Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #western tag

Jane got a gun

Publié le par Emy Lee

Sortie le 27 janvier 2016.

Réalisé par Gavin O'Connor, scénario de Brian Duffield, Anthony Tambakis et Joel Edgerton, et musique de Marcello De Francisci et Lisa Gerrard.

Acteurs : Natalie Portman (Jane Hammond), Joel Edgerton (Dan Frost), Ewan McGregor (John Bishop), Noah Emmerich (Bill Hammond), Boyd Holbrook (Vic), Rodrigo Santoro (Fitchum), Todd Stashwick (O'Dowd), James Burnett (Cunny Charlie), Sam Quinn (Slow Jeremiah), Boots Southerland (Marshal), Alex Manette (Buck), Maisie McMaster (Mary), River Shields (Enfant) et Chad Brummett (Theodore).

Histoire : Jane Hammond est une femme au caractère bien trempé mariée à Bill, l’un des pires bandits de la ville. Lorsque celui-ci se retourne contre son propre clan, les terribles frères Bishop, et qu’il rentre agonisant avec huit balles dans le dos, Jane sait qu’il est maintenant temps pour elle de troquer la robe contre le pantalon et de ressortir son propre pistolet. Le meilleur espoir de Jane n’est autre que son ancien amour Dan Frost, dont la haine envers Bill n’a d’égal que son amour pour Jane.

Mon avis : Les grandes étendues de l'Ouest, Natalie Portman aux commandes... Que demander de plus ? Bien que j'ai une aversion pour les Western, les seuls qui m'ont convaincu jusqu'à présent sont les films de Sergio Leone et en grande partie en raison de la bande originale de Morricone. Pourtant l'histoire de Jane m'a tout de suite attirée sans forcément en comprendre la raison. Après visionnage je peux dire que le scénario nous entraîne dans une histoire convaincante et bien écrite. La réalisation, la photographie, les jeux de lumières, le son..  tout est réuni pour nous faire passer un bon moment et visuellement c'est magnifique. Je me suis laissée bercer par cette histoire et ses images. Natalie Portman est excellente comme le reste du casting, j'ai adoré détester Erwan McGregor. Je ne peux que vous recommander de voir ce film malgré quelques longueurs. 

4 étoiles

Voir les commentaires

The revenant

Publié le par Emy Lee

The revenant

Sortie le 24 février 2016.

Réalisé par Alejandro Gonzalez Inarritu, scénario de Mark L. Smith et Alejandro Gonzalez Inarritu d'après l’œuvre de Michael Punke, et musique de Ryuichi Sakamoto et Carsten Nicolai.

Acteurs : Leonardo DiCaprio (Hugh Glass), Tom Hardy (John Fitzgerald), Domhnall Gleeson (Andrew Henry), Will Poulter (Bridger), Paul Anderson (Anderson), Kristoffer Joner (Murphy), Brendan Fletcher (Fryman), Lukas Haas (Jones), Forrest Goodluck (Hawk), Joshua Burge (Stubby Bill), Duane Howard (Elk Dog), Melaw Nakehk'o (Powaqa), Fabrice Adde (Toussaint), Arthur Redcloud (Hikuc), Christopher Rosamond (Boone), Robert Moloney (Dave Stomach Wound), Tyson Wood (Weston) et McCaleb Burnett (Beckett).

Histoire : Dans une Amérique profondément sauvage, Hugh Glass, un trappeur, est attaqué par un ours et grièvement blessé. Abandonné par ses équipiers, il est laissé pour mort. Mais Glass refuse de mourir. Seul, armé de sa volonté et porté par l’amour qu’il voue à sa femme et à leur fils, Glass entreprend un voyage de plus de 300 km dans un environnement hostile, sur la piste de l’homme qui l’a trahi. Sa soif de vengeance va se transformer en une lutte héroïque pour braver tous les obstacles, revenir chez lui et trouver la rédemption.

Mon avis : Dès les premières diffusions de la bande annonce, j'étais très emballée par ce film. Avec l'engouement des Golden Globes et des Oscars, j'avais encore plus envie de le découvrir. Et c'est beau, très beau, la réalisation d'Alejandro Gonzalez Inarritu est magnifique. On a droit à des plans parfaits, des scènes d'un horribles réalismes, visuellement j'ai déjà passé un très bon moment. Il a su me captiver du début à la fin. Le scénario est bon, l'histoire bien construite mais je n'ai pas été si emballée. On est sur une histoire de vengeance, on sait donc à l'avance comment ça va se terminer même si on est pas certain des finalités. Le côté western n'est pas trop présent, dans le sens où je m'attends toujours à une petite ville tranquille se faisant attaquer par des hors la loi, dans un décor désertique... Donc très bon film, je ne vois pas les deux heures et trente minutes passer mais plus par la réalisation que par le scénario. Du côté des acteurs, je n'ai pas arrêter de tiquer sur Domhnall Gleeson persuader qu'il était un des jumeaux Weasley (je ne me suis pas trop tromper), je l'ai donc beaucoup analyser. Pour le reste, sans être un vase clos comme "Seul au monde", il faut avouer que Leonardo DiCaprio vole totalement la vedette à ses collègues. Il nous offre une belle prestation mais ne suis pas pour autant convaincu que l'oscar devait lui être remis sur ce rôle (le principal dans l'histoire c'est qu'il l'ai enfin eu). Je n'ai pas du tout reconnu Tom Hardy, j'ai donc été surprise en voyant son nom au générique. En résumé, j'ai passé un très bon moment, l'histoire est prenante, la réalisation encore plus et les scènes de survie s'enchaîne. Faut juste passer sur le fait qu'Hugh Glass aurait du mourir une bonne dizaine de fois ! Le casting est super ! Vraiment tout est réuni pour en faire un bon film et si vous aviez l'intention de le voir vous ne serez pas déçus.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Le bon, la brute et le truand

Publié le par Emy Lee

Le bon, la brute et le truand

Sortie le 8 mars 1968.

Titre original : Il bueno, il brutto, il cattivo.

Réalisé par Sergio Leone, scénario de Luciano Vincenzoni, Furio Scarpelli, Sergio Leone, Agenore Incrocci et Sergio Donati, et musique d'Ennio Morricone.

Acteurs : Clint Eastwood (Blondin / le bon), Eli Wallach (Tucco Benedicto / le truand), Lee Van Cleef (Oeil Ange / la brute), Luigi Pistilli (Père Pablito Ramirez), Rada Rassimov (Maria), John Bartha (Shérif), Antonio Casale (Jackson / Bill Carson), Lorenzo Robledo (Clem), Aldo Giuffre (Officier Nordiste), Aldo Sambrell (co-équipier d'Oeil Ange), Mario Brega (Capuitaine Wallace), Benito Stefanelli (Co-équipier d'Oeil Ange), Livio Lorenzon (Baker), Antonio Casas (Stevens), Antonio Molino Rojo (Capitaine Harper), Sergio Mendizabai (Blonde Bounty), Claudio Scharchilli (Peon Mexicain) et Angelo Novi (Monk).

Histoire : Pendant la Guerre de Sécession, trois hommes, préférant s'intéresser à leur profit personnel, se lancent à la recherche d'un coffre contenant 200 000 dollars en pièces d'or volés à l'armée sudiste. Tuco sait que le trésor se trouve dans un cimetière, tandis que Joe connaît le nom inscrit sur la pierre tombale qui sert de cache. Chacun a besoin de l'autre. Mais un troisième homme entre dans la course : Setenza, une brute qui n'hésite pas à massacrer femmes et enfants pour parvenir à ses fins.

Mon avis : "Le bon, la brute et le truand" est en attente depuis des années dans ma DVDtuèque. Je ne suis pas une grande fan de western comme vous le savez déjà si vous me suivez. Pour autant j'ai un faible pour les films de Sergio Leone et son duo avec Ennio Morricon. Ce dernier m'a d'ailleurs fait aimer le genre, mais seulement au travers de ses oeuvres. L'occasion se présentait hier, de découvrir ce film sur grand écran, je n'ai pas hésité très longtemps. On a eu le plaisir d'avoir une petite introduction d'un journaliste nous apprennant quelques révélations sur le film et sur le réalisateur. Notamment que si Morricone est bien souvent le complice musicale de Leone c'est parce que ses derniers ont été scolarisé ensemble et qu'ils se sont retrouvé sur l'un des films de Leone. Ce dernier dira d'ailleurs qu'Ennio Morricone est son principal scénariste. On apprend également que dans les années 60 à 70, le western était largement boudé par le monde du cinéma et qu'il est revenu grâce à lui. Il est depuis largement étudier dans les écoles de cinéma notamment pour ses plans rapprochés, ses moments de silence et son jeu avec la musique. Ici on ne déroge pas à la règle de Leone, la musique tient une place centrale, on film les acteurs par de nombreux plans rapprochés pour démontrer leur émotions et leur état. Les acteurs jouent avec leur regard pour faire passer les répliques silencieuses. Et des scènes de duels (ou de triels dans le cas de ce film). Une fois de plus Leone sait se servir de tous les éléments et métiers du cinéma, décors, costumes, environnements, sons,... rien n'est laissé au hasard et tout est utile. Peut être suis-je maintenant habituée de son cinéma, mais j'ai moins ressenti de longueur et de lenteur comparé à certains films. Ici, le scénario est très bien construit, on joue sur la comédie grâche au personnage de Tucco. On a tous beaucoup rit. Si je pensais que les trois personnages allaient être en collaboration dans ce film, cela est tout autre, je m'attendais à trois cowboys traversant l'Ouest et défendant la veuve et l'orphelin mais chacun à sa manière, ce qui est offrait un duo peu commode mais fort intéressant pour le spectateur. C'est une réalité tout autre, il y a certe un duo tout le long du film entre Blondin et Tucco qui jouent très souvent au chat et à la souris. Mais Oeil d'Ange, se la joue solo, étant plutôt nuisible à autrui pour son propre contentement. Tout cela sur fond de guerre de cessetion, et ce fut très agréable une fois de plus de voir Leone compléter son film avec une part d'histoire en nommettant jamais la réalité des faits. Je pense que c'est la première fois, que je vois la dureté de cette guerre, un peu à l'image de notre guerre des tranchées. Ce film est donc très plaisant et j'ai eu grand plaisir à le découvrir sur grand écran qui présente davantage les gros plans bercés par la bande original et son thème récurrent. Le casting est très appréciable notamment pour le trio que nous suivons constamment. Ce film marque la dernière collaboration entre Clint Eastwood et Sergio Leone (et s'est bien dommage), Clint Eastwood qui une fois de plus porte le poncho comme un guant dont on est ravi de voir les gros plans. Lee Van Cleef et Eli Wallach jouent à la perfection, et tout trois forment un super trio. Bref une fois de plus j'ai été bluffé par le travail de Leone qui est magnifique, par sa collaboration avec Morricone, un duo que j'adore. Si vous faite parti comme moi des incultes qui ne l'avaient encore jamais vu malgré des rediffusions annuelles, je vous le recommande vivement, c'est une fois de plus un chef d'oeuvre.

5 étoiles.

Voir les commentaires

The Salvation

Publié le par Emy Lee

The Salvation

Sortie le 27 août 2014.

Réalisé par Kristian Levring, scénario d'Anders Thomas Jensen et Kristian Levring et musique de Kasper Winding.

Acteurs : Mads Mikkelsen (John), Eva Green (Madeleine), Jeffrey Dean Morgan (Delarue), Eric Cantona (Le Corse), Mikael Persbrandt (Peter), Jonathan Pryce (Keane), Douglas Henshall (Mallick), Michael Raymond-James (Paul), Nanna Oland Fabricius (Marie), Toke Lars Bjarke (Kresten), Alexander Arnold (Voichek), Robert Hobbs (Silvertooth), Sean Michael (Lester), Grant Swanby (Joe No Legs), Adam Neil (M. Bradley) et Sivan Raphaely (Mme Delgado).

Histoire : 1870, Amérique. Lorsque John tue le meurtrier de sa famille, il déclenche la fureur du chef de gang, Delarue. Trahi par sa communauté, lâche et corrompue, le paisible pionnier doit alors traquer seul les hors-la-loi.

Mon avis : Pourquoi choisir de voir ce film alors qu'on sait pertinemment que je n'apprécie pas les westerns. Tout d'abord par la curiosité de voir ce genre réalisé par des Danois et ainsi voir si on aura une vision différente des américains et des italiens. Et pour finir parce que Mads Mikkelsen figure au casting et que depuis le film "La Chasse" je ne peux me passer de lui. Le schéma du film suit la trame des westerns classiques mais je trouve qu'on nous démontre clairement comme pour le film "The Homesman" que c'était une période difficile pour les habitants avec d'innombrables dérives. Le réalisateur joue avec sa caméra, offrant de très beaux plans autant sur les personnages que sur l'environnement et les décors, il nous montre l'émotion traversant chacun des personnages, captant à merveille le regard de ses acteurs. Sa n'est pas digne d'un film de Sergio Leone, mais on s'en approche sur quelques détails. On passe sur mon attente d'entendre une musique d'Ennio Morricone qui ne viendra jamais et ma fausse idée qu'Hans Zimmer se cache derrière la bande original (après avoir entendu une musique reprenant celle de mission impossible 2). L'histoire est prenante, même si en voyant que tout était réglé après les cinq minutes de films je ne voyais pas où on souhaitait en venir. Sauf que depuis mon esprit s'est fait une idée selon laquelle dès le départ tout aurait été orchestré par la communauté afin que les deux frères, anciens soldats de l'armée, botte le cul des tortionnaires. Le casting est plutôt bon, je suis toujours bluffée de voir que Mads Mikkelsen peut sortir une réplique juste avec son regard. Admirative également du jeu d'Eva Green qui ne décrochera pas une parole pendant une heure trente et qui pourtant sera un des personnages principaux de ce film. Alors bon, ce film ne révolutionne pas le genre, la sauce danoise s'inspire grandement de ce qui a déjà été fait (en même le western, cela reste une histoire de vengeance, de braquage, d'attaque, de fuite, de mexicain qui dort, de chantage et de cowboy solitaire). Mais sa reste plaisant, même quand on aime pas le genre et on trouve son compte dans l'histoire. J'ai passé un bon moment et je suis sortie ravie.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

Et pour quelques dollars de plus

Publié le par Emy Lee

Et pour quelques dollars de plus

Sortie en octobre 1966.

Titre original : Per qualche dollari di piu.

Réalisé par Sergio Leone, scénario de Fulvio Morsella, Luciano Vincenzoni, Sergio Donati, Fernando Di Leo et Sergio Leone et la musique d'Ennio Morricone.

Acteurs : Clint Eastwood (Le "Manchot"), Lee Van Cleef (Colonel Douglas Mortimer), Gian Maria Volonte ("L'Indien"), Mara Krupp (Mary), Luigi Pistilli (Groce), Klaus Kinski (Juan Wild), Benito Stefanelli (Luke "Hughie), Mario Brega (Nino), Joseph Egger (le vieux Prophète), Aldo Sambrell (Cuccillo), Tomas Blanco (Shérif de Tucumcari), Lorenzo Robledo (Tomaso), Sergio Mendizabal (Directeur de la banque de Tucumcari), Dante Maggio (Charpentier emprisonné avec "L'Indien"), Giovanni Tarallo (Télégraphiste de Santa Cruz),

Histoire : "L'indien", bandit cruel et fou, s'est évadé de prison. Il se prépare ) attaquer la banque d'El Paso, la mieux gardé de tout l'Ouest, avec une quinzaine d'autres malfaiteurs. Le "Manchot" et le Colonel Douglas Mortimer, deux chasseurs de prime concurrents, décident, après une confrontation tendue, de faire finalement équipe pour arrêter les bandits. Mais leurs motivations ne sont pas forcément les mêmes...

Mon avis : Beaucoup connaisse déjà mon aversion pour les western. Avec les films d'épouvantes c'est certainement la catégorie que j'apprécie le moins. Pourtant grâce à fresque dès "Il était une fois..." Sergio Leone m'avait réconforter avec le genre surtout par son association avec Ennio Morricone. Je me suis donc, depuis, promis de visionner tous les films où les deux hommes collaboreraient. "Et pour quelques dollars de plus" s'ajoute donc aux quelques uns déjà visionnés et présentés ici. Je n'attendais pas grand chose de ce film, j'avais par ailleurs du mal à rentrer dans l'histoire car pour moi il est toujours question de gentils combattants les méchants qui ont toujours en vision de torturer la veuve et l'orphelin et pourquoi pas de se faire une petite banque au passage (j'ai un peu trop visionné et lu de Lucky Luke). Aucune surprise de voir Clint Eastwood au casting puisque c'est un habitué des western (particulièrement à cette époque) et qu'il a déjà collaboré pas mal de fois avec Sergio Leone. L'histoire devient intéressante lorsque les deux hommes se cherchent puis collabore ensemble, l'introduction étant un peu longue. Mais le reste nous garde en haleine et nous promet quelques spéculations vis à vis de l'association des deux hommes et de ce que chacun va jouer. Sergio Leone est un réalisateur de génie, qui sait une fois de plus offrir des plans aux spectateurs dont lui seul à le secret, captant les personnages et leur émotion comme jamais et tout cela accompagné de la magnifique de Morricone dont la musique thème m'a beaucoup plu mais surtout fait rire. En résumé, j'ai passé un très bon moment, j'ai été emporté par la magie Leone/Morricone et je vous le recommande même si je préfèrerais toujours sa fresque historique.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Impitoyable

Publié le par Emy Lee

Impitoyable

Sortie le 12 septembre 1992.

Titre original : Unforgiven.

Réalisé par Clint Eastwood, scénario de David Webb Peoples et musique de Lennie Niehaus et Clint Eastwood.

Acteurs : Clint Eastwood (William Munny), Gene Hackman (Little Bill Daggett), Morgan Freeman (Ned Logan), Jaimz Woolvett (Schofield Kid), Saul Rubinek (W.W. Beauchamp), Richard Harris (English Bob), Frances Fisher (Alice), Anna Thomson (Delilah Fitzgerald), David Mucci (Mike), Rob Campbell (Davey Bunting), Anthony James (Skinny), Tara Frederick (Sue), Beverley Elliot (Silky), Liisa Repo-Martell (Foi), Jeremy Ratchford (Adjoint Andy Russel), Shane Meier (Will Munny Jr), Ron White (Clyde Ledbetter), Ben Cardinal (Johnny Foley), Jefferson Mappin (Fatty Rossiter), Robert Koons (Croker), Micheal Charrois (Wiggens) et Larry Reese (Tom Luckinbill).

Histoire: Kansas 1880. William Munny, redoutable hors-la-loi reconverti dans l'élevage va, à la demande d'un jeune tueur, reprendre du service pour venger une prostituée défigurée par un cow-boy sadique.

Mon avis : Comme j'ai déjà dû le dire précédemment je ne suis pas du tout fan de Western. Pour autant ce film est vraiment plaisant, on suit donc le retour de William Munny et de son acolyte dans son ancienne vie pour défendre une cause qu'il juge juste mais surtout on ne va pas se leurrer pour la récompense. Avec ce film, Clint Eastwood trace un trait sur sa carrière de cow-boy en tirant une des plus belles révérences dont il était possible et s'en sort tout de même avec deux oscars. Un hommage qu'il a également voulu rendre aux réalisateurs qui lui ont donné sa chance comme Sergio Leone dans des rôles de gringo. La réalisation est très bonne, et a permis à Clint Eastwood d'être reconnu en tant que réalisateur (mais ce n'est pas son premier film). Le scénario est super, l'aventure plaisante et prenante, on ne voit pas le temps passer. Le casting en plus d'être impressionnant est vraiment bon. Qu'est-ce que l'on peut détester Gene Hackman, une vraie pourriture. Morgan Freeman vraiment attachant même si (sans faire preuve de rascisme) je ne comprends pas la présence d'un noir dans un western alors qu'il y a l'esclavage. C'était un petit aparté et peut être dois-je juste révisé mon histoire américaine. Sa n'empêche pas Morgan Freeman d'être très bon, de nous donner une certaine empathie pour son personnage. Personnellement j'ai adoré Anna Thosmson et je regrette que son personnage n'est pas été plus exploité. On sent qu'elle a plein de choses à dire, qu'elle ressent beaucoup de choses et a par percé des émotions dans son regard on aura pas grand chose. C'est dommage. En tout cas, je vous recommande ce film, du Clint Eastwood pur, histoire vraiment plaisante et bonne accompagné d'une bonne réalisation et des plans sur le paysage vraiment superbe. Et j'ai adoré cette fin qui m'a tout de suite fait penser à Lucky Luke (peut-être à défaut), mais avec son départ dans la nuit après avoir avertie la population d'une belle morale, je m'attendais même à la musique de fin. A voir absolument.

5 étoiles.

Voir les commentaires

Les amants du Texas

Publié le par Emy Lee

Les amants du Texas

Sortie le 18 septembre 2013.

Titre original: Ain't them bodies saints.

Réalisation et scénario par David Lowery et musique de Daniel Hart.

Acteurs : Rooney Mara (Ruth Guthrie), Casey Affleck (Bob Muldoon), Ben Foster (Patrick Wheeler), Keith Carradine (Skerritt), Nate Parker (Sweetie), Rami Maleck (Will), Charles Baker (Bear), Kentucker Audley (Freddy), Turner Ross (T.C.), Frank Mosley (Lieutenant Carson) et Will Beinbrink (Lieutenant Townes).

Histoire : Bob et Ruth s'aiment, envers et contre tout. Et surtout contre la loi. Un jour, un braquage tourne mal et les deux amants sont pris dans une fusillade. Quand Bob est emmené par la police, Ruth a tout juste le temps de lui annoncer qu'elle est enceinte. Dès lors, Bob n'aura qu'une obsession : s'échapper de prison pour rejoindre sa femme et son enfant. Mais quand il y parvient, quatre ans plus tard, le rêve correspond mal à la réalité. En fuite, poursuivi par la police et par les membres d'un gang, Bob peine à rétablir le lien avec sa famille. Ruth est devenue mère et elle ne veut pas d'une vie de cavale : courtisée par un policier attentionné, la jeune femme devra choisir entre le passé et l'avenir.

Mon avis : Ce film est aussi prenant que déroutant. En effet, on le regarde, on reste captivé sans trop savoir pourquoi. Sans être une histoire d'amour tel Roméo et Juliette, Ruth et Bob ont toute fois une histoire atypique qu'il est difficile de cerner. On se laisse donc embarquer dans le prologue, on se demande comment leur amour va surmonter cette épreuve mais aussi quel tournure le film va prendre après une incarcération si rapide. Puis on suit Bob dans sa cavale, tentant par tout les moyens de retrouver sa belle n'hésitant pas à mettre sa vie en péril. Et d'un autre côté on voit Ruth, devenue mère, inscrite dans un quotidien banale mais à la fois si détachée et si mystérieuse qu'on a beaucoup de mal à la cerner. Mais on continue de regarder, sans trop savoir ce qui nous retiens ni même ce qui nous pousserais à éteindre. La réalisation est plutôt bonne et le scénario bien construit même si on garde le sentiment de ne pas avoir assez creusé dans notre réflexion, comme-ci à la fin nous avions le sentiment d'avoir loupé quelques choses. Le casting est très convaincant, j'ai découvert les deux acteurs principaux qui m'ont impressionnés. Mais j'ai eu beaucoup de mal à me situer dans le temps en particulier sur l'époque du film. Ce n'est pas un chef d’œuvre, ni un incontournable mais il a été intéressant à visionner.

3 étoiles.

Voir les commentaires

Des Hommes sans loi

Publié le par Emy Lee

Des Hommes sans loi

Sortie le 12 septembre 2012.

Titre original: Lawless.

Réalisé par John Hillcoat, scénario de Nick Cave d'après l’œuvre de Matt Bondurant et musique de Nick Cave et Warren Ellis.

Acteurs: Shia LaBoeuf (Jack Bondurant), Tom Hardy (Forrest Bondurant), Jason Clarke (Howard Bondurant), Guy Pearce (Charlie Rakes), Jessica Chastain (Maggie), Mia Wasikowska (Bertha Minnix), Dane DeHaan (Cricket Pate), Chris McGarry (Danny), Gary Oldman (Floyd Banner), Noah Taylor (Gummy Walsh), Lew Temple (Abshire), Bill Camp (Shérif Hodges), Bruce McKinnon (Jimmy Turner), Alex Van (Tizwell), Darryl Booker (Benny) et Toni Byrd (Ida Belle).

Histoire: 1931. Au coeur de l'Amérique en pleine prohibition, dans le comté de Franklin en Virginie, état célèbre pour sa production d'alcool de contrebande, les trois frères Bondurant sont des trafiquants notoires : Jack, le plus jeune, ambitieux et impulsif, veut transformer la petite affaire familiale en trafic d'envergure. Il rêve de beaux costumes, d'armes, et espère impressionner la sublime Bertha... Howard, le cadet, est le bagarreur de la famille. Loyal, son bon sens se dissout régulièrement dans l'alcool qu'il ne sait pas refuser... Forrest, l'aîné, fait figure de chef et reste déterminé à protéger sa famille des nouvelles règles qu'impose une nouveau monde économique. Lorsque Maggie débarque fuyant de Chicago, il la prend aussi sous sa protection. Seuls contre une police corrompue, une justice arbitraire et des gangsters rivaux, les trois frères écrivent leur légende : une lutte pour rester sur leur propre chemin au cours de la première grande ruée vers lors du crime.

Mon avis : C'est fou comme un film change entre la salle de cinéma et le salon. J'avais beaucoup aimé ce film à sa sortie, traitant d'histoire, de la prohibition avec un caractère western sans trop l'être. Une histoire intéressante et captivante notamment par la légende des frères Bondurants. Et pour autant je me suis ennuyée lorsque je l'ai revu... Peut être n'étais-je pas disposée non plus à me concentrer sur un film. La réalisation apporte les points caractéristiques aux westerns tout en restant dans un cadre historique et narratif. La photographie joue un rôle important, John Hillcoat nous offre des séquences exceptionnels et pour autant sa sent la réalisation classique pour les blockbusters. Le scénario est bien construit toujours sur un plan narratif plus qu'explicatifs. J'ai cependant ressentie des longueurs que je n'avais pas ressentie au cinéma. Le casting est très bon Tom Hardi, Shia LaBoeuf, Jessica Chastain, Mia Wasikowska, Jason Clarke ou encore Gary Oldman qui n'ont vraiment plus rien à prouver mis à part nous montré qu'on peut avoir un bon casting et avoir un bon film où les duos fonctionnes à l'écran. La musique est sympathique, caractéristique également de cette ambiance western. On reste tout au long du film, conscient des risques que prennent ses frères, des dangers qu'ils encourent mais que la vie continue pour autant. Et on finit par croire à leur légende. Mon seul regret c'est peut être de ne pas voir plus Gary Oldman à l'écran car je l'adore, mais j'ai découvert dans ce film Tom Hardy autrement que dans le rôle du méchant Blane au visage recouvert. Et je pense que finalement, si je n'ai pas autant apprécier ce second visionnage, c'est peut être parce que je n'avais plus rien à découvrir.

3,5 étoiles.

Voir les commentaires

True Grit

Publié le par Emy Lee

True Grit

Sortie le 23 février 2011.

Réalisation et scénario d'Ethan et Joel Coen d'après l’œuvre de Charles Portis et musique de Carter Burwell.

Acteurs: Jeff Bridges (Rooster Cogburn), Hailee Steinfeld (Mattie Ross), Josh Brolin (Tom Chaney), Matt Damon (LaBoeuf), Barry Pepper ("Lucky" Ned Pepper), Bruce Green (Harold Parmalee), Mike Watson (Stunts), Elizabeth Marvel (Matie Ross adulte), Domhnall Gleeson (Moon), Paul Rae (Emmit Quincy), Ed Corbin (Bear Grit), Dakin Matthews (Colonel Stonehill) et Leon Russom (Shérif).

Histoire: 1870, juste après la guerre de Sécession, sur l'ultime de l'Ouest américain. Seul au monde, Mattie Ross, quatorze ans, réclame justice pour la mort de son père, abattu de sang-froid pour deux pièces d'or par le lâche Tom Chaney. L'assassin s'est réfugié en territoire indien. Pour le retrouver et le faire pendre, Mattie engage Rooster Cogburn, un U.S. Marshal alcoolique. Mais Chaney est déjà recherché par LaBoeuf, un Texas Ranger qui veut le capturer contre une belle récompense. Ayant la même cible, les voilà rivaux dans la traque. Tenace et obstiné, chacun des trois protagonistes possède sa propre motivation et n'obéit qu'à son code d'honneur. Ce trio improbable chevauche désormais vers ce qui fait l'étoffe des légendes: la brutalité et la ruse, le courage et les désillusions, la persévérance et l'amour...

Mon avis: Un très beau western amené par les frères Coen, qui s'y attaque pour la première fois. Accompagné d'un casting de choix et d'un scénario très bien construit. Je ne suis pas d'une grande fan de western (sortie de certains Leone), mais l'histoire de ce dernier est passionnante, les paysages fantastiques, les acteurs convaincants et on s'attache relativement vite à notre trio d'acteurs.

4 étoiles.

Voir les commentaires

Il était une fois la révolution

Publié le par Emy Lee

Il était une fois la révolution

Sortie le 29 mars 1972.

Titre original: Giu la Testa.

Réalisé par Sergio Leone, scénario de Sergio Leone, Sergio Donati, Luciano Vincenzoni et musique d'Ennio Morricone.

Acteurs: James Coburn (Sean Mallory), Rod Steiger (Juan Miranda), Romolo Vali (Dr. Villega), David Warbeck (Ami de Sean), Maria Monti (Adolita), Rick Battaglia (Santerna), Franco Graziosi (Gouverneur Jaime), Antoine Saint-John (Gutierez/Col. Günther Reza) et Giulio Battiferri (Miguel).

Histoire: Mexique, 1913. Un pilleur de diligences, Juan Miranda, et un irlandais, ancien membre de l'IRA spécialiste en explosifs, Sean Mallory, font connaissance. Juan a toujours rêvé de dévaliser la banque central de la Mesa Verde et voit en John le complice idéal pour son braquage. Il fait chanter Sean afin de persuader de s'associer à l'affaire. Tout deux se trouvent plongés en plein coeur de la tourmente de la révolution mexicaine, et Mesa Verde se révèle plus riche en prisonniers politiques qu'en lingots d'or. Malgré eux, les deux amis deviennent les héros d'une guerre qui n'est pas la peur...

Mon avis: Un chef d’œuvre dans la lignée des autres films de Sergio Leone reprenant cette fresque historique. On retrouve tout son talent et son génie, il capte les regards comme personne et nous fait ressentir l'émotion des personnages d'une manière bien différente des autres films. Mais pour moi, il ne serait rien si il n'avait pas avec lui Ennio Morriconne, qui est définitivement l'un des meilleurs compositeurs. A eux deux il nous offre un spectacle magnifique (que l'on retrouve dans chacune de leur collaboration) la capture des regards de Leone mélangé à la musique de Morricone, c'est juste émouvant, surprenant et époustouflant. Même si je dois reconnaitre que le thème de ce film composé par Leone me semble différent des autres, on a l'impression qu'il se moque des personnages (c'est mon impression) et la musique des flash-back me rappel celle d'il était une fois dans l'ouest. L'histoire est très intéressante, personnellement je n'ai pas vu passez les 2h30, ce pillard, sans grande ambition, ni culture qui se retrouve malgré lui plongé dans la révolution mexicaine et qui va se découvrir sous un nouveau jour aux côté de Sean, que j'ai trouvé énigmatique et que je n'ai pas trop réussi à cerner. J'ai hâte de le revoir avec les autres films de cette fresque, et je vous le conseil fortement si vous ne l'avez pas encore vu, même moi qui ne suit pas fan de western avec Sergio Leone j'y vais les yeux fermés.

5 étoiles.

Voir les commentaires

1 2 > >>