée dans d'autres films. Malgré l'esclavage, il règne une certaine harmonie et la sécurité des esclaves. L'idée d'user d'un esclave pour prêcher la bonne parole à ses semblables ne m'avait pas grandement convaincue, mais c'est finalement cette ouverture sur l'extérieur qui permet à Nat de se rendre compte de l'ampleur de l'esclavage. Les réflexions, les gestes, les discours m'ont fortement dérangé, peut-être plus que la maltraitance et les tortures. Le film est très intéressant et j'ai eu le sentiment de découvrir une nouvelle part de l'histoire. La réalisation de Nate Parker est superbe, on a des plans et des séquences magnifiques qui touchent forcément le spectateur. Le casting est impressionnant, j'ai beaucoup aimé Nate Parker que je découvrais dans ce film comme la plupart des acteurs et actrices présents dans ce film. Ce film a été une très belle découverte, et jusqu'au bout j'y ai cru à cette liberté même si je connaissais les faits historiques.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Colonia

Publié le par Emy Lee

Sortie le 20 juillet 2016.

Réalisé par Florian Gallenberger, scénario deTorsten Wenzel et Florian Gallenberger, et musique d'André Dziezuk.

Acteurs : Emma Watson (Lena), Daniel Brühl (Daniel), Michael Nyqvist (Paul Schafër), Richenda Carey (Gisela), Vicky Krieps (Ursel), Jeanne Werner (Dorothea), Julian Ovenden (Romain Breuer), August Zirner (Ambassadeur allemand), Martin Wuttke (Niels Biedermann), César Bordon (Manuel Contreras), Nicolas Barsoff (Jorge), Steve Karier (Bernd), Gilles Soeder (Kurt), Lucila Gandolfo (Docteur), Katharina Müller-Elmau (Miss Herman), Paul Herwig (Herbert Klotz) et Johannes Allmayer (Dieter).

Histoire : Chili, 1973. Le Général Pinochet s'empare du pouvoir par la force. Les opposants au coup d'Etat descendent dans la rue. Parmi les manifestants, un jeune couple, Daniel photographe et son ami Lena. Daniel est arrêté par la nouvelle police politique. Il est conduit dans un camp secret, caché dans un lieu reculé au sein d'une secte dirigée par un ancien nazi. Une prison dont personne n'est jamais sorti. Pour retrouver son amant, Lena va pourtant rentrer dans la Colonia Dignidad.

Mon avis : J'avais hâte de découvrir ce film, pourtant je l'ai loupé à sa sortie. Pas de soucis, je le découvre donc quelques mois plus tard. Et je suis plutôt surprise, parce qu'une fois de plus j'ai oublié de quoi parlait le film, et que j'étais persuadé d'y voir la révolution. Pourquoi me direz-vous, certainement parce que j'ai fait un lien à la con juste par le visuelle de l'affiche. Je dois donc avouer que je me suis un peu perdue au début, et n'ai pas trop compris comment il pouvait se retrouver au sein d'une secte en pleine pampa ! Finalement les morceaux ce sont recollés et j'ai réussi à suivre l'histoire. Déjà je remercie le réalisateur de n'avoir laissé entendre que des sous-entendu, j'ai redouté d'assister à une scène de viol qui finalement n'est heureusement jamais arrivée parce que je n'étais pas préparé à y assister (quoique sommes-nous vraiment préparé à assister à ce genre de scène j'en doute...). La ressemblance entre le camp de la colonia dignidad et les camps de concentration fait froid dans le dos, à la place de Lena, je n'y aurais même pas mis un pied, par crainte de ne jamais en sortir vivante. Si au début c'est un peu compliqué, on rentre assez vite dans l'histoire. J'ai eu beaucoup de plaisir à la découvrir et je n'ai pas pu m'empêcher de faire des liens au nazisme mais également à d'autres sectes. Jusqu'à la dernière minute, j'ai pensé qu'il ne s'en sortirait par, et qu'en raison de la fuite, la colonia dignidad organiserais un suicide collectif. J'ai trouvé la fin un peu plan plan mais sinon l'ensemble est plutôt réussi. J'ai eu beaucoup de plaisir à retrouver Daniel Brühl, que je n'avais pas revu dans un film depuis "Rush", tout comme Michael Nyqvist. J'apprécie ses deux acteurs, qui m'ont encore un fois démontré leur talent. Emma Watson est convaincante, mais il m'est encore difficile de l'enlever de son image d'Hermione Granger, de fait je ne la trouve toujours pas juste dans son jeu. Mais cela tend à s'améliorer, ce qui sous-entend qu'elle choisi les bons rôles pour casser cette image. Du point de vu la réalisation c'est pas mal, j'ai apprécié le découpage en chapitre par le biais du décompte des jours. On a eu droit a quelques plans sympas même si certains laissaient entendre une scène bien dégueulasse. Les codes des sectes sont plutôt bien représenté, même si je me questionne sur la présence de cette mère venant récupérer son fils...  La bande original est également sublime, et il y a quelques morceaux qui me trotte encore dans la tête. Vraiment un très bon film que je vous recommande si vous ne l'avez pas encore découvert, et la vérité laisse sans voix.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Amistad

Publié le par Emy Lee

Amistad

Sortie le 25 février 1998.

Réalisé par Steven Spielberg, scénario de David Franzoni, et musique de Debbie Allen et John Williams.

Acteurs : Djimon Hounsou (Cinqué), Morgan Freeman (Theodore Joadson), David Paymer (Forsyth),Matthew McConaughey (Roger S. Baldwin), Pete Postlethwaite (Holabird), Stellan Skarsgard (Lewis Tappan), Anna Paquin (Reine Isabel II), Razaaq Adoti (Yamba), Nigel Hawthorne (Martin Van Buren), Anthony Hopkins (John Quincy Adams), Jeremy Northam (Juge Coglin), Chiwetel Ejiofor (James Covey), Tomas Milian (Calderon), Geno Silva (Ruiz), John Ortiz (Montes), Darren Burrows (Lieutenant Meade), Paul Guilfoyle (Procureur), Peter Firth (Capitaine Fitzgerald), Xander Berkeley (Hammond), Arliss Howard (John C. Calhoun), Austin Pendleton (Professeur Gibbs) et Jake Weber (M. Wright).

Histoire : En 1839, "l'Amistad", navire espagnol transportant des esclaves africains, est pris dans une violente tempête au large de Cuba. Une cinquantaine de prisonniers réussissent à se libérer de leurs chaînes et se retournent contre leurs bourreaux, qu'ils passent par les armes. Cinqué, leur leader, oblige le capitaine à les ramener vers l'Afrique, mais celui-ci, profitant de son ignorance, met le cap sur l’Amérique. Jetés en prison, les mutins vont être défendus par deux fervents abolitionnistes, Theodore Joadson et Lewis Tappan, qui engagent un jeune avocat, Roger Baldwin.

Mon avis : Un très beau film traitant de l'esclavage, mais essentiellement sur leur droit et devoir en plein bouleversement de leur condition. Steven Spielberg nous présente avec beaucoup de réalisme (même si tout est un poil romancé), cette affaire tiré de fait réel. La réalisation est très réussi, elle m'a personnellement donné le tournis pendant l'orage et la confusion de l'attaque des esclaves. Le scénario est très bien construit, on ne s'ennuie pas une minute malgré la durée du film. Et surtout, un casting très intéressant qui nous démontre une fois de plus tout son talent. Un peu déçue au départ que les dialogues entre esclaves ne soient pas sous-titrés, puis j'en ai compris l'intérêt. Allant même jusqu'à croire que le film serait essentiellement visuel. Finalement non, une fois sur le sol américain sa parle beaucoup et parfois pour ne rien dire. J'ai été plus qu'indigné tout le long du film, ses pensées sortant un peu d'outre tombe... Puis je me suis rappelé qu'encore aujourd'hui certain tenait ce genre de discours envers les personnes différentes. Triste de voir que malgré les siècles et l'évolution, certaines choses n'ont toujours pas changées. Djimon Hounsou m'a bluffé, son jeu est parfait. Tout comme Matthew McConaughey que je ne connaissais encore que pour des rôles dans des comédies romantiques. Mais celui qui m'a le plus touché, c'est Anthony Hopkins, un peu déçue au départ de le voir si peu, et ne comprenant pas très bien l'intérêt de sa présence. Son discours final est marquant, réaliste et touchant. Certainement la scène qui retiendra mon attention pour ce film. Un film que je vous conseil de découvrir très vite si ce n'est pas déjà fait, d'autant plus quand il est porté par Steven Spielberg !

5 étoiles.

Voir les commentaires

JFK

Publié le par Emy Lee

JFK

Sortie le 29 janvier 1992.

Réalisé par Oliver Stone, scénario de Zachary Sklar et Oliver Stone, et musique de John Wiliams.

Acteurs : Kevin Costner (Jim Garrisson), Tommy Lee Jones (Clay Shaw), Laurie Metcalf (Susie Cox), Gary Oldman (Lee Harvey Oswald), Michael Rooker (Bill Broussard), Jack Lemmon (Jack Martin), Vincent D'Onofrio (Bill Newman), Sissy Spacek (Liz Garrisson), Joe Pesci (David Ferrie), Walter Matthau (Sénateur Long), Kevin Bacon (Willie O'Keefe), Donald Sutherland (Monsieur X), Jay O. Sanders (Lou Ivon), John Candy (Dean Andrews), Edward Asner (Guy Bannister), Brian Doyle-Murray (Jack Ruby), Sally Kirkland (Rose Cheramie), Tony Plana (Carlos Bringuier), Wayne Knight (Numa Bertel), Pruitt Taylor Vince (Lee Bowers), Dale Dye (Général Y) et Ron Rifkin (M. Goldberg / Spiesel).

Histoire : Suite à l'assassinat du président John F. Kennedy, le procureur de la Nouvelle Orléans, Jim Garrisson remet en cause le rapport du commissaire Warren. Ce dernier va clôturé l'affaire en trouvant le parfait coupable, Lee Harvey Oswald. Pourtant avant d'être abattu par un tireur isolé, le suspect avait toujours nié sa culpabilité. Pour Garrisson, il est impossible que l'homme ait agi seul. Persuadé qu'un complot se trame, Garrisson explore des pistes occultées et comprend vite que la CIA, le FBI et le Pentagone ont joué un rôle déterminant dans cette affaire. Prêt à tout pour faire éclater la vérité au grand jour, le procureur devient l'homme à abattre.

Mon avis : Ouah ! Que dire de plus sur ce film. Je suis déjà étonnée qu'il est pu voir le jour. Alors oui ce n'est pas le seul à accusé les politiques mais ici on parle des assassinats le plus mystérieux des U.S.A., dont on ne connaît toujours pas la vérité à ce jour. Réalisation parfaite, cadre utilisé à bon escient, lumière, couleur et décors choisi... Tout est orchestré, pour nous plonger au cœur de la réflexion et de l'enquête de Garison. Le scénario prend bien en compte le fil de l'enquête, l'interrogatoire des suspects... En revanche, il y a certaines scènes incohérentes. Et j'ai également du mal à croire qu'on aurait laissé le Procureur avancé dans l'enquête sans lui mettre des bâtons dans les roues, en ne le faisant pas taire définitivement ou encore en étant pas plus oppressant sur les menaces. Cela dit, le procès, même perdu d'avance, aura eu le mérite de permettre au procureur d'exposer sa théorie et les dysfonctionnements de la commission Warren. La personnalité des personnages est travaillé, tout comme l'évolution de leur inquiétude. Le casting est juste impressionnant : Kevin Costner, Gary Oldman, Kevin Bacon, Tommy Lee Jones,... Et autres grands du cinéma des 80-90. Tout est réunit pour en faire un très grand film. On peut, en raison de la durée, trouver le temps long à certains moment, en particulier lorsque l'enquête piétine. Mais cela ne nous empêche pas de passer un bon moment, de se demander jusqu'où ils vont aller et s'ils pourront aller jusqu'au bout et enfin trouver l'assassin de JFK. À voir absolument.

5 étoiles.

Voir les commentaires

Les suffragettes

Publié le par Emy Lee

Les suffragettes

Sortie le 18 novembre 2015.

Titre original : Suffragette.

Réalisé par Sarah Gavron, scénario d'Abi Morgan, et musique d'Alexandre Desplat.

Acteurs : Carey Mulligan (Maud Watts), Helena Boham Carter (Edith Ellyn), Meryl Streep (Emmeline Pankhurst), Brendan Gleeson (Arthur Steed), Anne-Marie Duff (Violet Miller), Ben Whishaw (Sonny Watts), Romola Garai (Alice Haughton) Finbar Lynch (Hugh Ellyn), Natalie Press (Emily Wilding Davison), Samuel West (Benedict Haughton), Geoff Bell (Norman Taylor), Morgan Watkins (Détective Malcolm Wlasop), Lorraine Stanley (Mme Coleman), Adrian Schiller (David Lloyd George), Adam Nagaitis (M. Cummins), Lisa Dillon (Mme Drayton) et Adam Michael Dodd (George Watts).

Histoire : Au début du siècle dernier, en Angleterre, des femmes de toutes conditions décident de se battre pour obtenir le droit de vote. Face à leurs revendications, les réactions du gouvernement sont de plus en plus brutales et les obligent à entrer dans la clandestinité pour une lutte de plus en plus radicale. Puisque les manifestations pacifiques n'ont rien donné, celles que l'on appelle les suffragettes finissent par avoir recours à la violence pour se faire entendre. Dans ce combat pour l'égalité, elles sont prêtes à tout risquer : leur travail, leur maison, leurs enfants, et même leur vie. Maud est l'une de ces femmes. Jeune, mariée, mère, elle va se jeter dans le tourbillon d'une histoire que plus rien n'arrêtera...

Mon avis : J'admirais déjà beaucoup ses femmes, qui ont fait ce que nous sommes aujourd'hui. Ce film n'a fait que confirmer mon admiration. Les femmes anglaises ont été les premières à défendre leur droit et donc leur existence. On aurait pu à l'époque les dénommées intégristes. Le film commence au milieu du mouvement, quand les femmes lassent de leurs actions pacifistes sont passées à l'action. Malheureusement elles ne sont toujours pas entendues malgré des actions toujours plus fortes et toujours plus violentes, il faudrait attendre leur martyre, leur symbole pour se faire entendre à l'international. Ce film, fait énormément de bien, quand des minorités remettent en cause l'égalité et le droit des femmes. Se souvenir que pour nous, notre statut, nos droits, des femmes ont tout perdues : leur emploi, leur mari, leur enfant, leur statut. Elles se sont battues à force d'abus : violence, viol, avis non pris en compte... Aujourd'hui ce sont des choses inimaginable, hier c'était leur quotidien. À croire que j'attendais ce film depuis des années. Ce film est très bien fait, sa réalisation est propre, soignée et respectant l'époque. Le scénario est bien écrit, on ne voit pas le temps passé, et j'aurais voulu en voir plus. J'aurais pus y rester deux heures de plus facilement. Les actrices sont géniales. Je déplore la prestation de Meryl Streep, bien trop courte, certes sont personnages est emblématique et extrêmement recherché, mais l'actrice était un atout. J'ai découverte Carry Mullighan, qui donne beaucoup à son personnage tout en donnant l'impression d'en faire très peu. Et enfin Helena Bonham Carter, que je ne porte pas dans mon cœur et que pourtant dans ce rôle je l'ai vraiment apprécier. Tout comme j'avais pu l'apprécier dans "Le discours d'un roi". Je la découvre peu à peu, et je la trouve excellente quand elle sort de ses rôles habituels. Les Suffragettes est vraiment un très beau film, même si la réalisation est parfois un peu édulcoré. On ne peut qu'apprécier l'histoire, les personnages et le jeu des actrices. Un film à voir absolument pour ne pas oublier ses femmes, leur combat et celle qui doivent encore se battre aujourd'hui pour exister.

4,5 étoiles.

Voir les commentaires

Selma

Publié le par Emy Lee

Selma

Sortie le 11 mars 2015.

Réalisé par Ava DuVernay, scénario de Paul Webb, et musique de Jason Moran.

Acteurs : David Oyelowo (Martin Luther King Jr), Tom Wilkinson (Président Lyndon B. Jonhson), Carmen Ejogo (Coretta Scott King), Giovanni Ribisi (Lee C. White), Lorraine Toussaint (Amelia Boynton), Common (James Bevel), Alessandro Nivola (John Doar), Cuba Gooding Jr. (Fred Gray), Tim Roth (George Wallace), Oprah Winfrey (Annie Lee Cooper), Tessa Thompson (Diane Nash), Andre Holland (Andrew Young), Wendell Pierce (Révérend Hosea Williams), Ruben Santiago-Hudson (Bayard Rustin), Trai Byers (James Forman), Omar J. Dorsey (James Orange), E. Roger Mitchell (Révérend Frederick Reese), Stepjan James (John Lewis), Colman Domingo (Révérend Ralph Abernathy), Nigél Thatch (Malcolm X), Ledisi Young (Mahalia Jackson), Kent Faulcon (Dr Sullivan Jackson), Niecy Nash (Richie Jean Jackson) et Keith Stanfield (Jimmie Lee Jackson).

Histoire : Selma retrace la lutte historique du Dr Marton Luther King pour garantir le droit de vote à tous les citoyens. Une dangereuse et terrifiante campagne qui s'est achevé par une longue marche, depuis la ville de Selma jusqu'à celle de Montgomery, en Alabama, et qui a conduit le président Jonhson à signer la loi sur le droit de vote en 1965.

Mon avis : S'il y a bien un film que je ne voulais surtout pas manqué, c'était bien "Selma". Je suis une grande fan de Martin Luther King Jr, de son combat, de certaines de ses valeurs. Aucun films à ce jour ne lui étant dédié, je me devais de le visionner. Le film retrace un des mouvements clés du combat contre la ségrégation mais par une absence de violence de Martin Luther King. On nous expose ici la marché pacifiste organisée entre Selma et Montgomerry pour l'accès au bureau de vote de la population noir américaine en particulier dans les pays du sud. On nous présente des figures emblématique de cette période, le président Jonhson et Malcolm X entre autre. Le contexte du pays est également bien représenté, premier pas de l'abolition de la ségrégation, guerre du Vietnam, pauvreté de la population... Ce film est pour moi une pépite, tout est magnifiquement pensée, et on n'hésite pas à présenter la violence des mots, des gestes, des actes. L'introduction pose le contexte, puis la première scène de violence survient, avant de reprendre le débat et les actions. Le spectateur est immergé dans la problématique, à tel point que la violence engendré par les forces de l'ordre m'a également fait violence ! J'ai en tête cette malheureuse scène où Jimmie Lee Jackson est tabassée à mort et que les larmes sont montés d'un coup, comme une explosion, à ne plus supporter ce que je visionnais. Ensuite est venu l'indignation, comment en tant qu'être vivant et pensant on peut accepter cela en toute conscience... Le scénario est donc magnifiquement transcrit et on ne peut pas dire cette fois que la musique à pu avoir un quelconque effet sur les émotions. Le casting est super, je les ai, pour la plupart, tous découvert dans ce film. David Oyewolo est excellent, et on sent le travaille qu'il a fournit pour ce rôle et son investissement dans sa quête de devenir Martin Luther King. Et je tiens à remercier Oprah Winfrey de cette battu pour que ce film existe et que Martin Luther King ne soit plus un personnage tabou, tout comme ses actions. Un film à découvrir d'urgence, si ce n'est pas déjà fait, très certainement la meilleure sortie que j'ai pu voir durant ce mois de mars.

5 étoiles.

Voir les commentaires

Indochine

Publié le par Emy Lee

Indochine

Sortie le 15 avril 1992.

Réalisé par Régis Wargnier, scénario de Ctaherine Cohen, Louis Gardel, Erik Orsenna et Régis Wargnier, et musique de Patrick Doyle.

Acteurs : Catherine Deneuve (Eliane Devries), Vincent Perez (Jean-Baptiste Le Guen), Jean Yanne (Guy Asselin), Linh-Dan Pham (Camille), Dominique Blanc (Yvette), Alain Fromager (Dominique), Eric Nguyen (Tanh), Carlo Brandt (Castellani), Henri Marteau (Emile Devries), Gérard Lartigau (Amiral), Andrezej Sewaeryn (Hebrard), Hubert Saint-Macary (Raymond) et Thibault de Montalembert (Charles-Henry).

Histoire : Dans l'Indochine des années trente, Eliane Devries dirige avec son père Emile une plantation d'arbre à caoutchouc. Elle a adopté Camille, une princesse annamite orpheline. Toutes les deux ne vont pas tarder à tomber amoureuse du même homme, Jean-Baptiste, un jeune officier de la marine. Au même moment, sur fond de nationalisme ambiant, sont perpétrés les premiers attentats contre les français...

Mon avis : Je ne connaissais pas ce film, mais en voyant Catherine Deneuve au casting, je ne me suis pas posée trop de question. D'autant plus en voyant le reste du casting au générique. L'époque à laquelle se déroule le film est très intéressante, en pleine colonie, la condition des asiatiques et la position des français. Jusqu'à la rébellion et l'annonce imminente de la guerre et de la déchéance française. Si l'histoire est romancé, elle reste cela dit très intéressante. Malheureusement le film m'a semblé très long au début, et très similaire à d'autres films sortie comme "Out of Africa" ou encore "Australia", je me suis donc passablement ennuyée pendant une bonne heure, tellement tout me semblait déjà vu. Heureusement le jeu de Catherine Deneuve et des autres acteurs, notamment Jean Yanne qui m'a beaucoup étonné, ont continue de susciter pour moi un intérêt. C'est particulièrement au départ de Camille, que le film a commencé à me réveiller et me plaire et ce sentiment de déjà vu disparaître. A ce moment là, j'ai vraiment apprécié. La réalisation est superbe, des décors et un environnement magnifique, on envierait presque les acteurs d'avoir joui d'un tel spectacle. Le casting en plus d'être impressionnant et très bon, j'ai adoré la jeune Linh-Dan Pham qui en plus d'être magnifique joue merveilleusement. On ne présente plus Catherine Deneuve, même si elle m'a semblé bien en dessous comparé à d'autres de ses rôles. Jean Yanne que j'ai découvert en tant qu'acteur et que j'ai trouvé excellent ou encore Vincent Perez que j'ai adoré ! C'est donc un bon moment de cinéma, que je vous recommande si vous avez l'occasion de le découvrir, c'est une belle part d'histoire romancée et un très beau film.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Okraina (Le faubourg)

Publié le par Emy Lee

Okraina (Le faubourg)

Sortie en 1933.

Réalisé par Boris Barnet, scénario de Konstantin Finn et Boris Barnet, et musique de Sergeï Vasilenko.

Acteurs : Yelena Kuzmina (Marika Greshina), Robert Erdman (Robert Karl), Sergeï Komarov (Alexander Petrich Greshin), Aleksandr Chistyakov (Pyotr Ivanonich Kadkin), Nikolai Bogolyubov (Nikolai Kadkin), Nikolai Kryuchkov (Senka Kadkin), Hans Klering (Mueller) et Mikhail Zharov (Krayevitch).

Histoire : Alors que l'Allemagne vient de déclarer la guerre à la Russie, un vent patriotique souffle le faubourg d'une des petites villes frontalières tsaristes. Tous les hommes en état de se battre partent au front et découvrent la dure et terrible réalité des tranchées.

Mon avis : Un très beau film qui nous apporte le regard de la Russie et sa participation à la Première Guerre mondiale. Sur fond romancé, comparé au film de la même époque d'origine française, on se laisse guider par cette reconnaissance patriotique et ce double combat contre l'Allemagne mais également la Russie conservatrice des Tzars.On a le sentiment que la Russie entame une révolution complète (industriel, identitaire). Un beau film sur une part d'histoire toujours méconnu. La réalisation est plaisante tout comme l'histoire qui est à la fois attendrissante et révoltante. Les acteurs sont convaincants et fortement appréciable. Si vous avez l'occasion de le voir, vous en apprendrez beaucoup et je ne doute pas qu'il vous plaira.

4 étoiles.

Voir les commentaires

La grotte des rêves perdus

Publié le par Emy Lee

La grotte des rêves perdus

Sortie le 31 août 2011.

Titre original :

Réalisé par Werner Herzog, scénario de Judith Thurman et Werner Herzog, et musique d'Ernst Reijseger.

Intervenants : Werner Herzog, dominique Baffier, Jean Clottes, Jean-Michel Geneste, Carole Fritz, Gilles Tosello, Julien Monney, Michel Philippe, Nicholas Conard, Wulf Hein, Maria Malina, Volker Schlöndorff et Maurice Maurin.

Histoire : C'est une grotte immense, protégée du monde depuis 20 000 ans parce que le plafond de son entrée s'est effondré. C'est un sanctuaire incrusté de cristaux et rempli de restes pétrifiés de mammifères géants de la période glaciaire. Pourtant, ce n'est pas le seul trésor que ce lieu unique au monde avait à nous offrir....

Mon avis : Un très beau voyage dans la grotte de Chauvet, en Ardèche, Un voyage de plusieurs millions d'années au milieu des peintures rupestres, des fossiles et autres cristaux. Nous en prenons plein les yeux et le contexte de la 3D, aide à joué la perspective entre les peintures. Les commentaires des différents intervenants sont intéressants, certains plus que d'autre. Et par principe, elle reste une des grottes qui ne sera jamais accessible au public, c'était donc un plaisir de la découvrir de cette façon. Le seul bémol, la 3D, je ne sais si mes lunettes étaient abîmées mais je voyais les points vert et rouge (comme lorsqu'on était petit avec les magazines et les lunettes verte et rouge), cela faisait très longtemps que je n'avais pas eu aussi mal aux yeux en sortant. Un très beau film à découvrir, seulement les plus jeunes risque de trouver le temps long en raison des nombreux commentaires et du manque de rythme (typique des documentaires).

4 étoiles.

Voir les commentaires

La dernière tentation du Christ

Publié le par Emy Lee

La dernière tentation du Christ

Sortie le 28 septembre 1988.

Titre original : The last temptation of Christ.

Réalisé par Martin Scorsese, scénario de Paul Schrader d'après l’œuvre de Nikos Kazantzakis et musique de Peter Gabriel.

Acteurs : Willem Dafoe (Jésus-Christ), Harvey Keitel (Judas), Paul Greco (Zélote), Steve Shill (Centurion), David Bowie (Ponce Pilate), Verna Bloom (Marie, mère), Barbara Hershey (Marie Madeleine), Harry Dean Stanton (Paul/Saul), Victor Argo (Pierre), Michael Been (Jean), Barry Miller (Jéroboam), Gary Basaraba (Andrew),, Irvin Kershner (Zebedee), Paul Herman (Philip), John Lurie (James), Leo Burmester (Nathaniel), Alan Rosenberg (Thomas), Donald Hodson (Saducee) et Leo Marks (Satan).

Histoire : Un conflit intérieur déchire Jésus de Nazareth, charpentier qui fabrique des croix que les Romains utilisent pour des crucifixions. Il s'isole dans le désert et revient, convaincu d'être le fils de Dieu...

Mon avis : Je ne connaissais absolument pas ce film. Mais lorsque je l'ai vu sur le replay d'Arte, que j'ai lu le synopsis, j'ai tout de suite pensé qu'il était non seulement un film à voir mais aussi un film pour moi. Dans les grandes lignes, il représente ma croyance face au personnage de Jésus de Nazareth. Seulement, faire une critique de ce film ne sera pas représentatif dans la mesure où chacun par sa vision, sa croyance en fera une analyse différente. Je comprends donc les raisons qui ont créé une polémique à sa sortie en 1988, puisque l'analyse touche forcément un aspect négatif. D'ailleurs Nikos Kazantzakis, n'étant pas un apôtre révélant la parole et témoin du périple de Jésus, son œuvre ne pouvait qu'être critiqué négativement et adjugé de blasphème. Donc avant de commencer, je tiens simplement à excuser mes propos qui blesseront peut être les croyants, je ne tiens pas à juger, ni stigmatiser, je donne juste mon analyse et ce qu'à suscité le film chez moi, moi qui ai été élevé dans la religion catholique mais qui n'ai pas de prétention à l'être et avoue ne pas y croire. Tout d'abord, Martin Scorsese met très bien à l'honneur chacun des événements survenant dans le périple de Jésus. J'ai d'ailleurs adoré la scène, où ce dernier couronné d'épine, traverse Jérusalem en transportant cette fois sa propre croix, entouré d'une foule hilare. Cette foule est mis en retrait par un jeu de lumière, alors que Jésus est lui exposé en pleine lumière en proie à ses doutes et questionnements. Et chacune des scènes est minutieusement travaillé, chaque détails ayant une importance dans ce qui se joue à l'écran. Cette interprétation de la Bible et du personnage de Jésus correspond à ma représentation. J'aurais même tendance à dire que Jésus ayant repris le commerce familiale, contraint à faire des croix pour les romains afin qu'ils accomplissent leur châtiment, est devenu fou. N'acceptant pas d'être l'instigateur de ses tortures, détester de tous, sa folie le pousse à se centrer sur ses retranchements et en ses temps en se tournant dans la religion et la foi qu'il a en Dieu. Que sa folie et sans doute un signe interprété comme la parole de Dieu, l'on investie d'une mission, celle de libérer les juifs, de mener la révolution contre les romains. D'ailleurs, la scène où il se rend dans le désert, soumis à de multiples épreuves dont celle de Satan, sont assez représentative de sa croyance et de l'investissement qu'il met à être le Messie. Par moment, je me demandais même s'il n'avait pas des traits schizophrénique mais c'est mon côté trop terre à terre. Je pense donc que Jésus, était un représentant de la révolution, croyant et qu'il était en capacité de réaliser des miracles que l'on explique pas. Qu'il est mort crucifié, et que les témoins en on fait un héros et un symbole pour démontrer qu'avec la foie tout acte est possible. Pour moi le film est réussi et tient du chef d’œuvre. Il reste fidèle à la Bible et expose chacun des événements marquant n’omettant pas de mentionner Moïse, Abraham,... il n'y a donc pas raison à polémique, selon moi puisque le seul point exposé est que Jésus était n'importe quel quidam mais a été élu par Dieu pour accomplir son dessin... pour moi l'une ou l'autre des versions à finalement la même finalité et la même symbolique. Du côté du casting, Willem Dafoe est merveilleux, j'avais finalement encore besoin de preuve pour le mettre dans la catégorie des grands acteurs, ici il me l'a prouvé et il suffit de jeter un oeil sur sa filmographie pour le constater. Il a la lourde tâche d'interpréter Jésus et le fait avec beaucoup de subtilité et d'émotion dans son jeu, apportant à la fois force et fragilité ainsi que cette pointe de folie à peine visible. Harvey Keitel est très bon en Judas, et je préfère largement la version de son personnage que celle négative, limite haineuse véhiculé dans la version d'origine. Il est difficile d'évaluer le jeu de tous ses acteurs, en effet s'ils sont bons, la lumière et la caméra étant porté sur le personnage centrale, les autres ne représente qu'une masse servant au premier rôle et à le mettre davantage en lumière. C'est un très beau film, je vous le recommande, peu importe votre croyance, votre religion car il est symbolique de notre histoire. La réalisation et l'interprétation mérite d'être vue. Pour ma part, je n'ai pas été déçue et j'espère voir bientôt "La passion du Christ" de Mel Gibson.

5 étoiles.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>